La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Histoires de coups

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Laurence Cazaux

Faire l’amour est une maladie mentale qui gaspille du temps et de l’énergie

Mao l’a dit : « faire l’amour est une maladie mentale qui gaspille du temps et de l’énergie. » Heureusement, la police veille. " La nouvelle pièce de Fabrice Melquiot, avec son titre percutant, met en jeu trois hommes, trois policiers : Thierry Brette 40 ans, sa femme l’a quitté et il a démissionné de la police, Bernard Faucher 65 ans, il épluche toujours les petites annonces pour trouver la femme rêvée, noire de préférence, et Alban Legal, le plus jeune, il vient d’être mis sur la touche et attend de passer au tribunal, car un homme est mort à la suite d’un de ses contrôles. Trois hommes ou plutôt trois solitudes partageant le même appartement, à défaut d’être certains de leur amitié.
Fabrice Melquiot dédie cette pièce à la mémoire de Lamine Dieng, jeune Français de 25 ans, décédé à Paris en juin 2007 entre les mains de la police, d’une soi-disant crise cardiaque. La pièce est également dédiée à Chrysogone Diangouaya, précurseur de la danse contemporaine au Congo Brazzaville. La victime imaginée par Fabrice Melquiot dans Faire l’amour… serait un mélange des deux hommes, et le geste des policiers comme le massacre de la beauté, d’une danse, d’une vie.
L’écrivain questionne la spirale de la violence, ou comment le sentiment d’insécurité génère un renforcement du dispositif policier, qui génère à son tour de la violence, qui génère… un sentiment d’insécurité ! Fabrice Melquiot s’empare d’un sujet on ne peut plus politique, au cœur du débat dans notre société.
Les relations des trois hommes entre eux sont brutales, tous les coups sont permis, ils se questionnent comme s’ils interrogeaient des suspects. Chacune des quinze scènes porte d’ailleurs un nom de coup, du coup dur au coup du lapin. Les séquences oscillent entre une discipline de commando et la dérive des trois hommes, révélant leurs fêlures. La pièce est conçue comme un crescendo dans la violence et l’indifférence qu’elle provoque. Et certaines des quinze séquences sont particulièrement efficaces dans la dénonciation de cette violence, un peu comme un coup de poing dans la figure.

Faire l’amour est une maladie mentale qui gaspille du temps et de l’énergie de Fabrice Melquiot
L’Arche, 96 pages, 11

Histoires de coups Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92
6.50 €
LMDA PDF n°92
4.00 €