La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Aube

Ouvrages chroniqués

Liste alphabétique des titres


À nos vingt ans
de Nguyên Huy Thiêp
2005
Lmda N°62 D’entrée de jeu, le problème est de savoir qui « capte » aujourd’hui au Vietnam. Khuê, le héros, clame : « J’ai vingt ans cette année et je vais vous dire franchement : personne ne capte rien. » Les valeurs traditionnelles ont fait leur temps, les préceptes communistes aussi ? Il ne reste que l’argent facile, l’individualisme forcené, la vitesse et toujours la survie. En rupture avec son...
Nuit d’Hanoï
avril 2005
Adieu Ménilmontant
de Ali Erfan
2005
Lmda N°65 Quand un exilé en quête d’intégration projette son sentiment d’exclusion, ou comment se révèle l’envers des « bons sentiments », par Ali Erfan. Au cœur des intrigues de Ménilmontant, le Ménilmuche d’autrefois continue d’envahir l’histoire des nouvelles diasporas entremêlées. Un photographe y tient sa boutique sans conviction, se croit vaguement amateur et n’ose dévoiler ce qu’il vit comme une imposture mais n’est-ce pas plutôt le reflet de la culpabilité qui l’assaille, d’être là sans parvenir à en éprouver le plein droit, dans ce...
Compassion idiote
juillet 2005
Les Amants de Tiananmen
de Diane Wei Liang
2006
Lmda N°74 Une fois de plus, la Chine ouvre les pages sombres de son histoire. Pas par la voix officielle, bien sûr, mais par celle de ses dissidents, de ces écrivains qui ont pu témoigner en faisant sortir leurs manuscrits du pays, ou en s’exilant, comme Diane Wei Liang. Née en 1966, au début de la Révolution culturelle, elle doit quitter la Chine en 1989, suite aux révoltes étudiantes de la place...
Tiananmen mon amour
juin 2006
Au bureau
de Nicole Malinconi
2007
Lmda N°86 La nouvelle est tombée « (…) disant que des temps difficiles s’annonçaient pour la grande famille, et qu’ils ont parlé de départs volontaires. » C’est comme ça que Jean apprend que son heure est venue. Dès lors il prend la décision de tout noter dans un cahier, « pour tâcher de ne plus rien perdre de ce qui arrive ». Un narrateur omniscient mêle sa voix à celle de Jean, ouvre une à une les...
Réduire le personnel
septembre 2007
Le Cimetière des oiseaux (suivi de) Bagdad mon amour
de Salah Al Hamdani
2003
Lmda N°49 Il y aura bientôt trente ans que Salah Al Hamdani vit en exil en France. Il a quitté l’Irak, après un séjour en prison et continue à se battre sans relâche contre les sbires de Saddam Hussein et les nouveaux occupants anglo-américains. Al Hamdani a de la créativité et de l’énergie à revendre tant il se démultiplie sur le front artistique. Acteur, il a joué le rôle d’Enkidou dans Gilgamesh,...
Bagdad blessure
janvier 2004
Confession des lieux disparus
de Bessa Myftiu
2007
Lmda N°84 Écrire en et sur l’Albanie suppose que l’on se confronte à un géant : Ismaïl Kadaré. Peut-être n’y avait-il qu’un moyen d’exister après ce pourfendeur d’un des plus délirants totalitarismes de la planète : l’humour. C’est ce registre qu’a choisi Bessa Myftiu, né en 1961 dans ce minuscule pays et qui, enseignant aujourd’hui à Genève, écrit en français. Cette autobiographie, pourtant émaillée...
Une jeunesse albanaise
juin 2007
La Dame de l’Anémone
de Yo-Sup Chu
2005
Lmda N°69 Pour les Occidentaux, les patronymes coréens ne sont pas des plus révélateurs. À la lecture de La Dame de l’anémone, recueil de quatre nouvelles qui présente des portraits féminins peints avec une troublante et fragile sensibilité, un sens du détail, beaucoup de compassion, on se dit qu’il n’a pu être conçu que par une femme. Faux. Chu-Yo-Sup (1902-1972) était bien un homme. Il quitta la...
