La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Se décomposer

    Lmda N°254 Dans un roman déconcertant et envoûtant, Chloé Thomas retrace la fuite en avant d’une pianiste tout à coup dégoûtée de son art.

    Fredon

    Par quel bout saisir ce roman ? Si l’on voulait coller à l’époque, on dirait que c’est l’histoire d’un burn-out : « Je cessai de jouer ; on me chassa. » Une talentueuse et jeune pianiste, Constance, arrête du jour au lendemain la musique. Le titre, Fredon (« air chanté à mi-voix, sans articuler les paroles », d’après le dictionnaire), à mi-chemin entre le chant et le bourdonnement, semble...
  • Sept maisons vides

    Domaine étranger Angles morts Dans un recueil de nouvelles angoissantes (et parfois drôles), l’écrivaine argentine Samanta Schweblin poursuit son exploration des recoins de la psyché à partir d’un motif simple en apparence : le chez-soi. Lire un récit de Samanta Schweblin, c’est toujours se demander comment la situation a pu déraper à ce point. Voyez plutôt : une femme s’enlise en voiture avec sa fille sur le gazon d’inconnus avant de s’incruster chez eux et de dérober le sucrier qui d’après elle, lui appartient. Ou cet incipit : « “Où sont les vêtements de tes parents ?” demande Marga. Bras croisés, elle attend ma réponse. Elle sait que je l’ignore et que j’ai besoin...
  • Moi, le glorieux

    Domaine français Les éructations du colon Mathieu Belezi poursuit son exploration de la matière sombre de la colonisation française en Algérie. Tu vas nous faire un beau discours, Bobby / oui, j’allais le leur faire ce beau discours qu’ils attendaient tous, foutre dieu ! j’allais me le fatiguer le cerveau, me les creuser les méninges, me les chauffer les cordes vocales, me l’actionner la forge à poumons, foutre dieu ! je n’allais pas me gêner ! j’allais la leur raconter notre histoire au président de la République et à ses ministres, secrétaires d’État, conseillers, éminences grises...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Drôle d’Œdipe

On attendait l’automne pour savourer le dernier Modiano en sa bruine mais alerte, voici que soudain les sirènes de l’édition retentissent au signal d’une intrusion : un inconnu de 25 ans a vendu en deux mois ses confessions cent mille fois. La presse repère dans ce succès aussi rapide qu’imprévisible les signes d’un véritable phénomène de société. Sans surprise, le Matricule exige une enquête. Patrick attendra. Mais ça alors quel hasard et que le monde est mince puisque Panayotis Pascot (le phénomène observé) accéda à la notoriété par la même rampe que Lilia Hassaine, commentée dans...
Le Matricule des Anges n°248
Yves Charnet

un auteur

Yves Charnet

Chronique
Traduction

Sophie Képès*

Les Garçons de la rue Pál, de Ferenc Molnár Ferenc Molnár, dont le vrai nom était Neumann, est né à Budapest en 1878 dans une famille juive aisée. Ayant commencé sa carrière d’auteur à 20 ans, il produira une œuvre prolifique et mourra en 1952 à New York, où il a fui le nazisme, un 1er avril – sa dernière blague. Il a écrit des romans et des nouvelles, une quarantaine de pièces de théâtre et des scénarios de films. Son talent profondément original, ses intrigues efficaces, ses dialogues acérés, son ton faussement léger et son empathie pour ses personnages malmenés par la vie lui ont valu d’immenses succès jusque sur les planches de...
Le Matricule des Anges n°253
  • La Déchirure du temps

    Domaine étranger Fuir ! là-bas fuir ! Dans la France de Vichy qui livre aux nazis leurs opposants, l’odyssée périlleuse et admirable d’Hertha Pauli. La France, terre d’asile ? Peut-être est-il judicieux de rappeler que notre pays fut en effet, dès le milieu du XIXe siècle, une terre d’accueil pour ceux qui fuyaient l’oppression politique – les révolutionnaires du printemps des peuples – ou les massacres – les juifs victimes des pogroms. Parmi eux, Heine, le grand poète allemand, fut pendant des années un observateur sagace du Paris d’alors (Lutèce – voir Lmda N°99). Se retournant vers...
  • Les Terres sans sommeil

    Poésie Chemins d'inconnaissance Entre songe et audace, souvenirs et solitude, une voix se cherche et s’égare. Au plus près de la terre et de l’élémentaire. En poésie, ressentir cet émoi un peu désorientant qui signe l’éclosion d’une voix nouvelle, est rare. C’est pourtant ce qui se passe à la lecture du premier recueil d’Emmanuelle Grandjean, Les Terres sans sommeil, un titre dont le halo de songes et de sortilèges annonce de l’âpre et de l’indompté en même temps qu’il parle au corps sauvage. Articulé en cinq parties – Les brumes, les combes ; Les corps, les plaines ; Les amers, les landes ;...
  • Correspondance 1968-1978

    Pierre Pachet / Georges Perros
    Histoire littéraire Zébrures d'épistole Plus que littéraire, la correspondance entre Georges Perros et Pierre Pachet montre une amitié à hauteur d’hommes. Qui découvre un jour Georges Perros (1923-1978) et ses écrits à nul autre pareils, dont les fameux Papiers collés, ne pourra plus jamais s’en détourner. Cette correspondance avec son cadet de quatorze ans Pierre Pachet (1937-2016), qui lui aussi nous manque, est une belle occasion de les retrouver, et ce grâce à Thierry Gillybœuf, impeccable transcripteur des quelque 150 lettres échangées pendant dix ans entre les deux hommes. Cette relation...
  • Toucher au nerf

    Conversation avec Olivier Neveux
    Théâtre Repenser la scène Des entretiens, des essais, des textes documentés pour pénétrer au cœur de la création théâtrale ou chorégraphique. En cette fin d’année 2023, les éditions Théâtrales enrichissent leur catalogue d’une nouvelle collection, « Méthodes »  : « Pour rouvrir un espace éditorial progressivement délaissé sous le coup des logiques de production dominantes, celui de la fabrique des œuvres scéniques et de leurs pensées. » Et les trois premiers livres de ce nouvel espace illustrent tout à la fois le sérieux des études proposées et la diversité des approches...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Sévir dans les vignes

Des précurseurs de l’éthologie, Ernest Menault fut peut-être le plus rigolo. Son portrait de l’eumolpe était-il satirique ? Ernest Menault était un petit farceur. Du moins, il eût pu l’être et devrait en justice entrer au panthéon des rigolos, par une porte dérobée si l’on veut, pour la raison qu’on va voir… Son nom découvert dans le catalogue des éditions L’Arbre du regretté Jean Le Mauve, permet d’aborder une discipline encore inexplorée ici ainsi que l’une des plus belles réussites de l’édition française : en substance, l’éthologie et la « Bibliothèque des merveilles » dont les reliures en toile estampées d’or à chaud ont conservé un éclat majestueux. Né et mort à Angerville (1830-1903), Ernest Menault...
Le Matricule des Anges n°129