La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La Terre entre les mondes, de Métie Navajo

juin 2021 | Le Matricule des Anges n°224 | par Laurence Cazaux

La Terre entre les mondes

Métie Navajo place sa pièce dans une région reculée du Mexique. Elle plante le décor : « A l’orée d’une forêt habitée de toucans, cerfs, jaguars, pumas, tapirs, pécaris, dindons sauvages, singes et où la végétation a recouvert les vestiges de cités mayas antiques, se trouve le village maya de la famille de Cécilia. » Cécilia, son père et sa grand-mère morte sont hispanophones, de langue maya. Face à eux, la famille d’Amalia, « au milieu de vastes plantations de soja transgénique », parlant « une langue européenne ancienne qu’ils ont importée sur ce continent ». L’auteure s’est ici inspirée des communautés religieuses mennonites et choisit de les faire parler afrikaans. Ces deux langues, le maya et l’afrikaans, Métie Navajo prend plaisir à les convoquer par bribes dans la bouche des protagonistes, comme de vrais trésors.
Les deux jeunes filles, Cécilia et Amalia, vont tenter de se rencontrer. En toile de fond de leur rencontre, la violence du monde avec l’expropriation des terres, la destruction de la forêt pour faire de l’agriculture intensive, l’anéantissement d’une civilisation par le monde technologique et l’appauvrissement de la terre. Mais si le texte dénonce ce pillage de la nature, il fait appel au mystère, à l’onirique, la poésie, les rêves et les morts venant hanter les vivants. Ainsi, la grand-mère morte de Cécilia erre dans le corps de sa petite-fille pour demander justice et être enterrée où elle le souhaite, près de ses arbres. Mais la parcelle où se trouvent les arbres a été prise à la famille, et les arbres menacent d’être arrachés. Métie Navajo nous l’indique : « Il n’y a pas lieu de distinguer l’espace des vivants de celui des morts. Peut-être l’espace du rêve enveloppe-t-il l’ensemble ». La Terre entre les mondes porte bien son nom, en créant un univers très fort et singulier qui ne se laisse pas facilement apprivoiser.

L. Cazaux

La Terre entre les mondes
Métie Navajo
Éditions espaces 34, 84 pages, 14,50

La Terre entre les mondes, de Métie Navajo Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°224 , juin 2021.
LMDA papier n°224
6,00 €
LMDA PDF n°224
4,00 €