La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Essais La passion du réel

janvier 2020 | Le Matricule des Anges n°209 | par Richard Blin

En tentant de saisir cela même qui échappe, les écritures de l’enquête expérimentent les limites du connaissable et réarticulent la littérature avec les savoirs. Un nouvel essai de Laurent Demanze.

Un nouvel âge de l’enquête : Portraits de l’écrivain contemporain en enquêteur

Interroger les représentations consensuelles du réel, en repérer les angles morts, en saisir le processus de fabrication, mettre en évidence les discours qui l’instituent, voilà ce qui motive les écritures de l’enquête telles que les étudie Laurent Demanze dans Un nouvel âge de l’enquête, un titre qui fait référence à « l’âge de l’enquête », formule par laquelle Émile Zola définissait un XIXe siècle emporté par « une fièvre d’investigations et de déchiffrements ».
Un âge à nouveau d’actualité à l’heure où les fake news, le storytelling et la multiplication des médias tendent à opacifier le réel ou à le rendre de plus en plus évanescent. Une réalité qui a conduit bon nombre d’écrivains à mener l’enquête et à donner à lire, au croisement des sciences sociales, du reportage et du roman policier, le cheminement de leur investigation avec ses hypothèses, ses tâtonnements et ses impasses. « L’enquête est cette littérature du réel tendue entre l’argumentation et la narration, qui définit un problème, collecte des matériaux, met à l’épreuve des hypothèses, sollicite l’épaisseur de nos fictions pour tenter de comprendre le réel. »
Cette démarche d’écriture, Laurent Demanze l’appréhende à travers les « gestes » de l’enquête, un ensemble d’opérations concrètes qui structurent son essai : s’étonner, explorer, collecter, restituer, poursuivre, suspendre. Une dramaturgie gestuelle qui montre combien l’enquête est d’abord une démarche de savoir qui emprunte aux figures du détective, du reporter, de l’ethnographe voire du psychanalyste, et cela qu’il s’agisse des investigations biographiques, des « explorations géographiques » ou des enquêtes qui s’inscrivent dans un terrain social pour en témoigner. C’est ainsi que Jean-Christophe Bailly dans Le Dépaysement : voyages en France, part à la recherche de l’identité bariolée d’un pays, qu’Éric Chauvier, saisi par la figure d’une jeune Rom mendiant à un carrefour, mène une enquête de terrain dont il nous livre le journal dans Anthropologie. C’est encore la pratique d’errance de Jean Rolin dans Paris ou celle de Philippe Vasset explorant les zones blanches de la région parisienne « où le réel s’affole et s’embrouille ». Ou c’est Hélène Gaudy découvrant par bribes discordantes la ville de Terezín, dans Une île, une forteresse. À chaque fois le « je » de l’enquêteur s’expose, ne cache rien de ses réactions, ou met en évidence la part du corps, comme Philippe Artières ou Svetlana Alexievitch (prix Nobel 2015) qui utilise les voix comme une matière plastique.
Mais transcrire, restituer ne va pas sans difficultés. C’est assembler du dissonant, monter, exposer des fragments de vérité. C’est accompagner la parole du témoin « dans un geste de solidarité énonciative ». C’est inventer sa manière de mettre en récit la saisie d’un document, son déchiffrement, son commentaire (Ivan Jablonka). Face à ce qui se dérobe, quand suspendre une enquête ? Démarche inépuisable, elle peut même virer au délire paranoïaque, conduire à voir partout du dissimulé comme dans les contre-enquêtes de Pierre Bayard – des « essais de critique policière » dit Demanze – ou celles de Kamel Daoud ou de Philippe Doumenc.
Mettre en mots un régime de connaissances revendiquant le bricolage, tel est l’enjeu des écritures du réel. Des usages, des manières que Laurent Demanze met en lumière dans un essai incisif et limpide placé sous le signe de Georges Perec, l’inventeur de protocoles expérimentaux et de pratiques qui ont ouvert la voie à ces investigations plus ou moins inquiètes du réel dont Laurent Demanze nous propose la découverte.
Richard Blin

Un nouvel âge de l’enquête,
de Laurent Demanze
Corti, 296 pages, 23

La passion du réel Par Richard Blin
Le Matricule des Anges n°209 , janvier 2020.
LMDA papier n°209 - 6.50
LMDA PDF n°209 - 4.00