Sentiments coréens
janvier 2006
Dessine-moi un coq
de Spojmaï Zariab
2003
Lmda N°45 Traversées par les ombres de Kafka, Borges, les mythes et légendes afghans, les nouvelles de Spôjmaï Zariâb chantent la douleur d’être enfant, femme, mère, citoyenne d’un pays martyr. Une voix emplie de gravité et de dignité. Bien des civilisations millénaires aux cultures riches et raffinées n’hésitèrent pas au cours des siècles et sous le joug indissociable du patriarcat et de la religion à adopter les conduites les plus ignobles, les plus répressives envers les femmes. Par-delà le monde, des hommes placèrent même la femme derrière un rideau de fer, le fameux et sinistre tchâdori. C’est le cas de l’Afghanistan,...
Dame Pleine lune
juillet 2003
Entendez-vous dans les montagnes...
de Maïssa Bey
2005
Lmda N°70 Parce qu’elles ne peuvent s’incarner, parce qu’elles sont comme un vide creusé au vif de l’enfance, certaines douleurs anciennes continuent de harceler l’adulte hanté par des scènes tragiques aux images occultées. Au-delà de la barbarie, des massacres, la guerre d’Algérie, période noire de l’histoire contemporaine, pèse sur les consciences de tout le poids du refoulement, de la censure des...
Féroces soldats
février 2006
La Fabrique de crimes
de Paul Féval
2006
Lmda N°75 Si un seul titre du très prolifique Paul Féval devait demeurer, il s’agirait sans aucun doute du populaire Le Bossu, publié en feuilleton. Gros succès dès sa parution en 1857, plusieurs fois adapté au cinéma, il reste l’emblème d’une œuvre. C’est oublier un peu vite que Paul Féval a écrit une centaine de romans et nouvelles. Parmi ceux-ci, des bijoux d’inventivité comme La Fabrique de crimes....
Un mort sinon rien
juillet 2006
Gioconda
de Nikos Kokantzis
2014
Lmda N°175 Le Grec Nìkos Kokàntzis puise dans sa propre mémoire pour raconter la naissance à l’amour de deux adolescents. Avant que d’entrer dans ce récit d’une beauté tragique, fermons un instant les yeux et laissons-nous imprégner par l’ambiance méridionale dans laquelle ces pages vont baigner, avec « le crépitement des cigales », « l’odeur du thym parfumant l’air du soir », et celle du « sel marin », que seul un odorat exercé saura rendre perceptible. Un décor planté certes à la diable, mais dans lequel on...
In memoriam
juillet 2016
J’ai vu Ramallah
de Mourid Barghouti
2004
Lmda N°58 En 1996, après plus de trente ans d’exil, Mourid Barghouti, poète palestinien, membre influent de l’O.L.P, revient sur la terre de son enfance mais à celui qui fut privé de son passé on confisque désormais tout avenir. Les flux et reflux de l’Histoire ballottent les minuscules esquifs humains : l’étudiant qui croit partir quelques jours passer des examens se voit, à peine le dos tourné, privé de son sol natal, apatride repoussé de pays en pays, le paysan qui revient enfin chez lui, espérant cultiver cet infime espace libre qu’on lui accorde, verra arracher ses oliviers, à nouveau dépossédé, impuissant....
Nostalgie de l’avenir
novembre 2004
La Lune chauve
de Jean-Pierre Cannet
1991
Lmda N°7 Primé aux festivals de la nouvelle de Saint-Quentin et du Mans, Jean-Pierre Cannet est un écrivain de la chair. Violente et poétique, sa langue fouille les endroits les moins exposés de la condition humaine. Jean-Pierre Cannet n’écrit pas pour les adultes. Il n’écrit pas pour les enfants non plus, il écrit dans le bref interstice entre ville et sommeil, pensée et rêve, ce tout petit instant où bien au-delà du corps, hors de la conscience, on frôle du bout du cœur un frisson d’âme. Dans la courte notice biographique qui suivait son troisième roman, Les Vents coudés, il est précisé qu’enfant il...
Jean-Pierre Cannet
février 1994
Ma femme est une sainte
de Ali Erfan
2002
Lmda N°41 Exilé en France depuis 1981, l’écrivain iranien Ali Erfan publie un recueil de trois nouvelles, autant d’instantanés sur son pays d’origine. Situés pendant et après la révolution islamiste de 1979, les trois récits abordent des questions fondamentales sur la liberté d’agir et de penser, la répression policière et le pouvoir des petits chefs, toujours prêts à opprimer l’homme de la rue. Nulle...
