La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Assertion muette

avril 2008 | Le Matricule des Anges n°92 | par Richard Blin

Entre apparitions et disparitions, les poèmes d’Andrés Sánchez Robayna affrontent l’infini réel, en écho aux empreintes de Tàpies.

Sur une confidence de la mer grecque (précédé de) Correspondances

Illustration(s) de Antoni Tapies
Editions Gallimard / Poésie

Dernier titre paru d’Andrés Sánchez Robayna (né aux Canaries en 1952), Sur une confidence de la mer grecque couronne plus de trente ans d’écriture poétique. Élaboré sous le signe du dialogue, il est composé de deux suites de poèmes qu’accompagnent et que rythment les interventions d’Antoni Tàpies.
Correspondances, la première partie, module, entre méditation, mémoire et sentiment aigu du tragique, un hommage à la beauté des êtres et des choses. Des adieux mais « dans la lumière et dans la force » (Rimbaud). Contre l’adversité et l’expérience de la perte - « Concave, la splendeur/ de l’espace vacant » -, chaque poème contracte l’intime et l’infini, l’espace et le temps, la vie et la mort en une sorte d’étrange évidence muette marquée du filigrane d’une pure présence. Face à la mort qui emporte tout quelque chose néanmoins résiste, qui fait signe, dans l’ardeur solaire, l’impatience d’une main, des fleurs jaunes à une fenêtre, ou « des mouettes dans le vieux cloître : lumière, aile et pierre réunies ».
Comment coïncider en silence avec ce grand réel dont la mer et son infini mouvant est l’emblème ? À l’aide de quels mots saisir la beauté de cette mer originaire, de cette mer grecque dont les rivages virent naître notre civilisation ? Comment cerner ce dénuement qui veut - ou que l’on voudrait - étreindre ? Comment célébrer cette éternité vivante quand on est « moins encore/ que la crête brillante/ de la vague au soleil » ? C’est au cœur de ces interrogations, et au sein de cette lumière charnelle, que s’enfoncent, jusqu’au seuil de « ces choses que nous ne reconnaissons pas/ car ce sont elles qui nous reconnaissent », les poèmes de la suite que forme Sur une confidence de la mer grecque.
Poèmes qui disent une irradiation qui s’obstine, l’éclat à travers lequel se manifeste ce qui est. « Regarde les îles/ de l’aubépine et du figuier,/ incendié, regarde-les qui perdurent/ comme offrande au soleil,/ la durée de la beauté dans le poing solaire/ et la flamme nocturne, la tourmente inférieure,/ qui t’a offert un instant, dans la nudité/ de la terre, cette beauté qui nous détruit ». Une manière d’affronter, en mortel, l’infini réel, ce sacré concret et impassible, ce monde d’avant la séparation du sentant et du senti, cet « Un » qui n’est ni dehors ni dedans et dont Andrés Sánchez Robayna pressent l’harmonie invisible, dans le murmure de la mer. « Tu entends de nouveau la mer, muette, qui t’appelle/ au-delà des pins, de la chaux,/ du mûrier obscur près du mur./ Ecoute ce murmure de la mer, ce que te dit/ le scintillement des eaux calmes ».
Beaux et fragiles tous ces signes où précipite « l’écho de l’Un » sur fond de finitude humaine. Des signes qui trouvent comme naturellement place, aussi bien dans les dessins de Tàpies (traces de ce qui passe, insiste ou s’efface, croix et sillages, empreintes de mains et tracés tactiles), que dans les poèmes d’Andrés Sánchez Robayna dont l’œil ne cesse de quêter « le point incandescent de l’instant qui tourne », avec l’espoir d’y croiser cet autre point depuis lequel ressaisir l’unité d’un univers où rien ne se mesure à l’aune de l’humain.

Sur une
confidence
de la mer grecque

(précédé de)
Correspondances
Andrés SÁnchez Robayna
et Antoni Tàpies
Présenté et traduit de l’espagnol par Jacques Ancet
Gallimard
92 pages, 19,90

Assertion muette Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°92 , avril 2008.
LMDA papier n°92
6.50 €
LMDA PDF n°92
4.00 €