La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Amandier

Ouvrages chroniqués

Et le pourboire des anges
de Laure Cambau
2007
Un son, un rythme, du panache, de la gravité aussi, la poésie de Laure Cambau relève d’une verve aussi lucide que débridée et d’un sens souverain de la désinvolture assumée. « Laisse tes rêves/ géographie souterraine/ sur le tabouret// un homme à la coque/ daté à l’encre rouge/ sur la fesse gauche// pluie sur le laurier/ un crapaud sous la soutane/ ton corps à l’ouvrage// mon lit est un zoo/ le repos du voyageur/ épluché en silence ». Un droit à l’étrangeté revendiqué haut et fort, décliné avec de beaux accents d’intensité et conjugué à des désirs en migration ou à des appels à la tempête...
Richard Blin
juillet 2005
Le Matricule des Anges n°65
Sublim’Interim (ou) L’Amour, c’est un boulot de tous les jours
de Louise Doutreligne
2008
Le titre choisi par Louise Doutreligne fait référence aux Sublimes, ces « ouvriers libertaires du XIXe siècle, dont l’expertise était rare et très recherchée et qui pouvaient louer leurs services au plus offrant. C’étaient des fortes têtes refusant la discipline de l’usine et prêts à en claquer la porte à chaque instant, ils travaillaient à leur guise pour une durée qu’ils déterminaient eux-mêmes, puis s’en allaient dépenser leurs revenus dans les guinguettes et les estaminets. » L’auteur essaie de voir si une filiation est possible entre les Sublimes et le travail intérimaire...
Laurence Cazaux
juin 2008
Le Matricule des Anges n°94