La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le Gardeur de troupeaux (poème d’Alberto Caeiro) de Fernando Pessoa

juin 2018 | Le Matricule des Anges n°194 | par Christine Plantec

Le Gardeur de troupeaux et les autres poèmes d’Alberto Caeiro de Fernando Pessoa

Ce fut comme une apparition » pourrait-on dire comme Flaubert du Gardeur de troupeaux de Fernando Pessoa, sauf qu’il ne s’agit pas d’un coup de foudre sur un bateau entre Paris et Nogent et que la brume qui enveloppe le paysage est davantage celle du Tage que celle des bords de Marne au printemps. Dans une lettre à Adolfo Casais Monteiro, ami essayiste et poète, Pessoa quelque mois avant de mourir livre cette chose incroyable : « C’était le 8 mars 1914 – je m’approchais d’une haute commode et, prenant une feuille de papier, je me mis à écrire, debout, comme je le fais chaque fois que je le peux. Et j’ai écrit trente et quelques poèmes d’affilée, dans une sorte d’extase dont je ne saurai définir la nature. Ce fut le jour triomphal de ma vie ». En état de transe, Pessoa alors âgé de 26 ans rédige en vers libre le poème bucolique de celui qu’il nommera Alberto Caiero.
Même s’il faut toujours se méfier de ce que dit celui dont la majeure partie de l’œuvre (27 000 textes !) a été découverte dans une malle après sa mort, aucune hésitation, en revanche, sur la charge émotionnelle que nous livrent ces 49 poèmes. La nouvelle traduction de R. Hourcade, J.L Giovannoni et F. Vallin en accentue la puissance. Vitalistes, lumineux, chorégraphiques, les poèmes d’Alberto Caeiro sont une danse. L’expérience du réel nous offre sa naturalité manifeste sans intranquillité, sans lyrisme : « Je suis un gardeur de troupeaux./le troupeau ce sont mes pensées/Et mes pensées ce sont des sensations./Je pense par les yeux et par les oreilles/Je pense par les mains et par les pieds  ». Celui dont la biographie (fictive) indique qu’il n’a pas lu, qu’il n’a ni père ni mère déclare « Que la Nature n’existe pas/Qu’il y a des monts, des vallées, des plaines (…)/Mais qu’il n’y a pas un tout qui contiendrait tout cela », à l’instar peut-être de l’homme aux 70 hétéronymes dont le Moi éclaté est la condition de possibilité du poème.

C. P.

Traduit du portugais par Jean-Louis Giovannoni, Rémy Hourcade et Fabienne Vallin, Éditions Unes, 64 pages, 17

Le Gardeur de troupeaux (poème d’Alberto Caeiro) de Fernando Pessoa Par Christine Plantec
Le Matricule des Anges n°194 , juin 2018.
LMDA papier n°194
6.50 €
LMDA PDF n°194
4.00 €