La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Herbe qui tremble

A propos

Une maison d'accueil Fondée à Paris, L’Herbe qui tremble publie des poètes francophones qu’elle associe souvent à des peintres. Des amitiés en toutes lettres. Près d’une centaine de titres publiés en dix ans. Et de la belle ouvrage. Des livres élégants, couverts d’une peinture. Thierry Chauveau, 62 ans, Parisien de naissance, se qualifie lui-même de « doux rêveur » et de « fonceur ». Vocation tardive ? C’est un autodidacte. « Je vivais avec les poètes que je lisais dans la bibliothèque de mon père. Surtout des classiques. » Jusqu’à la découverte de Christian Dotremont et d’Henri Michaux, au début des années 80 : « Un déclic ». D’où peut-être la coloration belge du catalogue de L’Herbe qui tremble, qu’il construit avec sa compagne Lydie Prioul....
octobre 2019
Le Matricule des Anges n°207

Ouvrage chroniqué

Voltige !
de Isabelle Lévesque
2017
Sous l’œil bleu du ciel et de la volatilité des songes, c’est à l’effeuillement du dedans sur le nu du dehors que nous convie Voltige !, le nouveau livre d’Isabelle Lévesque. Un livre nourri de cette émotion primitive où s’affirme la passion d’aimer et d’écrire que pourraient illustrer ces trois vers de Un peu de ciel ou de matin (Les Deux-Siciles, 2013) : « Tu m’appelais feuillage / et nous dansions / dans le pas du vent ». Portés par l’ardeur de l’heure matinale – « L’aurore est assoiffée » – et mus par le désir, ce souffle qui emporte, un Je, un Tu s’entrappellent, se trouvent, se...
Richard Blin
juin 2017
Le Matricule des Anges n°184