La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Claudio Magris

A propos

Claudio Magris Une érudition en forme de gai savoir, des essais qui se lisent commes des romans, des récits de voyage en guise d’autobiographie. Le professeur Magris joue sur tous les tableaux. Le hasard éditorial fait parfois bien les choses. Plusieurs années avant qu’au rebours de l’ordre original paraissent en français ses maîtres-livres, Danube ou Le Mythe et l’Empire, les lecteurs hexagonaux découvrirent Claudio Magris avec un singulier petit volume au titre non moins énigmatique : Enquête sur un sabre. L’auteur y évoquait à travers de lointains souvenirs l’inoubliable et pathétique figure d’un soldat perdu, l’ataman Piotr Krasnov : « Pendant l’hiver 44/45, j’avais 5 ans et je me trouvais à Udine, j’ai vu cette étrange armée d’occupation cosaque qui comptait davantage...
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34

Bonjour Trieste

Le vent. Trieste reste une ville dans le vent -sans égard pour le flux et reflux des modes exotico-littéraires. Pas un guide sérieux, pas un texte quelque peu informé qui n’évoque les infatigables bourrasques de la bora, ce mistral au carré local, qui jette touristes ignorants et autochtones imprudents à terre -pour le reste, tout ce qui serait susceptible de prendre l’air se trouve amarré...
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34

Au café de l’Utopie

Un rien vertigineux que d’attendre Claudio Magris au café San Marco tout en relisant le texte qu’il consacre à ce lieu en ouverture de Microcosmes. Se souvenir alors que l’auteur lui-même éprouve à l’occasion les effets déstabilisateurs de pareilles mises en abyme : « Ce sentiment de plénitude vitale (…) l’ai-je vraiment éprouvé dans les ruelles et sur les quais de Passau -ou alors est-ce que...
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34

Ouvrages chroniqués

Enquête sur un sabre
de Claudio Magris
2015
En deux courts essais, Claudio Magris met en lumière les écritures philosophiques et historiques du secret. Ce n’est un secret pour personne que nous, individu ou État, avons des secrets : vilains qu’il faut celer, charmants qu’il faut préserver ou partager, pour son bonheur et celui d’autrui. Quant à de plus politiques il serait bon que l’opinion publique en profite, au service du bien commun. De toutes ces problématiques, Claudio Magris offre une conscience aiguë. Car c’est un paradoxe que son jeune cousin désirât un « insigne d’agent secret », pour exhiber qu’il sait ce qui doit être tu. Alors qu’un être secret oscille entre douleur de la solitude et sensation d’élection. Faut-il garder ce...
Thierry Guinhut
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Secrets
de Claudio Magris
2015
En deux courts essais, Claudio Magris met en lumière les écritures philosophiques et historiques du secret. Ce n’est un secret pour personne que nous, individu ou État, avons des secrets : vilains qu’il faut celer, charmants qu’il faut préserver ou partager, pour son bonheur et celui d’autrui. Quant à de plus politiques il serait bon que l’opinion publique en profite, au service du bien commun. De toutes ces problématiques, Claudio Magris offre une conscience aiguë. Car c’est un paradoxe que son jeune cousin désirât un « insigne d’agent secret », pour exhiber qu’il sait ce qui doit être tu. Alors qu’un être secret oscille entre douleur de la solitude et sensation d’élection. Faut-il garder ce...
Thierry Guinhut
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Loin d’où ?
de Claudio Magris
2009
Ardu mais passionnant, l’essai de Claudio Magris nous plonge au cœur de l’œuvre de Roth dans son dialogue avec la littérature juive. Le livre est sorti en Italie il y a déjà trente-huit ans. Il aura fallu attendre l’occasion du 70e anniversaire de la mort de l’écrivain autrichien (1894-1939) pour le voir traduit en français. C’est peu dire que la connaissance étayée et pointue des textes, la précision imposante de l’analyse placent cet essai d’intelligence autant que d’intuition au niveau d’une somme de référence. En se livrant à une véritable entreprise de dissection sur l’œuvre de Roth, l’écrivain et germaniste italien Claudio Magris, auteur du grand Danube, et qui vient récemment de recevoir le prestigieux prix de...
Sophie Deltin
janvier 2010
Le Matricule des Anges n°109
À l’aveugle
de Claudio Magris
2006
Où est l’ordre ? Où est le désordre ? Pourquoi celui qui tue le monstre devient-il monstre ? À travers un fascinant kaléidoscope de questions sans réponse, c’est la voix des damnés qui prend corps et âme dans le nouveau roman de Claudio Magris. Ouvrir le dernier Magris, c’est embarquer pour une errance sans terme ni centre sur un océan d’événements et de dévastations. C’est retrouver un des sujets majeurs de la littérature, celui de l’homme qui cherche un destin épique et ne le trouve pas. Mais alors que les Argonautes trouvèrent la Toison d’or, qu’Ulysse retrouva son île, c’est l’échec qui, depuis Cervantès, est plutôt la règle. Les perdants hantent le roman en déclinant la vérité de leur expérience à travers leur chair et celle d’un destin sans salut. Comme ici. À l’aveugle nous met à l’écoute d’un vieil homme qui tente de...
Richard Blin
novembre 2006
Le Matricule des Anges n°78
L' Anneau de Clarisse
de Claudio Magris
2003
L’auteur de Danube poursuit son exploration du roman moderne : quelle forme donne-t-il à l’informe, quel sens à l’absence de sens ?. Parmi ses nombreux angles d’attaque et sujets de réflexion, Claudio Magris (lire Lmda N°34) retrouve ici cette littérature du basculement et de la critique, en particulier mitteleuropéenne, à laquelle il s’attacha depuis sa thèse de 1963 (Le Mythe et l’Empire dans la littérature autrichienne moderne, L’Arpenteur, 1991). Si, dans Danube (1986), il effectuait cette remontée aux origines, traversant les paysages et les villes, par le corps et la mémoire, c’est qu’un voyage spirituel avait précédé, une quête dont témoigne cet important recueil d’essais enfin traduits - la publication...
Thierry Cecille
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46