La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Auxemery

Ouvrages chroniqués

Failles / traces
de Auxemery
2017
De l’étreinte du réel à la rhétorique de la dissolution, c’est la grandeur des signes que les hommes ont su tracer, qu’exalte Auxeméry. Tension, concentration, âpreté, tout n’est, chez Auxeméry, que densité portée à son plus haut degré, attention à ce qu’il reste de beauté dans le désastre du monde : des traces, des cicatrices, des empreintes où absence et présence s’entretiennent, renvoient à un passé toujours actif dans la mémoire ou enfoui dans l’histoire d’une humanité aux rites oubliés. Ce qui ainsi échappe et persiste, se noue et se condense en une parole muette qui innerve la matière du monde, s’inscrit en filigrane dans la trame du réel, hante le présent et nos vies d’une manière palimpsestueuse. Ces traces ou...
Richard Blin
janvier 2018
Le Matricule des Anges n°189
Les Animaux industrieux
de Auxemery
2007
À travers un sensoriel corps à corps avec le réel, « Les Animaux industrieux » est une magnifique méditation poétique sur la gloire sauvage et les rêves échoués de l’homme, signée Auxeméry. On ne se doutait pas en ouvrant Les Animaux industrieux d’Auxeméry - sans prénom - que nous allions commencer la lecture d’un de ses livres - plus que rares - qui dès les premières lignes vous arrêtent, vous retiennent puis vous captivent littéralement. Une puissance d’effet toute particulière, un éclat, un pouvoir d’inflexion et d’échos conjoints à la force révélante d’une vérité aussi blessante que belle. Un chant d’amour étranglé à la vie, à cette humanité sans âge à l’étroit entre nature et culture, et tiraillée sans cesse entre l’ange et la bête, comme entre le Réel menaçant et le...
Richard Blin
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88