Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Tragique
de
Franck Venaille
Obsidiane
16.76 €


Article paru dans le N° 037
Décembre 2001-février 2002

par Thierry Guichard

*

    Tragique

C'est d'abord une contemplation. Face à un lac étale, voir surgir des eaux des morts qui s'avancent. Dans une sorte d'"éther", contempler ce lieu où vie et mort vont de pair. Sans angoisse. Ou plutôt avec une angoisse sereine. La mort est un territoire connu : "Là/ dans cette terre d'avril/ quelqu'un plantait des morts// cela formait une zone de connaissance// où la confiance/ malgré tout// revenait". Les images sont fortes, comme suspendues dans une brume que dément le bleu du lac. L'instant convoque les souvenirs d'une vie "(...) vouée à l'obsession/ première : activer la braise ardente de la chair!" On devine que celui qui parle, qui se décrit, a laissé derrière lui la ville, les rues, le monde bruyant.
Il vient à la rencontre des morts, de sa propre mort. Fossoyeur de lui-même, il entre en terre, dépouillé de ce qu'il fut : "J'ai fait de ma vie ce repoussoir au bonheur./ Je ne sais plus ne sais ne sais pas ne sais plus pourquoi." Les oiseaux l'accompagnent, le guident "Et, s'ils crient, c'est bien pour signaler au marcheur qu'il leur ressemble." Quelques moments de bonheurs, en Engadines, sous une lumière douce n'empêchent pas que l'on entende "rauque et rauque cette toux rauque" venue d'une chambre d'hôtel et qui signale "(...) à toutes et tous,/ que, parmi eux, un être souffrant, sur sa couche, mal respirait." On pense là au Moriendo de Roger Laporte à Rilke aussi. Sur cette mélodie silencieuse, ce requiem murmuré, Franck Venaille fait entendre quelques ricanements "sous le toit d'ardoise des oiseaux", fait voir quelques grimaces mortuaires de l'"officier du 54e régiment des Trop Sensibles". L'homme se moque de lui-même, dans des élans verticaux qui rompent la mélodie : "quand cesserai-je de porter &a

Tragique
Franck Venaille
Obsidiane
162 pages, 16,76 e (110 FF)

 Tragique de Franck Venaille

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Thierry Guichard

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos