La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Un poids sur les épaules

    Lmda N°249 Avec son jeune narrateur dans la tourmente d’un week-end, Vincent Almendros signe un roman d’apprentissage tiré au cordeau.

    Sous la menace

    J’avais accepté d’attendre dans la voiture pour ne pas faire d’histoire » : c’est Quentin qui parle, un collégien qui, pour avoir roué de coups un camarade, fait l’objet d’une « mesure conservatoire » d’interdiction d’accès à son établissement. Comme Vincent Almendros est prof de français dans le civil, il connaît la procédure que son narrateur, qui doit être en troisième puisqu’il a...
  • Les Amants de Mantoue

    Domaine étranger Séisme, amour et frisson panique Tout en étincelles de poésie, le deuxième roman de Ralph Dutli invite à redécouvrir les vertus de ce rien magique qu’est la littérature. Un même désir de parole anime les différents genres littéraires que pratique Ralph Dutli, né en Suisse, en 1954. Sous des formes variées – des poèmes, des traductions du russe, une biographie d’Ossip Mandelstam, des essais, deux petits ouvrages sur l’olivier et les abeilles mellifères, des romans – c’est un même geste qui est à l’œuvre comme si chaque livre fertilisait le suivant. Après Le Dernier Voyage de Soutine (Le Bruit du temps, 2014),...
  • L' Échiquier

    Domaine français À sauts et à gambades Le jeu d’échecs comme blason pour un livre cavalier. Audacieuse, une partie de maître, par Jean-Philippe Toussaint. L’Échiquier a son centre, page 104, dans un souvenir d’enfance : Jean-Philippe Toussaint découvrant à 7 ans « la marche du Cavalier (…) seule pièce de l’échiquier qui pouvait sauter les obstacles ». Cette pièce redoutable parce que mobile et rapide donne au livre son allure au sens où l’entendait Montaigne, homme de cheval : « J’ayme l’alleure poétique, à sauts et à gambades ». Sauts et gambades pour la combinaison autobiographique – le...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Verre paradis

La libraire du bourg a reçu un exemplaire de l’ouvrage en exclusivité, début août. Elle l’a aimé et consent à le prêter à condition que ce partage demeure confidentiel. Pas un mot sur le livre avant sa sortie officielle : si cette faveur venait aux oreilles de l’éditeur, elle en prendrait pour son matricule (clin d’œil appuyé). Juré. On lira Panorama, le dernier roman de Lilia Hassaine en loucedé. Et craché, on n’en parlera à personne. Jusqu’à l’an passé, la jeune femme animait une chronique dans l’émission Quotidien sur la chaîne TMC. Sa mission consistait à « décrypter » l’actualité et...
Le Matricule des Anges n°246
Tove Ditlevsen

un auteur

Tove Ditlevsen

Chronique
Traduction

Charles Bonnot *

Fuck Up, d’Arthur Nersesian Tu aurais le temps pour une trad à rendre en février ? Je crois que le texte pourrait te plaire. – Je devrais pouvoir m’organiser, c’est quoi ? – Ça s’appelle The Fuck-Up, d’Arthur Nersesian. C’est sorti en 1991, c’était son premier roman, il a été racheté par MTV Books puis il a un peu disparu des radars, il est quasiment introuvable aujourd’hui. Ça se passe à New York dans les années 80, c’est bien déglingué et assez mélancolique, tu le lis et tu me diras ce que tu en penses ? » Je l’ai lu, j’ai dit ce que j’en pensais et je me suis organisé. Pourquoi ? Parce que bien évidemment...
Le Matricule des Anges n°245
  • Cow-boy noir. Une autobiographie

    Domaine étranger Vies et légendes de « Deadwood Dick » Nat Love (1854-1921), ancien esclave, se réinvente par l’écriture en sujet de sa propre histoire. Un puissant récit d’émancipation. Le western est un tissu de mensonges, d’oublis, de gros arrangements avec l’Histoire : le mythe fondateur d’une nation colonisatrice, esclavagiste et génocidaire. De prolos de ranch, portant Colt sur la hanche et Stetson sur la tête, peintres, photographes et plumitifs font très tôt un cirque, comme celui de « Buffalo » Bill Cody l’exterminateur d’Indiens et de bisons, où l’on exhibait de pauvres rescapés des massacres, ensemble hommes et...
  • Cette condenserie

    Poésie Condenser, dit-elle Un choix de lettres, deux essais et des notes de voyage, par Lorine Niedecker, la « plus objectiviste des objectivistes » américaines. C’est en ouvrant en février 1931 le volume XXXVII, N°5, de Poetry, la grande revue moderniste, que Lorine Niedecker, encore sous influence de Pound et de l’imagisme, découvre cette « nouvelle constellation » de l’objectivisme américain. Le mot « Objectivists », au pluriel, orne le fronton de la revue et de son Pégase aux grandes ailes, il est suivi d’une liste parmi laquelle on lit les noms de Reznikoff, Williams, Rakosi, Oppen, Zukofsky,...
  • Journal d’usine

    Poches La grande manœuvre à lunettes La philosophe Simone Weil témoigne de l’usine : sa violence, ses douleurs et ses joies. Un « mystère », et un grand livre. En décembre 1934, la jeune agrégée de philo Simone Weil se fait embaucher dans une usine comme « manœuvre sur la machine ». Pour comprendre et partager les « souffrances des ouvriers ». Dans une lettre d’avril 1935 que cite dans sa préface Thomas Dommange, elle note : « Cette expérience, qui correspond par bien des côtés à ce que j’en attendais, en diffère quand même par un abîme : c’est la réalité, non plus l’imagination ». Elle...
  • Lichen

    Théâtre Les laissés-pour-compte Une pièce pour redonner une histoire à ceux qui en sont dépossédés. Lichen de Magali Mougel est une pièce qui vous laisse intranquille et vous poursuit. Comme un écho de ce qu’a vécu l’autrice pendant sa résidence d’écriture à Lens en 2017- 2018 à l’invitation de la Scène nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais, Culture Commune.
Elle raconte : « Un jour, je me suis alors retrouvée dans une concertation citoyenne pour la réhabilitation d’un quartier de Lens. Celui qui se situe en face du Louvre-Lens. (…)...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Bohème un jour, bohème toujours

Fils de peintre, Lucien Aressy, ex-étudiant en médecine, aura voué sa vie durant un culte aux arts et aux artistes. La bohème est bien morte, et, contrairement au phénix, elle ne renaîtra pas de ses cendres. » C’est ainsi que Lucien Aressy concluait en 1923 son ouvrage le plus fameux consacré à La Dernière Bohème (Jouve ; rééd. 1944). Bien certain que ses jeunes années ne reviendraient pas, il y évoquait la bohème qu’il avait connue durant ses propres quarante premières années (il était né le 20 septembre 1883 à Paris), et celle dont il n’avait pu avoir qu’un écho puisqu’elle appartenait à Paul Verlaine et à ses contemporains. Son cheminement mémoriel menait Aressy de Verlaine au groupe de...
Le Matricule des Anges n°228