La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Lettre d’un poète

mars 2007 | Le Matricule des Anges n°81 | par Richard Blin

Algues, sable, coquillages et crevettes : Lettre d’un poète à des comédiens et à quelques autres passeurs

Plus que jamais la poésie est, et demeure, un défi : au langage, aux habitudes de pensée, au sens. Et pourtant elle s’adresse à chacun, nous concerne tous, car la poésie est faite pour agir bien plus que pour dire. Ce qu’elle nous propose, c’est une autre saisie du réel, une forme inouïe d’approche de ce qui justement ne peut se dire, et qui relève du sens subjectif et mystérieux de l’existence. Comment dire un poème ? Comment le lire pour soi d’abord, et pour les autres ensuite ? C’est à ces questions, qu’en poète qu’il est, Jean-Pierre Siméon tente de répondre dans la longue et belle lettre (dont la première édition date de 1997) qu’il adresse « à des comédiens et à quelques autres passeurs ». S’interrogeant sur le sens du poème, il montre que la signification n’est pas le sens. « Tout le paradoxe du sens est là : un poème n’a de conséquence fertile en vous que s’il ne signifie pas ce que vous saviez déjà, s’il est d’abord un objet imprévu, une loi ignorée, un sens à venir donc à construire, bref s’il apparaît dans un premier temps comme un non-sens ». Car ni le comédien, ni le professeur, ni le poète ne sont là pour remplir le monde de significations. Le poème érode toute assurance, induit une densité, trouble jusqu’à l’intime, s’affronte à l’innommable ou au terrible inconfort de l’indéterminable. Un poète n’est pas un « communiquant », c’est un iconoclaste, un inquiéteur, un insensé qui témoigne d’un monde qui n’a rien de limpide, où règne Mal et malaise. Et cette vacillation du sens, cette indétermination, celui qui dit doit l’assumer en oubliant toute idée de performance. Il doit « Favoriser la possible émergence de l’émotion et non la prévoir, l’organiser, la modéliser par la voix et le geste. (…) Et chanter, chanter, chanter jusque dans le murmure, le refus et le silence ». Il était bon que tout cela soit redit.

Algues, sable, coquillages, et crevettes
de Jean-Pierre Siméon, Cheyne, 48 pages, 12,50

Lettre d’un poète Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°81 , mars 2007.
LMDA papier n°81
6.50 €
LMDA PDF n°81
4.00 €