La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie L’Amante érectile d’Anne-Marie Beeckman

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Richard Blin

À l’origine du dernier livre d’Anne-Marie Beeckman, des dessins de Diane de Bournazel. Au nombre de six, reproduits en pleine page d’un livre grand format, ils donnent à voir, se détachant sur des fonds aux teintes sombres d’argile, des silhouettes d’animaux et d’êtres dont la gestuelle ou les postures semblent relever d’une forme de pensée magico-religieuse autant que d’une esthétique évoquant l’art pariétal.
Placés sous les auspices d’un dicton disant que « sous la peau de l’homme plusieurs bêtes ont ombre », les poèmes que ces dessins ont inspirés à Anne-Marie Beeckman, retrouvent l’animalité et les racines charnelles de la poésie primitive. Une pensée épousant le mouvement pluriel de la réalité primordiale : celle du désir et d’une féerie semblant sourdre de la chair du monde. C’est cruellement effervescent – « Dans l’enclos de mon corps livré aux fins dernières, / les bêtes apaisées rafraîchissent leur groin. », païen à souhait, et digne d’un monde où n’existe aucune séparation entre le naturel et le surnaturel. « Le matin est en loque / quand il sort de mes flanc / sa taupe ruisselante. »
Univers luxurieux où l’osmose et les sortilèges sont de règle, et où l’étrangeté des images tient des visions chamaniques. Ce qui nous conduit à voir dans l’amante érectile l’incarnation de la spontanéité poétique, des vertiges érotiques de l’être confronté aux forces primitives de la nature, comme à sa violence latente. « Je ne peux plus lever l’armet de ton faucon. / Je t’adjure : parle !/ J’ai ton bâillon au bas du ventre. » Une parole jaillissant d’un esprit libre, non encore perverti par une culture imposée, aliénante. Qui peut donc penser le réel à partir d’un présent totalisant tous les temps comme tous les possibles.

Richard Blin

L’Amante érectile d’Anne-Marie Beeckman
Pierre Mainard, 56 pages, 22

L’Amante érectile d’Anne-Marie Beeckman Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €