Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

La Pens?e de midi N?10 (?clats de fronti?res)
de
Prenom auteur Nom Auteur
Editeur
15.00 €


Article paru dans le N° 046
15 septembre-15 octobre 2003

par Jean Laurenti

*

   La Pens?e de midi N?10 (?clats de fronti?res)

Au travers de l'olivier

Cette livraison offre une large place à l'actualité brûlante de la question des frontières. Une question qui ouvre des perspectives immenses ; La Pensée de midi les explore à travers des approches ancrées dans diverses disciplines du savoir et des arts. Forte d'une ligne éditoriale rigoureuse, et d'un niveau rédactionnel exigeant, la revue l'est aussi d'une iconographie qui contribue largement à la qualité du propos : une sélection de photographies qui ne sont pas de simples illustrations. Un entretien liminaire de Thierry Fabre avec le géographe Jacques Lévy, pose quelques jalons sur ce champ. On y trouve une définition de la frontière " ligne franche qui définit un dedans et un dehors, qui rend possible un basculement immédiat d'un espace dans un autre " qui s'oppose à celle des " confins " " zone incertaine ", propice à l' " état d'indécidabilité qui vous empêche de savoir si vous êtes encore ici ou déjà là ".
C'est ainsi que l'Europe, de par l'histoire de son rapport au monde, violent et expansionniste, voit ses limites perçues comme des confins : en tous points du globe, on trouve un peu d'Europe, mais celle-ci se ferme de plus en plus depuis les accords de Schengen. En écho, le sociologue Michel Peraldi propose une réflexion à partir du Projet de paix perpétuelle de Kant. Il s'agirait de renoncer à la posture du regard philanthropique porté sur l'étranger (qui nie " les rapports d'étrangeté mutuelle "), au profit d'un droit de visite " droit réciproque qui présuppose la mobilité croisée " , d'un retour des codes d'hospitalité effacés au cours de l'histoire coloniale.
Plusieurs contributions apportent des éclairages sur divers types de frontières situées aux marches sud de l'Union, chacune suscitant des modes de passage appropriés et souvent des tragédies humaines. Caroline Galmot décrit ainsi le quotidien de deux villes voisines situées au Maroc : Nador, la marocaine industrieuse, que les jeunes rêvent de quitter et Melilla, enclave espagnole, petit morceau d'Europe dont les candidats à l'émigration cherchent à franchir les frontières. L'économiste Mehdi Lahlou étudie les chiffres des filières d'émigration qui passent par le Maghreb : où on constate que ce dernier, plus qu'un simple point de passage vers l'Europe, devient de plus en plus avec la Libye une destination pour l'émigration subsaharienne. D'autres articles mettent en lumière ces mouvements de population : une comparaison entre Tanger et Durrës en Albanie, une étude du face à face Menton/Vintimille... Des textes littéraires viennent éclairer le thème de la frontière : on y trouvera parmi d'autres ceux de Claudio Magris, François Maspero ou Arezki Mellal. On lira avec plaisir une très belle chronique de Costanza Ferrini, Pour une littérature de l'olivier, et pour finir un texte inédit et lumineux d'Anna Maria Ortese sur le Sud italien.

* La Pensée de midi N°10 - 174 pages, 15 e
Actes Sud

La Pens?e de midi N?10 (?clats de fronti?res) de Prenom auteur Nom Auteur

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Jean Laurenti

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos