La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Didier Garcia

Message Envoyer un message

#collaborateur

Actualité

maison d’été

de René Guy Cadou
Trois femmes Le poète René Guy Cadou (1920-1951) a écrit un seul roman : La Maison d’été, pour célébrer l’amour et la vie rurale – en poésie. Lorsque ce roman s’ouvre, nous plongeons dans le Paris peu hospitalier de l’entre-deux-guerres, avec ses « flaques d’huile, lourdes comme des flaques d’âmes ». Gilles, à la fois narrateur, protagoniste et possible alter ego de l’auteur, y traîne sa pauvreté et sa difficulté à vivre. Quelques pages plus loin, le voici à la campagne, pour une escapade qui a les allures d’une délivrance. Une campagne dans laquelle il n’est pas interdit de deviner la Grande Brière, dont Cadou était originaire, à la fois généreuse et nourricière, pleine d’une poésie qui vous réconcilie immédiatement avec la...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Ethan Frome

de Edith Wharton

Voie sans issue

Avec Ethan Frome, la romancière américaine Edith Wharton (1862-1937) donne à lire une tragédie à la fois rurale et sentimentale. Bienvenue à Starkfield, petite bourgade imaginaire du Massachusetts. Un village enseveli tout l’hiver sous une épaisse couche de neige, avec des congères qui s’amoncellent à chaque carrefour, harcelé par les tempêtes de février, et entouré par un « paysage muet et mélancolique » ainsi que par des « surfaces misérables et gelées ». À tel point coupé du reste du monde que les plus malins de ses...
octobre 2019
Le Matricule des Anges n°207

Que les étoiles contemplent mes larmes

de Mary Shelley

Travail du deuil

Mary Shelley, l’auteure de Frankenstein, a vécu des années douloureuses. En témoigne son poignant « Journal d’affliction ». Lorsqu’elle ouvre ce journal, nous sommes le 20 octobre 1822. Mary Shelley vient d’avoir 25 ans, un âge auquel d’ordinaire on peut encore se permettre de songer à l’avenir. Pour elle, le temps s’est arrêté : elle qui avait déjà perdu trois de ses quatre enfants (une fille prématurée âgée de 10 jours, un fils de 3 ans et une fille d’1 an), elle pleure désormais la mort de son mari, le poète...
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

La Paix des jardins

de Alexandre Vialatte

La Paix des jardins de Alexandre Vialatte

Comme beaucoup d’écrivains, Alexandre Vialatte (1901-1971) s’est d’abord essayé à la poésie avant que d’en venir au roman (Battling le ténébreux, Le Fidèle berger et Les Fruits du Congo) et à la chronique. Voici donc réunis quelque quarante poèmes, répartis en trois périodes : ceux de l’année 1920, ceux des années 1921 à 1923, et ceux postérieurs à 1950. Cela n’étonnera personne, on y trouve...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

train zéro

de Iouri Bouïda

En milieu hostile

Le Russe Iouri Bouïda nous raconte l’histoire d’un train fantôme dans une gare de la Russie d’après-guerre. Un huis clos oppressant. Plantons rapidement le décor, comme nous le ferions pour une pièce de Beckett : deux baraques pleines de courants d’air, un pont rouillé, dont « l’ossature métallique disgracieuse » surplombe une rivière souvent en crue, et tout autour de la boue. Sans oublier, gardant l’entrée d’un entrepôt, des « chiens féroces mangeurs d’homme », et des rails qui mènent Dieu sait où. Bienvenue à la...
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205