La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Chants de l’Île à dormir debout

mars 2003 | Le Matricule des Anges n°43 | par Ludovic Bablon

Les Chants de l’île à dormir debout (Livre de Centhini)

Sur ce gros livre, un bandeau rouge déclare : « La grande épopée mystique et érotique javanaise enfin retrouvée ». On attend donc une somme de littérature ethnique dans le genre du Roman de Gengi ou du Roman de Baïbars, la fraîcheur primitive des sagas, du cycle des barons révoltés ou du Livre des morts. On ouvre un livre bien différent, relookage façon Reader’s Digest d’une œuvre de 200 000 vers, 4 000 pages, 12 volumes, par une Française résidant à Java, et où l’on cherche en vain le souffle originel sous la transcription fade. Le Livre de Centhini est-il vraiment ce mélange vivant et tonifiant de mysticisme musulman sur fond de science hindou-bouddhique, cette fuite initiatique de deux princes et d’une princesse parcourant dans un même élan l’archipel et le savoir encyclopédique javanais ? Une traduction suffit souvent à tuer un texte ; une réécriture décompose le cadavre. Mieux vaudra attendre une traduction française intégrale, car la « grande épopée mystique », derrière le double voile d’exotisme et de familiarité, apparaît bien pâlotte, peu attrayante et difficile à suivre. Les amateurs de grives mangeront ce merle, s’ils ont trop faim.

Les Chants de l’Île à dormir debout
(le livre de Centhini)

Élisabeth D. Inandiak
Le Relié - 473 pages, 22

Les Chants de l’Île à dormir debout Par Ludovic Bablon
Le Matricule des Anges n°43 , mars 2003.
LMDA papier n°43
6,00 €
LMDA PDF n°43
4,00 €