La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Alexandre Vialatte

A propos

La malice chronique Romancier, chroniqueur, traducteur et introducteur de Kafka en France, Alexandre Vialatte (1901-1971) a bâti une œuvre qui respire la fraîcheur, sans jamais se prendre au sérieux, au plus loin des modes et des chapelles littéraires. Retour sur l’itinéraire de cet écrivain « notoirement méconnu ». Le 16 février 1969, deux ans avant sa disparition, Alexandre Vialatte participe à l’émission télévisée animée par Remo Forlani « L’invité du dimanche ». Pour répondre aux questions de l’animateur, il utilise la manière qui est la sienne dans les chroniques qu’il donne depuis plus de quinze ans au quotidien de Clermont-Ferrand La Montagne  : décalage, humour, légèreté, désinvolture… Interrogé sur Kafka par exemple, il se permet des propos pour le moins déconcertants : « C’est un auteur comique. Il ressemble à Courteline. » À distance de ce « one-man-show splendide », Remo Forlani reconnaît...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Vialatte, l’inestimable

Alexandre Vialatte partage avec son ami Chaval – mais aussi avec Jacques Tati ou Federico Fellini – ce génie particulier d’avaler le réel pour le faire sien. Devant tel titre du journal Le Monde « François Bayrou relance le mouvement démocrate » on se dit aussitôt « c’est du Chaval » en imaginant le dessin d’un quidam chauve au nez carré transformé en discobole ; devant une machine à café au...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Un imaginaire poétique

Spécialiste d’Albert Cohen et des évolutions de la fiction au cours des XXe et XXIe siècles, l’universitaire Alain Schaffner nous guide dans l’univers surprenant des romans d’Alexandre Vialatte. Avec seulement trois romans publiés de son vivant (auxquels il convient d’ajouter une petite dizaine de romans posthumes), peut-on réellement parler d’œuvre romanesque pour Alexandre Vialatte ? Tout dépend de ce qu’on appelle une œuvre, et ce qu’on appelle « romans ». Seuls trois romans ont en effet été publiés par Vialatte de son vivant (Battling le ténébreux en 1928, Le Fidèle Berger en...
juillet 2017
Le Matricule des Anges n°185

