La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur José Agustin

Ouvrages chroniqués

Mexico midi moins cinq
de José Agustin
1993
Plus de trente ans après sa première publication, réédition du roman initiatique de José Agustin qui brisa les chaînes de la littérature et du rock « chicano ». À la charnière des années 60 et 70, au Mexique, sous la présidence de Lopez Mateos, la culture rock est si furieusement persécutée que tout musicien aux cheveux longs risque, au pire, la prison, au mieux, la tonsure. Le rocanrol, directement importé des États-Unis, est considéré comme la transgression ultime par un gouvernement tout amidonné de morale catholique, et honnissant par-dessus tout l’impérialisme culturel nord-américain. Le rock est un problème social à résoudre ; réglé par la répression, il est dès lors fatalement destiné à devenir une véritable contre-culture. La Onda chicana...
Camille Decisier
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101
Mexico midi moins cinq
de José Agustin
1993
Avec la traduction de Mexico minuit moins cinq près de trente ans après sa parution au Mexique, Agustin montre que le temps ne fait rien à l’affaire. Rencontre avec un auteur remarquable. Existait-il une véritable littérature mexicaine avant José Agustin ? La question reste posée tant la parution de deux romans en 1966 chamboula tout. L’auteur : un écrivain prodige de 20 ans. Succès immédiat auprès du public jeune, pincement de nez des tenants de la bonne pensée. Avec La tomba et De perfil (Mexico midi moins cinq, en français) la Onda était née. Aujourd’hui José Agustin approche de la cinquantaine. Il n’a rien oublié de ce temps-là même si son allure rappelle plus un employé sage qu’un révolutionnaire culturel. Pas de pose, de personnage drappé dans sa légende. Timide, il...
Alex Besnainou
octobre 1993
Le Matricule des Anges n°5
Acapulco 72
de José Agustin
1996
Acapulco, début 70 : voyage psychédélique au coeur de la défonce. Un petit trip baroque plein de vie entre amis, par José Agustin. Jouissif. Avec les grandes vacances qui se profilent, voilà un livre qui tombe à pic. Le Mexique, ça l’air drôlement bien, surtout Acapulco. La description qu’en fait José Agustin excite les papilles : la mer est un enchantement, les gens là-bas sont très très sympas (même si parfois ils se prennent un peu la tête), il y a des « filles embikinées (…) munies de gros seins, droits, confortables, hmmmm, dé-li-cieux (…) Et les ventres, un doux velours doré,...
Philippe Savary
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20
De perfil (Serie del volador)
de José Agustin
1978
Avec la traduction de Mexico minuit moins cinq près de trente ans après sa parution au Mexique, Agustin montre que le temps ne fait rien à l’affaire. Rencontre avec un auteur remarquable. Existait-il une véritable littérature mexicaine avant José Agustin ? La question reste posée tant la parution de deux romans en 1966 chamboula tout. L’auteur : un écrivain prodige de 20 ans. Succès immédiat auprès du public jeune, pincement de nez des tenants de la bonne pensée. Avec La tomba et De perfil (Mexico midi moins cinq, en français) la Onda était née. Aujourd’hui José Agustin approche de la cinquantaine. Il n’a rien oublié de ce temps-là même si son allure rappelle plus un employé sage qu’un révolutionnaire culturel. Pas de pose, de personnage drappé dans sa légende. Timide, il...
Alex Besnainou
octobre 1993
Le Matricule des Anges n°5