La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Po&Psy

A propos

D'une rive à l'autre Collection abritée par les éditions Érès, spécialisées en sciences humaines, Po&Psy publie des livres de poésie du monde entier. Le bruit des langues, dans une fraternelle résonance. D’une petite valise, Danièle Faugeras extrait un à un les vingt-six volumes que Po&Psy a publiés depuis 2008, et les pose sur la table. Variété de couleurs. Plaisir des formes. Ici, dans un format carte postale, les livres se glissent dans une pochette cartonnée. Feuillets reliés, libres ou en accordéon, c’est selon, accompagnés le plus souvent d’œuvres d’artistes. Là, un robuste Voix réunies de l’Argentin Antonio Porchia, de 1200 pages. « J’ai été élevée par un cartésien, communiste et instituteur. Peut-être ai-je besoin de sortir des cadres », sourit-elle. Née à Paris, Danièle Faugeras...
janvier 2016
Le Matricule des Anges n°169

Ouvrage chroniqué

Un soleil déjà oblique : Variations sur 40 poèmes de Misuzu Kaneko
de Jacqueline Salmon
2018
En contrepoint des poèmes de la Japonaise Misuzu Kaneko, Jacqueline Salmon a photographié les lieux de son existence comme elle avait pu les voir dans les années 1920. Je voudrais tout aimer » écrivait Misuzu Kaneko. Cette jeune Japonaise au destin tragique nous était inconnue jusqu’à ce que l’on découvre un beau livre mixte qui lie ses poèmes aux photographies de Jacqueline Salmon. Son talent s’y déploie, simple et beau. Née dans une famille de libraires, orpheline de père à 3 ans, la jeune Teru (née en 1903) prend le pseudonyme de Misuzu qui évoque le tintinnabulement d’une clochette et publie à l’âge de 20 ans ses premiers vers, « Les poissons », dans une revue de littérature pour enfants, Akai Tori. Ainsi présentées, les prémices de son existence...
Éric Dussert
février 2019
Le Matricule des Anges n°200