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


La Paix des jardins
de Alexandre Vialatte
2019
Lmda N°208 Comme beaucoup d’écrivains, Alexandre Vialatte (1901-1971) s’est d’abord essayé à la poésie avant que d’en venir au roman (Battling le ténébreux, Le Fidèle berger et Les Fruits du Congo) et à la chronique. Voici donc réunis quelque quarante poèmes, répartis en trois périodes : ceux de l’année 1920, ceux des années 1921 à 1923, et ceux postérieurs à 1950. Cela n’étonnera personne, on y trouve...
La Paix des jardins de Alexandre Vialatte
novembre 2019
Résumons-nous
de Alexandre Vialatte
2017
Lmda N°185 Après les deux volumes de La Montagne, voici un nouvel ensemble de chroniques journalistiques de Vialatte. Réjouissant. On trouve un peu de tout dans cette somme : une quantité appréciable d’inédits, des critiques de cinéma, de la littérature, des textes ancrés dans l’actualité, et ce à quoi Vialatte ne nous a guère habitués : de la politique. Dans Bananes de Königsberg, on le surprend au chevet de « l’Allemagne névrosée » des années 1920, puis à ausculter celle de l’après-guerre, notamment à l’occasion du...
Pot-pourri
juillet 2017
La Dame du Job
de Alexandre Vialatte
1987
Lmda N°179 En plein pays du Gévaudan, Alexandre Vialatte (1901-1971) retrouve des éclats d’enfance, mêlés à d’inquiétants souvenirs de guerre. Contemporain de La Maison du joueur de flûte, La Dame du Job s’inscrit entre Le Fidèle Berger (1942), merveille romanesque qui gagnerait à être rééditée, et le chef-d’œuvre qu’est Les Fruits du Congo (1951). Un livre sur lequel Vialatte lui-même n’a jamais posé un regard très bienveillant, comme en témoigne ce jugement très sévère adressé à l’ami Henri Pourrat : « c’est trop conçu en...
Images du passé
janvier 2017
La Maison du joueur de flûte : Géographie du Grand Tourment
de Alexandre Vialatte
2015
Lmda N°169 Publié de manière posthume en 1986 (chez Arléa), écrit au cours de l’hiver 1943-1944, autrement dit entre les deux joyaux que sont Le Fidèle Berger (1942) et Les Fruits du Congo (1949), La Maison du joueur de flûte n’a vraiment rien d’un fond de tiroir. C’est même un livre à prendre très au sérieux dans l’œuvre d’Alexandre Vialatte (1901-1971), puisque ce joueur de flûte l’accompagnera au...
Retour au pays
janvier 2016
Chroniques 1968
de Alexandre Vialatte
2008
Lmda N°99 Quoi de mieux qu’une chronique d’Alexandre Vialatte ? Deux chroniques, trois chroniques ; en un mot : une foule de chroniques. En voici 53, et toutes du même millésime : l’année 1968. Celles qu’il donna à La Montagne (ce qu’il faisait depuis 1952, à raison d’un envoi par semaine), et celles présentées par Spectacle du Monde (ce sont d’ailleurs souvent les mêmes, légèrement remaniées). Les...
Chroniques
janvier 2009
Fred et Bérénice
de Alexandre Vialatte
2007
Lmda N°89 Ceux qui ne connaissent d’Alexandre Vialatte (1901-1971) que les fameuses chroniques qu’il a données au quotidien auvergnat La Montagne de 1952 à 1971 seront sans doute déconcertés par ce récit dont l’écriture rappelle souvent celle d’un Léon-Paul Fargue ou d’un Valéry Larbaud. Tout juste réussiront-ils à retrouver, çà et là, non pas sa verve inimitable, mais son goût pour la formule :...
Les ados de Vialatte
janvier 2008
Au coin du désert
de Alexandre Vialatte
2002
Lmda N°42 L’éditeur a réuni ici une série d’articles écrits en 1938 ; Vialatte est alors professeur de français au lycée franco-égyptien d’Héliopolis : « J’ai des élèves charmantes qui ont des noms fastueux, inattendus, resplendissants, et qu’on retient mal les premiers temps, comme les noms d’étoiles, de chevaux de course ou de champignons comestibles. » Selon les propres mots de l’auteur, il ne...
Au coin du désert
janvier 2003
Chroniques de flammes et de fumées
de Alexandre Vialatte
Lmda N°38 Alexandre Vialatte nous étonne toujours. Le premier traducteur français du Procès de Kafka, l’auteur d’innombrables chroniques merveilleusement ironiques, fumait, contre l’avis de sa femme. Il poussa le vice jusqu’à collaborer à une revue de la Seita. Aujourd’hui, un petit éditeur a la belle idée de reprendre quatre textes donnés à Flammes et fumées. Cette édition n’est pas parfaite, et les...
Chroniques de flammes et de fumée
mars 2002
La Complainte des enfants frivoles
de Alexandre Vialatte
1999
Lmda N°29 Dans sa catégorie, La Complainte des enfants frivoles occupe une place particulière. En effet, si ce texte, composé en Allemagne aux alentours de 1925, est le premier roman d’Alexandre Vialatte, le manuscrit, d’abord négligé par l’auteur avant d’être égaré par l’éditeur, a mis les trois quarts d’un siècle pour se changer en livre. Le texte vient donc, contre sa nature, compléter une œuvre...
Vialatte premières
janvier 2000
L' Oiseau du mois
de Alexandre Vialatte
1995
Lmda N°15 La chauve-souris se marie à deux ans. Elle est impropre au labour et au trait. Si on désire la conserver, il ne faut pas faire bouillir son crâne, mais la laisser macérer dans l’eau tiède et en jeter les poux dans l’alcool« . Et plus loin, sur cet »oiseau de Mars« nous apprenons encore qu’à cause de ses mamelles pectorales elle ressemble »à la marquise de Pompadour" ! C’est du Vialatte. Non...
Chroniques de l’oiseau
février 1996