La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Philippe Annocque

A propos

La bête en nous D’une écriture tellement feutrée qu’elle en devient menaçante, Philippe Annocque fouille l’âme d’un village rongé par un mal étrange. Pas étonnant qu’il faille marquer un temps d’hésitation avant de reconnaître Philippe Annocque lorsqu’il pousse la porte du café. Il ne ressemble pas vraiment à la photo imprimée en quatrième de couverture de son premier roman. Tout comme les deux livres dont il est l’auteur ne se ressemblent pas. Leurs thèmes sont éloignés, leurs cadres diamétralement opposés et leurs styles en complet décalage. Une affaire de regard, paru au Seuil en 2001, est l’histoire d’un type qui collectionne les ratages. Une sorte de anti-héros, passif avec les filles, en train de taper sur une vieille machine un...
juin 2005
Le Matricule des Anges n°64

Ouvrages chroniqués

Seule la nuit tombe dans ses bras
de Philippe Annocque
2018
Le nouveau roman de Philippe Annocque fait d’une histoire d’amour virtuelle une métaphore du pouvoir des mots et de leurs limites. L’amour est-il une réalité, ou ne s’agit-il que d’une idée ? Une sorte d’aventure que l’on se construirait dans la tête, moins directement palpable, mais tout aussi puissante ou amère ? Quelque chose qui serait à la fois beau, émouvant, angoissant, curieux et incertain, mais également un peu désenchanté. Ou surtout désenchanté : l’expression d’une forme très contemporaine de la solitude, « comme le rêve si vivace au réveil ne laisse une heure après guère plus qu’une impression triste ou langoureuse dont on a oublié la cause ». Herbert Kahn, certainement, penche pour la deuxième option,...
Guillaume Contré
septembre 2018
Le Matricule des Anges n°196
Pas Liev
de Philippe Annocque
2015
En un récit tressautant, Philippe Annocque invente un personnage sans horizon dont il nous demande de deviner la situation. Arrivé dans une localité probablement rurale, Kosko (sans rapport avec le traducteur du Piotrus de Leo Lipski, Allan Kosko) pour y occuper les fonctions de précepteur, un certain Liev, individu n’arborant pas de qualités particulières, s’installe dans une propriété qui pourrait être une ferme. Ou autre chose. Là, en absence des enfants dont il doit s’occuper, un homme lui fournit de petits travaux de copie, Magda lui apporte ses repas, le met dans son lit, et la fille de la propriétaire, si c’est bien elle, Sonia, se fiance à lui… « Non, vraiment, tout allait bien pour Liev. » Pourtant,...
Éric Dussert
octobre 2015
Le Matricule des Anges n°167
Liquide
de Philippe Annocque
2009
À travers le récit d’un homme en quête d’identité, Philippe Annocque compose un texte d’une familière étrangeté. Il « . » Elles « . Un homme au bord d’un fleuve. Les femmes (Suzanne, Angélique, la mère) qui l’ont traversée, sa vie. C’est à partir d’un cliché (le lieu commun selon lequel la vie poursuit son cours, charriant et confondant à la manière d’un fleuve ses alluvions-souvenirs), que Liquide, récit inattendu et discret de Philippe Annocque, dit justement l’usure, celle d’un être autant que celle des mots, et montre comment, par menues et presque imperceptibles dérives, une vie se trouve emportée malgré elle très loin de son lieu de départ. Il fait en effet transparaître le continu glissement...
Chloé Brendlé
mai 2009
Le Matricule des Anges n°103