La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Fuite mystique

    Lmda N°217 Un garçon qui parle avec Dieu et une fuite d’eau qui s’empare d’un immeuble. Avec ces ingrédients, Arno Calleja construit un roman subtil, qui est d’abord un bel objet poétique.

    La Mesure de la Joie en Centimetres

    Si l’on peut dire de La Mesure de la joie en centimètres que c’est un roman, on peut aussi affirmer sans se tromper qu’il s’agit d’un poème ; un poème en prose, certes, mais la coupure du vers n’est pas le seul garant de la poésie, celle-ci peut aussi se révéler dans le cadre d’un récit tout à fait linéaire, presque un conte en l’occurrence, celui qui nous parle d’« un garçon mystique,...
  • Mauthausen

    Domaine étranger Home, wild home Un chant de vie et de résistance, par le dramaturge Iakovos Kambanellis, rescapé du camp de Mauthausen. Iakovos Kambanellis (1922-2011), auteur d’une quarantaine de pièces, surnommé « le patriarche » pour être le fondateur du théâtre grec contemporain, sort de Mauthausen (où il a été détenu vingt mois après son incarcération à Vienne pour « espionnage »), ou plutôt n’en est jamais sorti : « C’est Mauthausen qui m’a défini comme homme, je suis encore un homme du camp  », résume la citation en haut de couverture. Et s’il fallait comparer...
  • Le Sanctuaire

    Domaine français Morceaux de nuit Après Une immense sensation de calme, Laurine Roux nous revient avec un roman tout aussi magnétique, pétri de merveilleux et de noirceur. L’intrigue du Sanctuaire fait terriblement écho à la triste actualité mondiale. Alors qu’un virus transmis par les oiseaux a décimé la plupart de la planète, une famille résiste, isolée au cœur des montagnes. Un père, une mère, deux sœurs : ce sont quatre êtres humains qui survivent tant bien que mal, grâce à la chasse, la pêche et la cueillette. « Ici, nous formons une équipe. Personne, c’est bien compris, personne ne doit être un poids...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Jaune pisseux

Longtemps, Alexandre Jardin fit commerce de bons sentiments. Période à présent révolue. « Jouer le vivisecteur des passions, ça suffit », promet-il dans le long avertissement par quoi s’ouvre Française, son nouveau livre. Parce que l’heure est grave, « parce que ça va mal finir », l’écrivain remise au vestiaire le gilet rouge du romantisme et revêt la chasuble jaune du Çavapétisme. Pour dire la misère du monde et l’insurrection qui vient, il choisit le roman de préférence à l’essai, car « l’émotion est plus subversive que l’idée » (comme dirait Adolf). Il a conscience des risques, prévoit...
Le Matricule des Anges n°215
Jean-Marie Blas de Roblès

un auteur

Jean-Marie Blas de Roblès

Chronique
Traduction

Raphaëlle Pache

Autochtones, de Maria Galina J’ai découvert Maria Galina en 2016, quand, à la demande de Nadège Agullo, directrice des éditions du même nom, j’ai lu son roman SES-2 (que j’allais traduire ensuite sous le titre de L’Organisation), afin de lui donner mon avis dessus. Mon enthousiasme a été immédiat pour cette prose dont chaque page pétille de l’intelligence malicieuse de son auteure, où le fantastique, loin du grand-guignolesque, se pare d’ironie et de poésie. Après ce premier contact, je me suis mise à explorer la bibliographie antérieure de Maria Galina et à guetter ses nouvelles parutions. Et quelque temps plus...
Le Matricule des Anges n°210
  • Lumieres aveugles

    Domaine étranger Double visage Le romancier chilien Benjamín Labatut confronte chimie et physique des particules à la folie, à la guerre et à la mort. Si l’on consent à ne pas être aveuglé par une laide et dissuasive couverture jaune et noire, une surprise de taille attend le lecteur de Lumières aveugles. D’abord un historique de ce poison violent qui eut la préférence d’Hitler, le cyanure. L’agent mortel avait été inventé en 1782 à partir du premier pigment synthétique moderne : le « Bleu de Prusse », couleur qui fit la splendeur de l’art de Van Gogh ou Hokusai. La même ambivalence...
  • Une terre où trembler

    Poésie Louvoiements sismiques Derrière la nudité d’un abord abrupt, le premier livre d’Hélène Fresnel conjugue la voix de l’absence à la langue désirante de l’amour. Il pleut beaucoup au début d’Une terre où trembler. Pluies « recroquevillées » ou pluie « sauvage », ce qui s’épanche ainsi semble annoncer douleur, souffrance, perte, pleurs, et pourtant plus on lit, plus c’est une affirmation qui se dégage, l’impression d’une énergie en expansion. « La terre nage / Les eaux ont fait naufrage ». Le Je féminin qui s’exprime – « Je suis ce / Qui s‘efface / Hors de toi » – est en proie au doux-amer d’un amour...
  • Le Pain d’étoile Giono au Contadour

    Histoire littéraire Retour à Giono Trois livres rendent à l’auteur de Colline ce qui lui revient. Avec des beautés inouïes parfois. Il est toujours l’heure de lire Giono, mais on y est parfois poussé. Cette année, trois volumes tout frais y incitent sans vergogne et sans morgue, simplement, pressé par l’amitié de trois hommes qui furent des proches de l’écrivain : Alfred Campozet (1910-2003), maçon et marcheur, Lucien Jacques (1891-1961), graveur et « sourcier », Jean Carrière (1928-2005), impétrant romancier et prix Goncourt 1972 (L’Épervier de Maheux). Tous trois...
  • Théâtre Le sens de la joie Trois ouvrages pour partir en voyage avec Fabrice Melquiot et réactiver « les forces désirantes ». Fabrice Melquiot est un auteur prolifique. Deux nouvelles pièces, une adulte et une jeunesse, sont consacrées à des figures féminines qui ont rêvé leur vie : Diane et Alice. Diane est librement inspirée de la vie de Diane Arbus, photographe américaine née en 1923 dans une riche famille juive new-yorkaise. Comme le raconte Allan, son mari : « C’est l’histoire d’une princesse qui descend dans la rue. » Il poursuit  : « Elle descend dans la...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Modeste Léonard

Rouquin musculeux de Nîmes, Marc Bernard est le représentant du prolétariat cultivé mais trop discret. À lire entre Georges Navel et Henri Calet. Avec Marc Bernard (1900-1984), cette rubrique vouée aux égarés se met sur le fil du rasoir. Impossible de dire si Marc Bernard est un oublié ou bien un retrouvé ! Même si Stéphane Bonnefoi, Nîmois de même, bataille depuis quinze ans pour lui rendre sa superbe. On dit bravo devant tant d’enthousiasme – et d’acharnement justifié. Bonnefoi, dépositaire des archives de Bernard, a trouvé son os à ronger et s’emploie vaillamment avec le concours d’éditeurs consciencieux (Le Dilettante et Finitude en particulier) à rétablir le prolétaire Marc Bernard dans ses droits d’auteur méritant....
Le Matricule des Anges n°173