La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Max Aub

Ouvrages chroniqués

La Véritable histoire de la mort de Francisco Franco
de Max Aub
2003
Après le garçon de café de Jean-Paul Sartre (L’Être et le néant) et La Compagnie des zincs de François Caradec, Christophe David sert la traduction d’un texte probablement fondamental sur la vie des cafés comme la vie de château ou celle de bohème, la vie de café a des caractéristiques remarquables. On doit ces pages immortelles à l’Espagnol Max Aub (1903-1972) qui, réfugié au Mexique après la prise de pouvoir de Franco, a connu en exil une activité plus que débordante. Fort moqueuse pour ses compagnons d’infortune, sa nouvelle met en scène un garçon de café dont l’activité...
Éric Dussert
septembre 2003
Le Matricule des Anges n°46
Crimes exemplaires
de Max Aub
De la première à la dernière page (préface et 4e de couverture comprises), l’ouvrage tient à l’évidence du canular. Pour un peu, on entendrait Max Aub ricaner derrière chaque phrase et l’on conseillerait volontiers aux esprits chagrins d’en lire une tous les matins. Essayez : « Il m’avait mis un morceau de glace dans le dos. Le moins que je puisse faire était de le refroidir ». Ou bien « Plutôt mourir ! me dit-elle. Et dire que ce que je voulais par-dessus tout c’était lui faire plaisir. ». Plus surprenant : « Je m’étais juré de le faire la prochaine fois qu’on me passerait un billet de...
Maïa Bouteillet
juin 1998
Le Matricule des Anges n°23