Ma femme est une sainte
novembre 2002
Le Monde m’était promis
de Jean-Louis Serrano
2003
Lmda N°48 Le pays n’est jamais cité, il est pourtant de ceux dont on souhaiterait qu’il n’ait jamais existé, dévasté par une guerre fratricide, les Casques bleus impuissants, à cheval sur le fil de la haine. De part et d’autre d’une colline, trois personnages murés dans leur solitude, le cœur et l’âme désertés. Trois monologues qui alternent en de courts chapitres. Une femme, pauvre lambeau de chair...
Le silence des agneaux
novembre 2003
Pierre Sang Papier ou Cendre
de Maïssa Bey
2008
Lmda N°94 Un écrivain n’enseigne pas, il désenseigne. Il n’apporte pas de réponses, il apporte des questions «  : l’adage du grand écrivain algérien Mohammed Dib s’entend ici, dans le nouveau roman de Maïssa Bey, articulé au vif de la narration. Bâti sur 25 courts chapitres, une succession de tableaux hachés par le silence pour retracer cent trente-deux ans de colonisation française en Algérie, cette...
Terre et cendres
juin 2008
La Plaine de caïn
de Spojmaï Zariab
2003
Lmda N°45 Traversées par les ombres de Kafka, Borges, les mythes et légendes afghans, les nouvelles de Spôjmaï Zariâb chantent la douleur d’être enfant, femme, mère, citoyenne d’un pays martyr. Une voix emplie de gravité et de dignité. Bien des civilisations millénaires aux cultures riches et raffinées n’hésitèrent pas au cours des siècles et sous le joug indissociable du patriarcat et de la religion à adopter les conduites les plus ignobles, les plus répressives envers les femmes. Par-delà le monde, des hommes placèrent même la femme derrière un rideau de fer, le fameux et sinistre tchâdori. C’est le cas de l’Afghanistan,...
Dame Pleine lune
juillet 2003
Pour l’amour de Pénélope, Moulard premier épisode
de Jean-Jacques Reboux
Lmda N°30 Jean-Jacques Reboux inaugure une nouvelle série, le roman-feuilleton de Moulard… qui suit les traces du poulpe. Le premier épisode donne le la. Vendu comme le « premier feuilleton du troisième millénaire », le « projet » Moulard (du nom du personnage principal) ne manque pas d’ambition. Car après ce premier épisode, Pour l’amour de Pénélope écrit par Jean-Jacques Reboux, vingt-six autres ouvrages devraient suivre à un rythme mensuel. Chaque fois avec un auteur différent. On pense bien sûr au Poulpe mais, plutôt que d’exercices de...
Moulard superstar ?
mars 2000
Le Puits de mon âme
de Choi In-seok
2007
Lmda N°82 En trois nouvelles, le Sud-Coréen Choi In-Seok dénonce l’oppression tout en décrivant l’extrême solitude de l’engagement. Violent et beau. La littérature n’a pas pour fonction de supprimer les traumatismes. Même pas en Corée, où ceux-ci forment le sel d’un grand nombre d’écrits surlignant à l’encre rouge sang la coupure fratricide entre les deux Corée, et plus encore l’horreur de la dictature économico-militaire apparue dans les années 80. Dans Le Vieux Jardin, Hwamk Sok-Yong (Zulma, 2005) évoquait la torture et les années de...
Objecteur de conscience
avril 2007
Sangati
de Bama
2002
Lmda N°72 Sangati se lit moins comme un roman que comme un documentaire : dans une langue rugueuse, Bama raconte, par l’intermédiaire d’une jeune narratrice issue de la caste des intouchables, la vie d’un village tamoul. Élevée par Vellaiyammâ, une grand-mère charismatique, la jeune fille observe ses compatriotes et s’insurge contre les violences faites aux femmes, qui sont le sujet, quasi unique, de...
Irréductible féminisme
avril 2006
Une vie de chien
de Ngoc Tan Bui
2007
Lmda N°82 La prison, c’est un peu comme ce que les astronomes appellent le « trou noir » : un lieu où il n’y a plus ni espace ni temps « . Bui Ngoc Tan connut sa part de néant entre 68 et 73, cinq années qui l’éloigneront de l’écriture pour longtemps et du français à son corps défendant pour toujours. Né en 1934, jeune militant communiste puis journaliste il eut à souffrir de la guerre et de la faim,...
Les douleurs silencieuses
avril 2007

Auteurs