La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Vertige de l’eau, de Zinaïda Polimenova

septembre 2020 | Le Matricule des Anges n°216 | par Camille Cloarec

Dans une ville enneigée de l’Europe de l’Est, une semaine avant Noël, le destin de trois femmes s’entremêle. Théa, jeune étudiante en histoire à l’esprit critique, Dora, mère de famille et fonctionnaire au quotidien parfaitement régulé, et Sia, soixantenaire divorcée et solitaire, s’ignorent. Comme cela arrive souvent dans les grands espaces urbains, elles se croisent régulièrement sans y prendre garde. Ce qui les réunit : le bassin d’une piscine, dans lequel elles noient respectivement leur énergie, leur frustration et leur lassitude. Dora, obsédée par le contrôle, à la tête d’« une famille unie, avançant à pas lents dans des temps incertains, naviguant à vue d’œil dans un océan en lambeaux », se retrouve à 40 ans la tête saturée de points d’interrogation. Quant à Théa, contestataire de l’idéologie au pouvoir fascinée par la puissance de la narration, elle ne comprendrait sans doute pas l’indifférence dont témoigne Sia, laquelle « se tient à l’écart des humeurs du pays ». Cependant, malgré leurs divergences et leurs âges éloignés, ces trois figures féminines s’emboîtent à la manière de matriochkas. Ces sept jours qui les séparent de Noël sont pour elles le théâtre de révélations multiples, d’incidents frappants, de bouleversements profonds.
L’autrice nous conduit brillamment de l’une à l’autre, le long de chemins sinueux au détour desquels le merveilleux n’est jamais loin. Pétri de symboles et de légendes que prolongent les dessins oniriques d’Armelle de Sainte Marie, le récit avance pas à pas vers une acmé finale. Une sorte de carrefour à l’intersection duquel nos trois personnages se rejoignent. Car « chacun est une ville mobile, contenant des boulevards et des contre-allées, des immeubles et des perspectives, des impasses et des patios, du visible et du secret ». Zinaïda Polimenova, d’origine bulgare, signe un court roman hypnotisant, superbe, à la poésie singulière et universelle tout à la fois. Hautement prometteur.

Camille Cloarec

Vertige de l’eau
Zinaïda Polimenova
Illustré par Armelle de Sainte Marie,
Éditions du chemin de fer, 106 p., 14

Vertige de l’eau, de Zinaïda Polimenova Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°216 , septembre 2020.
LMDA papier n°216
6.50 €
LMDA PDF n°216
4.00 €