La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Il est nuit

mai 2009 | Le Matricule des Anges n°103 | par Richard Blin

En accords humbles, purs, comme embués de complicité perdue, une sœur s’adresse à son frère aimé disparu. À la frange du dépouillement absolu, en strophes de trois vers à la simplicité insurgée - et évoquant les ondes circulaires autour d’un point de chute - c’est un vide que cherche à baguer Camille Loivier, et des lumières de clairière qu’elle cherche à préserver. En neuf chants - comme les neuf cercles infernaux ou les neuf jours qu’a passés Déméter à parcourir le monde à la recherche de sa fille -, c’est contre la force qui excentre qu’elle lutte. « Ce sont les mots/ qui te donnent/ une présence mais pour rien ».
Ni thrène en crève-cœur majeur ni légende d’une vie morte, Il est nuit tient plutôt de l’adieu impossible, d’un adagio de douceur. Toujours en deçà, vouée et à distance, la parole contracte et libère une réalité qui apparaît comme suspendue sur fond de néant. Entre précipités de silences et bourrasques du cœur, cristallisent « des impressions, des dépressions », des souvenirs. « Suis montée sur une moto-cross/ dans un champ/ ensuite je vois la rivière// tu cries / « freines ! »/ j’accélère ». Détails précis, ombre chérie, bonheurs enfantins, c’est le passé qui revit en reflets obliques - « instants qui apparaissent/ comme des étincelles, des joyaux/ ou du vernis sur les ongles de pied ».
Des mots qui sonnent juste dans leur poursuite d’une ombre désancrée, qui tentent d’approcher le mystère d’une vie dont perdure la radieuse trace. Des éclats d’églantine dans un jardin enneigé, des chaos de pudeur, des battements d’abîme sur fond de vie comme ankylosée. « Il y a une mésange bleue/ dans mon arbre sans olive/ il y a dans le froid ». C’est que dans Il est nuit, les ténèbres sont transparentes, et le présent fragile comme fleur au flanc d’une montagne. Parce qu’il n’est plus. « Tu n’es plus que l’instant/ tu nous regardes/ avec l’intensité d’un moment sans retour ».

IL EST NUIT
de CAMILLE LOIVIER
Tarabuste, 156 pages, 13

Il est nuit Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°103 , mai 2009.
LMDA papier n°103
6.50 €
LMDA PDF n°103
4.00 €