La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Stéphane Audeguy

A propos

Le monde réapproprié Lecteur encyclopédique, Stéphane Audeguy a puisé chez Jules Verne le désir du monde, chez Diderot le mariage de la pensée et de l’émotion, chez Queneau l’art de la narration. Ses trois romans proposent un enchantement critique de notre temps. L’année 2005 n’aura pas été mauvaise pour la littérature. C’est cette année-là que paraît le premier roman de Stéphane Audeguy, La Théorie des nuages qui va souffler un air frais dans les lettres françaises. Proprement enchanteur, ce roman raconte l’arrivée d’une jeune bibliothécaire, Virginie Latour, dans la maison d’Akira Kumo un célèbre couturier japonais qui a souhaité qu’elle s’occupe de classer sa bibliothèque essentiellement consacrée à la météorologie. Nous sommes à Paris en 2005, mais les récits épisodiques du Japonais vont nous conduire un peu partout dans le monde : pour...
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101

Aux sources de l’homme

Quand on goûte un cocktail et qu’il est bon, on cherche à repérer quels ingrédients le constituent. Mais, souvent, ce n’est pas tant affaire d’ingrédients que de dosage, d’équilibre, de justesse. Avec le troisième roman de Stéphane Audeguy, on se surprend à ressentir une ivresse légère d’une lecture limpide. La rapidité des quatre-vingt-seize chapitres y est pour quelque chose, sûrement. Le...
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101

Le médiateur universel

Tenant d’une littérature de la narration, Stéphane Audeguy polit ses romans pour en faire les miroirs de notre contemporanéité. Pour en révéler, poétiquement, les lumières et leur pénombre. Réflexions autour de l’art romanesque. Dans la conversation, Stéphane Audeguy chevauche des idées. C’est du moins l’impression qu’il donne. Ses phrases, très rapidement, s’estompent à peine commencées pour laisser place à une association d’idée venue en parlant qui elle-même en générera d’autres qu’il lui faudra prendre en cours de route. L’homme est un virtuose de la digression. S’il s’applique à répondre à nos questions, pour...
mars 2009
Le Matricule des Anges n°101

Ouvrages chroniqués

L' Enfant du carnaval
de Stéphane Audeguy
2009
Stéphane Audeguy renoue avec l’époque révolutionnaire, son théâtre populaire et le rire. Une manière aussi d’éclairer, à contre-jour, notre époque. Bon nombre des titres de la belle collection « L’Un et l’Autre » s’ouvrent un espace entre fiction et essai. Un écrivain déroule une prose, parfois rêveuse, parfois joueuse, toujours délicate, entre un personnage (historique, littéraire, mort, vivant, inventé, célèbre ou non) et lui-même, entre l’autre, donc, et soi-même. La fiction, alors, est un moyen de dessiner le rapport que l’écrivain entretient avec son sujet. Stéphane Audeguy, lui, a choisi résolument la forme de l’essai. Nulle fiction ici pour évoquer la figure du dramaturge et romancier Pigault-Lebrun (1753-1835). Il y avait...
Thierry Guichard
novembre 2009
Le Matricule des Anges n°108
Fils unique
de Stéphane Audeguy
2006
En incarnant le frère aîné de Jean-Jacques Rousseau, Stéphane Audeguy dresse le portrait d’un siècle que le rationalisme a tué. Illusions perdues. Pour son deuxième roman, après le très réussi La Théorie des nuages, Stéphane Audeguy a offert un corset à sa capacité d’invention. Qui est grande. Un corset historique et linguistique puisqu’en prêtant sa voix au frère de Jean-Jacques Rousseau, il s’imposait d’écrire comme on le faisait au XVIIIe siècle et de tenir la fiction sous le joug de la vraisemblance historique. Rousseau, dans Les Confessions, n’évoque que peu son frère aîné, qu’il connut à peine. Stéphane Audeguy s’est emparé de ce mystère pour imaginer la vie de François. Ayant, ici, survécu à Jean-Jacques et à la Révolution,...
Thierry Guichard
octobre 2006
Le Matricule des Anges n°77