La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue À contre-courant

septembre 2003 | Le Matricule des Anges n°46 | par Dominique Aussenac

La Femelle du requin N°21 (Antonio Muñoz Molina et Ena Lucia Portela)

Antonio Muñoz Molina & Ena Lucia Portela

Les mémoires de La Femelle du requin ne sont ni prodigieuses, ni sélectives, seulement furieusement en alerte. De l’édito (« À ceux qui dirigent des pays comme on manage une marque de café, nous disons donc souvenez-vous, regardez le mur en face, il approche. Et nous nous souvenons pour eux. ») aux fictions présentées le résultat s’avère plutôt brillant. Thierry Clermont réveille les souvenirs d’un été où les chansons de Jonasz et Dassin accompagnaient les coups de pédales d’un Luis Ocaña, pas encore martyr. Laurent Roux nous offre des souvenirs amers voire barbelés avec ses Bracelets. Le dossier de ce numéro, quant à lui, consacre l’ibérique Antonio Muñoz Molina comme gardien-capteur de mémoires. Si nous regrettons la trop succincte présentation de son œuvre, un long et passionnant entretien rattrape la mise. Il y est question de mémoire bien sûr, de techniques narratives, mais surtout de l’identité de l’écrivain « Écrire c’est changer sa place dans le monde, se mettre à la place de l’autre, être ici et là… » Molina nous révèle l’influence majeure de Primo Levi et Jean Amery dans l’écriture de son dernier roman Séfarade, et avoue « Quand on est jeune, on veut surtout avoir un style. Ce que je recherche, c’est un style sans style. On écrit toute la vie pour arriver au moment où l’écriture ne ressemble pas à l’écriture. »

* La Femelle du requin N° 21 - 70 pages, 6,5 (88, rue Alexandre-Dumas 75020 Paris)

À contre-courant Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°46 , septembre 2003.
LMDA papier n°46
6.50 €
LMDA PDF n°46
4.00 €