La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Blandine Rinkel

Message Envoyer un message

Articles

Kiosque

de Jean Rouaud
La vulnérabilité du kiosque Jean Rouaud se remémore les sept années qu’il passa rue de Flandre, à rêver la littérature en écoutant le vaste monde poursuivre sa course. Jusqu’à l’avant-veille de son prix Goncourt, en 1990, Jean Rouaud aidait à tenir un kiosque de presse, rue de Flandre. Dans celui-ci, des centaines d’heures passées debout à observer, à écouter, à essayer de comprendre. Qui ? Soi, bien sûr, mais aussi le monde entier : celui qui, dans cette décennie, peuplait le 19e arrondissement de Paris. Réfugiés pieds-noirs, vietnamiens, cambodgiens, libanais, yougoslaves, turcs, africains, argentins et français – tous passant devant la petite cabine spatiale des journaux. Les kiosques, épicentre cosmique des quartiers, sont, comme la boulangerie ou...
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

Nos cabanes

de Marielle Macé

La littérature nous sauvera

#description_courte

Inventer dans un monde abîmé

Comment les textes peuvent-ils nous aider à comprendre les formes de la vie ? Spécialiste de littérature française, Marielle Macé publie des essais poétiques et politiques sur ce que peut vouloir dire vivre autrement. Ce qui est le plus frappant, quand on parle avec Marielle Macé, c’est sans doute cette manière qu’elle a de se concentrer sur chaque mot et d’adresser son regard aux mots lancés comme si elle tenait à s’effacer pour les laisser, eux, apparaître. Comme si les phrases étaient vivantes et qu’elle s’efforçait d’en respecter la vie. Bien qualifier la vie, les différentes formes de la vie, c’est...
février 2019
Le Matricule des Anges n°200

Les Enténébrés

de Sarah Chiche

Orage et éclaircies

Sarah Chiche propose un récit rude et romantique des temps présents – où le sort de nos vies intérieures et celui du monde se révèlent intimement liés. C’est le récit d’une tension. Celui d’une force équivoque, qui agit en écartelant les corps. L’histoire d’une friction entre deux hommes au sein d’une même femme, elle-même tendue entre plusieurs visages, à l’intérieur du XXIe siècle qu’on sait on ne peut plus déchiré. C’est un texte en crise. Tout s’y agite, se contredit et c’est l’orage.  Ce livre advient au dernier chapitre de l’Histoire...
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199

Une Chose sérieuse

de Gaëlle Obiégly

Une chose curieuse

Une communauté de déboutés de la société se prépare à « la catastrophe » qui vient. L’occasion pour Gaëlle Obiégly de composer un texte facétieux et résolument indompté. Une résistance par le sauvage. Curieux, que la chose sérieuse soit si drôle. C’est d’abord ce que l’on se dit, en lisant le nouveau livre de Gaëlle Obiégly : tiens donc, c’est curieux. Et puis : c’est drôle. Ce n’est pas un livre drôle, entendons-nous, mais c’est tout de même un drôle de livre. Qui se présente sous la forme du monologue déviant de Daniel, 37 ans, enrôlé ou recueilli, c’est selon, dans une communauté...
janvier 2019
Le Matricule des Anges n°199

Invasion

de Luke Rhinehart

Une révolution par le jeu

Pourquoi vivre, si ce n’est pour en rire ? C’est la question que posait déjà Luke Rhinehart avec L’Homme-dé, et que réitère Invasion, satire SF joyeusement anarchisante. Vivre de hasard et d’eau fraîche, c’était le gimmick de Luke Rhinehart, avatar fictif de George Powers Cockcroft, auteur de L’Homme-dé (L’Olivier, 1995). Dans ce roman semi-autobiographique, un psychiatre déjouait sa dépression latente en jouant sa vie aux dés. Qu’adviendrait-il de nous si chacune de nos actions se voyait dictée par le hasard ? Tel un enfant abandonné dans les vastes allées...
octobre 2018
Le Matricule des Anges n°197