La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Lettre à la mère

février 2020 | Le Matricule des Anges n°210 | par Martine Laval

Ainsi parlait ma mère

C’est une déflagration. Une déclaration d’amour. Un feu d’artifice de tendresse. Quand la pudeur ne sert qu’à nommer les choses de la vie, leur donner sens. D’emblée, le narrateur prend des précautions mais avertit qu’il se moque bien des quand dira-t-on. Oui il a 50 ans, il est professeur de lettres, oui il est célibataire, peut-être même vieux garçon, et oui il a décidé de vivre avec sa vieille maman, de veiller sur elle, d’embellir ses derniers jours : « Depuis quinze ans, je la soigne, je la change, je la lave, je l’habille. (…) Dans ces moments-là, ma mère prend ma main. Elle sourit tristement. Nous sommes tous les deux gênés et en même temps heureux. » Souvent, ce genre d’histoire a tendance à dégouliner de pathos et d’auto-apitoiements. Rachid Benzine, lui, a trouvé la parade : une écriture limpide, débarrassée de tous chichis et autres pleurnicheries, qui touche au plus vrai, au plus fort. Il rend grâce à cette femme, immigrée, veuve, qui a élevé seule ses cinq enfants, cette mère qui ne sait pas lire mais qui aime entendre son fils lui faire la lecture, toujours le même livre, La Peau de chagrin de Balzac. Pourquoi ? Mystère… Islamologue et enseignant, Rachid Benzine déjoue les afféteries coutumières des premiers romans et met en récit le destin d’une femme qui dut se battre contre une foule d’humiliations quotidiennes. Il livre quelques-uns de ses souvenirs cuisants, de ceux « qui disent le mal de vivre des classes populaires, des immigrés et de tous les damnés de la terre. » Alors, nous lecteurs, nous nous faisons petits, tout petits et humbles, devant tant de dignité.

Martine Laval

Ainsi parlait ma mère, de Rachid Benzine,
Seuil, 92 pages, 13

Lettre à la mère Par Martine Laval
Le Matricule des Anges n°210 , février 2020.
LMDA papier n°210
6.50 €
LMDA PDF n°210
4.00 €