Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros
Christian Rullier
Interview
Christian Rullier : le désespoir ludique


Christian Rullier

par Laurence Cazaux



Tous nos interviews

Cancre et premier de la classe, bosseur acharné et noceur de première, Christian Rullier est un auteur de théâtre reconnu, comme le prouve la réédition d'Annabelle et Zina et du Fils. Ecrivain polyporphe, il se nourrit de la vie qu'il veut mouvementée.

Christian Rullier est un homme direct. Au jeu des questions, il se livre sans faux-fuyants. Comment êtes-vous devenu écrivain?
J'ai commencé à écrire vers dix ans. J'étais un enfant solitaire, la solitude et les mots ont à voir ensemble. J'avais inventé un jeu, je prenais deux textes différents, un que je décrétais masculin, mal découpé et un féminin, bien propre et lisible, je les assemblais et je devais réinventer une nouvelle histoire. Plus tard, après 3 mois de médecine, stoppés dès mon premier cours d'anatomie, un an et demi à vouloir faire du cabaret, j'ai commencé des études de lettres. J'écrivais énormément de nouvelles.

Pas de théâtre?
C'est venu plus tard, à la suite de rencontres avec des comédiens et surtout des comédiennes. Il y a eu fusion entre mon désir poétique et le théâtre. Je retrouvais dans l'acteur l'esprit de fête, le travail acharné et l'émotion. Ca me fascine de pouvoir changer de peau. Quand j'écris, je m'immerge dans mes personnages. Dernièrement, j'ai inventé un rôle odieux et je devenais moi-même insupportable.
Quels sont vos écrivains préférés?

Les auteurs qui écrivent dans la profusion et le cru ou dans le formalisme mathématique. J'aime par dessus tout le mélange des deux. J'aime Perec et sa vie mode d'emploi qui a longtemps été un livre de chevet, la musique de l'Inquisitoire de Pinget, La Méprise de Nabokov pour le caractère simple et très structuré de son écriture, la crudité de Selby junior ou de Céline, Borgès pour le mélange de réalité et de fiction, et pour le théâtre, Durif, Minyana, Fargeau, Shakespeare, Claudel...
Comment naît un sujet?

Je ne sais pas. J'écris 4 ou 5 phrases. La plupart du temps, rien ne vient ensuite. Parfois, une musique ou un rythme font naître un personnage ou un sujet. Pour Le Fils, tout est parti d'un jeu. Je déménageais et je repeignais mon appartement. Je suis entré dans un café en tenue de travail. Deux peintres en bâtiment m'ont pris pour un confrère, je n'ai pas démenti. Le soir, habillé en costard cravate, je suis entré dans un autre bar. Le patron m'a pris pour un représentant. J'ai joué le jeu pendant 15 jours puis je me suis demandé ce qui resterait dans la tête de tous ces gens si je disparaissais. La vérité pour moi est ambiguë.
L'actualité, les faits divers ne vous font donc pas écrire?

Je lis beaucoup la presse, je reçois des chocs extérieurs, insupportables, mais ça ne me pousse pas à écrire, ça s'intègre tout seul.
Dans votre oeuvre, la recherche du père est-elle importante?

Elle est fondamentale. J'ai vécu à Limoges avec ma mère et mes grands-parents, sans mon père. Mon prochain roman relatera l'histoire d'une quête à travers le monde, la quête d'un homme pour un autre homme. Au début, je voulais même appeler ce roman Le Fils, puis j'ai abandonné l'idée.
Vous réécrivez vos textes?

Je suis un obsédé. Je travaille au minimum dix heures par jour. Sur mon ordinateur, je relis et corrige chaque matin tout ce que j'ai écrit. Je marmonne mes textes, je les malaxe à voix basse pour entendre leur musique. Le Fils, je l'ai écrit en onze jours. Par contre, il y a eu cinq versions d'Annabelle et Zina et ça m'a pris un an et demi. Ces deux personnages devaient être lucides et ça me renvoyait à mes propres choix. C'était très douloureux.
J'ai trois axes de recherche, les fragments, les textes éclatés (Le Fils et ses 100 personnages, Sur tout ce qui bouge avec 500 rôles), les pièces plus psychologiques (Annabelle et Zina, L'orphelinat) et les monologues (Il marche, C'est à dire, Femmes).
Qu'est ce que le théâtre a à nous dire aujourd'hui?

Le théâtre que j'aime dit des choses qu'on n'a pas l'habitude d'entendre. Aujourd'hui, il y a une imposture en France. Notre société recherche frénétiquement du divertissement sous cellophane. La nécessité du théâtre disparaît. Le théâtre amateur est souvent plus "vrai" que le théâtre professionnel.
Rien ne m'insupporte autant que le mensonge, les gens qui font semblant. La fiction est une recherche de cette authenticité qui nous manque. Je rêve d'un monde qui n'aurait pas besoin de mon métier.
La fin de C'est à dire est un constat terrible sur l'inutilité de l'écriture...

C'est un suicide. Je pense effectivement que l'écriture ne sert à rien. C'est juste une drogue pour celui qui en a besoin. C'est pourquoi l'esprit de fête est important, pour contrebalancer tout ça. J'ai envie de baroque. Je veux voir des gueules, entendre des phrases. La nuit est énormément baroque. Les gens de la nuit sont souvent dans une quête, une même solitude. Un désespoir ludique..

En plus des titres cités ci-dessus, Christian Rullier est l'auteur de :
L'Alphabet des désirs, roman

Ed. Buchet-Chastel
Attentat meurtrier à Paris 320 morts 800 blessés Ed. Théâtrales
Football et autres réflexions
Ed. Théâtrales

Laurence Cazaux

   

Revue n° 005
(décembre 93-janvier 94).
Commander.

Christian Rullier


Livres sur le site
( signale un article critique) :

Dernières outrances
Sur glane
Sur tout ce qui bouge
Annabelle et Zina (suivi de) Le fils
Femmmes : trois monologues
Les monologues : C'est-à-dire, Il marche, Il joue
Les Baltringues (tome 2)

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos