La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Atelier des Brisants

Ouvrages chroniqués

Le Baedeker lunaire (poèmes 1)
de Mina Loy
L’actualité éditoriale sait jouer des tours dont elle n’est souvent pas maîtresse. Aujourd’hui, Mina Loy bénéficie d’une lumière immédiate qui forme un contraste aveuglant avec l’oubli qu’elle subissait depuis des lustres -éteints, évidemment. Un roman fraîchement sorti tente de restituer un peu de la vie d’un trio mythique : Jack Johnson, le boxeur noir américain, Arthur Cravan, boxeur du monde littéraire, Mina Loy son épouse. Pourra-t-on, enfin, renverser un peu de ce « Mina Loy, son épouse », et redonner à celle-ci la place qu’elle mérite ? Née en 1882, amazone des aventures...
Pierre Hild
avril 2001
Le Matricule des Anges n°34
Brisants
de Vincent la Soudière
2003
Célébrée par Michaux et Cioran, l’écriture de Vincent La Soudière demeurait dans l’ombre. Brisants permet de découvrir un auteur essentiel. L’horloge des reconnaissances posthumes nous donne un nouveau rendez-vous. Si Vincent La Soudière a publié de son vivant Chroniques antérieures (Fata morgana, 1978), il fait partie de ces écrivains dont le nom surgit parfois au détour d’un entretien avec un écrivain, ou dans une revue qui n’existe plus depuis longtemps. Aussi vrai qu’une histoire littéraire s’écrit au revers de l’officiel, souvent événements douteux ou articles de foire, les écrits de Vincent La Soudière (1939-1993) auront eu quelques lecteurs confidentiels, dont deux qui ne sont pas sans importance : Cioran et Michaux....
Marc Blanchet
octobre 2003
Le Matricule des Anges n°47
Corps secrets
de Valérie-Catherine Richez
En un livre nocturne, la peintre et poétesse Valérie-Catherine Richez dessine des paysages inédits où un corps raconte ses assauts avec l’éclat du feu. On pourrait appeler les récits poétiques de Valérie-Catherine Richez « Hymnes à la nuit » tant celle-ci est la matière de chacun d’eux. Mais l’hymne suppose une parole ascendante, ou transcendante, révélée par la nuit et s’immortalisant en elle. Si ce lien existe dans ces textes, la notion de chant se substitue à un combat si âpre et chaotique que la musique semble dépassée par la violence des tableaux décrits. Il s’agit de visions nocturnes, où l’on chuchote, s’effraie, s’enivre de monstres multiples, de passages, d’apparitions. Difficile de décrire davantage ce qui se trame dans ces...
Marc Blanchet
novembre 2002
Le Matricule des Anges n°41
Poèmes mobiles
de Maurice Mac-Nab
Figure emblématique du Chat Noir, Maurice Mac-Nab (1856-1889) n’était pas tendre avec ses contemporains. Ce "croque-mort de la chanson", à l’humour communicatif, était aussi un véritable contestataire. L’édition complète des œuvres de Maurice Mac-Nab (poèmes, monologues et chansons) permet de faire ressurgir de l’oubli l’un des piliers du cabaret montmartrois du Chat Noir qui fut une idole en son temps. C’était un « prince de l’humour » (noir) et avec quelques complices1 l’un des précurseurs du surréalisme : « Madame Lagrifouille, somnambule, 32, rue du Plat - à - Barbe, explique les songes. Nom d’un pépin ! Voilà mon affaire ! » L’érotisme et la morbidité non plus n’étaient pas absents de son œuvre, avec une prédilection pour le postérieur féminin. Chroniqueur de son époque, la...
Stéphane Branger
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42
Serge Pey et l’internationale du rythme
de Collectif
2009
A 60 ans, les mots, le corps, la peau du poète toulousain semblent se ramifier, créant une toile invisible recouvrant le monde jusqu’à l’infini. La toile par-dessus la toile. Difficile de réduire tout être à un mot, un concept, voire une appartenance. Quasi impossible de saisir Serge Pey ? Serge Pey est poète d’action. 17 mars 2010, 19 heures : hall de la cafétéria de la médiathèque Émile-Zola, Montpellier. Lieu froid, impersonnel. Sur le sol, deux colonnes de feuilles blanches couvertes d’un long poème. Sur chaque feuille, une tomate que Serge Pey écrase tout en récitant. L’espace, réanimé, se métamorphose. L’auditeur se révèle tour à tour amusé, éberlué, agacé, impliqué. La voix résonne, tonitrue, évoque un camp, Sabra ou Chatila ? A l’instar du...
Dominique Aussenac
mai 2010
Le Matricule des Anges n°113
Veira Da Silva
de Bernard Noël
Trois livres. Trois textes hors-textes. Pour faire bouger les genres : trois charnières. Un livre d’entretien comme un long poème. Un livre poétique, en forme d’entretien avec soi-même. Et un troisième, au titre de vertige. Dans la collection Rencontre, chez Dumerchez éditeur, Veira Da Silva par Bernard Noël. « Où trouver la justesse aujourd’hui sinon dans la relation amicale ? Et si quelque chose comme la vérité peut encore exister, n’est-ce pas à travers cette justesse-là et les choix qu’elle impose ? Le mot « rencontre » exprime ce qui fonde la réalité du face à face et du dialogue : il est l’enseigne de cette collection pour témoigner à la fois d’une orientation et d’une pratique…. » C’est à partir de ce postulat que Bernard Noël a vécu et écrit cette double rencontre avec Veira Da Silva, parue en 1977...
Dominique Sampiero
octobre 1994
Le Matricule des Anges n°9

Auteurs