La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Atelier du Gué

A propos

Trente ans en brefs Au service de la nouvelle et du texte court, Martine et Daniel Delort qui ont créé L’Atelier du Gué en 1975, font un bilan sans concession de leurs luttes. Mais misent toujours sur les bonnes nouvelles. On pourrait choisir le générique de la série Amicalement vôtre avec, en lieu et place de Lord Brett Sinclair et Danny Wilde, Martine et Daniel Delort. Sur l’écran, les images montreraient Martine à Grenoble dans les années 60. Elle y suit des études de Lettres. Parallèlement, Daniel est à Paris : études scientifiques, du côté de la biologie. Mai 68 met un peu d’action dans le générique et voici Martine montée à la capitale. Elle est devenue attachée de presse au Seuil ( « pas du tout Le Seuil d’aujourd’hui » ). Daniel fait de l’analyse bio-médicale. Sur la musique qui accélère le passé,...
octobre 2006
Le Matricule des Anges n°77

Ouvrages chroniqués

Boris le Babylonien contre l’Aligot Littéraire
de Julien Campredon
2006
Les manifestations littéraires, salons du livre, conférences et signatures inspirent depuis des temps immémoriaux des commentaires moqueurs aux observateurs les plus espiègles. On se souvient notamment du Salon de Max Genève (Bernard Barrault, 1986) parce qu’il avait fait scandale. Aussi impertinent que taquin, Julien Campredon, un jeune collaborateur de la revue (et structure éditoriale) Monsieur Toussaint Louverture, lance à son tour une boule puante sur les moquettes du Salon du livre de Paris sous l’espèce d’une nouvelle humoristique. On y découvre un jeune auteur provincial...
Éric Dussert
juin 2006
Le Matricule des Anges n°74
Brèves N°56
Gao Xingjian s’est fait connaître en France avec La Montagne de l’âme (Éd. de l’Aube, 1995).En lui consacrant sa couverture, la 56e livraison de Brèves rappelle qu’elle fut probablement la première à publier une nouvelle de cet écrivain, peintre et metteur en scène. Dans un entretien très informatif, Gao Xingjian rappelle son parcours de dissident.Le jeune homme, lors de la Révolution culturelle devait se cacher pour se livrer à l’écriture, au risque d’y laisser sa vie.Qu’aujourd’hui il se dise plus inquiet par l’évolution du marché contre l’art qu’il ne l’est de l’évolution des...
Thierry Guichard
mai 1999
Le Matricule des Anges n°26
Elsinore
de Salvador Elizondo
2001
Elsinore est un curieux récit du Mexicain Salvador Elizondo qui l’a présenté comme l’aboutissement de son oeuvre. Voilà qui clôt une bibliographie peu fréquentée depuis la parution chez Gallimard de Farabeuf ou la Chronique d’un instant (1969) et de L’Hypogée secret (1971). Philippe Ollé-Laprune, le préfacier du présent volume, récapitule pour nous l’essentiel de ce qu’il faut savoir : S. Elizondo est né en 1932, il est le fils d’un producteur de cinéma et appartient à la génération de la Casa del Lago, laquelle « a interrogé le sens de la vérité en littérature et la validité des formes...
Éric Dussert
septembre 2001
Le Matricule des Anges n°36
Histoires de jour, contes de nuit
de Jabbar Yassin Hussin
Comme dans un rêve, les voix s’estompent, les formes deviennent incertaines, les souvenirs affleurent, seul trésor de l’exilé, car « celui qui meurt sur la terre d’autrui meurt seul… » En France depuis 1976, Jabbar Yassin Hussin n’a emporté pour tout bagage que sa passion pour un pays qu’il a dû fuir, l’Irak. En témoignent ces récits passés, Le Lecteur de Bagdad, ou encore ces vingt-neuf nouvelles, autant de strates archéologiques patiemment fouillées. Indulgence nostalgique et courageuse lucidité s’y disputent une suprématie illusoire. Parce qu’il a choisi de montrer l’Irak vécu par ses...
Franck Mannoni
janvier 2003
Le Matricule des Anges n°42
Une halte au paradis
de Bruno Doster
Le paradis dont il question dans ce roman n’en serait pas un pour tout le monde : il s’agit d’un appartement où le rouge domine. C’est là que le narrateur s’est calfeutré. Il a obturé fenêtres et porte pour que ni la lumière du jour ni l’obscurité de la nuit ne passe. Il a enfermé sa montre dans un tiroir pour arrêter le temps. Dans ce huis clos hermétique, l’homme porte d’étranges cravates « club » aux tons criards, passe beaucoup de temps dans les toilettes, convoque les ombres fantomatiques de sa famille, la mère surtout. Le narrateur donne aux objets qui l’entourent une fonction...
Thierry Guichard
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20

Auteurs