La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Emmanuel Laugier

Message Envoyer un message

#collaborateur

Actualité

Sous l’imperturbable clarté

de Jean-Marie Barnaud
Ce qui reste d'un chant De livre en livre, Jean-Marie Barnaud donne à entendre une poésie au phrasé discret, sans ostentation, voix basse toujours à la recherche d’une joie qui serait une royauté pour tous… À la question qu’Alain Freixe lui pose quant à ce « comment dire » de la poésie, et ce qu’elle peut répondre face aux accidents qui viennent blesser l’existence, Jean-Marie Barnaud (né en Charente-Maritime en 1937) répondait, avec parcimonie et réserve, ceci : « il me semble que le “comment dire” devrait coïncider avec la nécessité de désencombrer la parole des artifices par lesquels parfois elle se montre, fait la roue, s’enchante d’elle-même, prétend fasciner par ses prouesses  ». Cette suspicion du langage, dans la possibilité qu’il a de claironner, voire de plastronner, Jean-Marie...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Poésies

de Hans Faverey

Un grand rameur

Avec Poésies, somme d’une vie en huit livres, c’est à l’art de la série et à ses variations que Hans Faverey nous convie en un vertige de surfaces folles. L’inflexion de voix que la poésie de Hans Faverey (1933-1990) nous donne à entendre, minimale, précise dans sa diction et dans son élaboration, aussi énigmatique quant à ses sujets que vertigineuse quant à ses attaques, tantôt ironique, tantôt sarcastique, varia selon les séries de poèmes. Sur à peine trois décennies, cette œuvre brève, huit livres tout au plus, a marqué la poésie...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Au pas inégal des jours

de Leonardo Sinisgalli

Paysages avec figures

Incomparable scrutateur de la mémoire, Leonardo Sinisgalli (1908-1981) rappelle combien il faut payer son enfance d’années de solitude pour dessiner un cercle dont nous parviendrions à sentir le contour. Dans L’Âge de la lune (2007), Sinisgalli, élégiaque comme Sandro Penna sut l’être, écrivait : « Il reste peu de phrases,/les plus honteuses ont le goût/des ongles dans la bouche./Il reste dans la vie cette chaleur/qui nous suffoque, le temps/insensé entre deux étés  ». On pourrait appliquer à cet ensemble de quasi-poèmes en prose que sont les textes d’Au pas inégal des jours, écrit dans le...
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

De(s)générations N°29 (Hospitalités)

De(s)générations N°29 (Hospitalités)

Après « Hospitalités », le trentième numéro de la revue De(s)générations interroge les « Inhospitalités ». Aux logiques de l’ouverture, celles de la fermeture, des exclusions ou ségrégations, ne pouvaient pas ne pas être prises dans le filet de l’analyse, non pour opposer une situation à une autre, mais pour en penser les sutures, les dialectiques internes, les écarts. Comme le rappellent les...
octobre 2019
Le Matricule des Anges n°207

Plan à vol de corbeau

de Yi Sang

Plan à vol de corbeau de Yi Sang

Celui que l’on a appelé assez bêtement le Rimbaud coréen mourut à 26 ans, en 1937, épuisé par la tuberculose, le jour même où les autorités japonaises le libérèrent des accusations d’activités séditieuses. Ce peintre contrarié par son oncle, devenu ingénieur dans l’administration d’architecture à Séoul, va vite abandonner sa carrière pour se donner entièrement à la poésie. Il laisse derrière...
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206