La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur John Ashbery

Ouvrages chroniqués

Le Serment du Jeu de Paume
de John Ashbery
2015
On l’avait tout de suite su, les mots allaient être inappropriés. On tentait de penser ce qui venait d’arriver mais c’était si maladroit et sans effet. On essayait d’ouvrir un livre mais cela se défaisait aussitôt, cela faisait comme une vague de mots qui emportait tout, ne laissait que des mots épars qu’on ne pouvait pas rassembler, on ne trouvait plus trop de sens à tout ça. Il nous fallait prendre le temps de ne rien savoir dire, ne rien savoir lire, il aurait fallu pouvoir lire ou pouvoir dire tout ce qu’on ignorait, ce qu’on ne savait pas penser ou dire on rêvait de pouvoir en faire...
Xavier Person
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169
Vague
de John Ashbery
2015
On l’avait tout de suite su, les mots allaient être inappropriés. On tentait de penser ce qui venait d’arriver mais c’était si maladroit et sans effet. On essayait d’ouvrir un livre mais cela se défaisait aussitôt, cela faisait comme une vague de mots qui emportait tout, ne laissait que des mots épars qu’on ne pouvait pas rassembler, on ne trouvait plus trop de sens à tout ça. Il nous fallait prendre le temps de ne rien savoir dire, ne rien savoir lire, il aurait fallu pouvoir lire ou pouvoir dire tout ce qu’on ignorait, ce qu’on ne savait pas penser ou dire on rêvait de pouvoir en faire...
Xavier Person
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169