La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Grünewald, le temps déchiré

de Françoise Ascal
Une catharsis picturale ? Loin des images édifiantes, le retable d’Issenheim dramatise la douleur et l’imploration. Un chef-d’œuvre dont Françoise Ascal nous donne le poème. Comme tous ceux qui ont vu, au musée d’Unterlinden, à Colmar, le retable d’Issenheim, œuvre maîtresse de Matthias Grünewald – « une peinture en dehors de tout ce que l’on connaît » dira Huysmans, qui lui consacrera une pénétrante analyse dans Trois Primitifs Françoise Ascal a été frappée par ce qu’il a de somptueux dans sa violence comme dans la sublimation de la détresse. « Longtemps après / on se souvient du foudroiement des rouges // longtemps après / on porte en soi / une brûlure lancinante  ». Transféré à Colmar après la Révolution, le chef-d’œuvre de Grünewald fut peint pour la...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Laps

de Christian Hubin

Debout, face à l’énigme

Nu, face à « ce qui est », Christian Hubin recueille des présences. Avec pudeur et retrait. Une voix singulière dans la poésie francophone. Christian Hubin (né en 1941) n’est pas de ceux pour qui la poésie est jeu. Il s’y abîme, s’y efface. C’est depuis les bords coupants de ce qui nous échappe, de ce qui erre sans refuge qu’il écrit. Explorateur du latent, distillateur d’insoupçonnable, géographe de l’imperçu, il guette le moment où l’apparence se retourne, pour mettre ses mots dans ce laps, ou dans le sillage que laisse la...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

La Cache du Minotaure

de Undine Gruenter

Cadavres exquis à Montmartre

Quand le point de fuite de l’art et du désir croise celui d’une enquête, le quotidien, parfois, se réenchante. L’écriture joueuse d’Undine Gruenter est à découvrir. Paru en Allemagne, en 2001, La Cache du Minotaure aura été le dernier roman publié de son vivant par Undine Gruenter, décédée à Paris, à l’âge de 50 ans, en octobre 2002. Se tenant volontairement à l’écart du cirque médiatique, elle n’a pas encore obtenu la reconnaissance qu’elle mérite. La traduction de La Cache du Minotaure devrait cependant y contribuer tant ce roman, nourri de la légende...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

Comique cosmique

Désarticulant et réarticulant sans cesse la langue pour en exprimer tout le suc et tous les sens, Arno Schmidt est l’inventeur d’une écriture détonante et jubilatoire. De la Lande à la Lune, démonstration. Lire Arno Schmidt, c’est s’immerger dans ce que devrait toujours être la littérature. De l’inattendu, du non-consensus, de la subversion satirique, de la désillusion, de l’ambiguïté. Le tout zébré d’éclairs et dompté de main de maître par un « tailleur de mots & architecte de la prose » qui soit aussi un chroniqueur de son temps et un être passionné par la vie, c’est-à-dire le sexe. La prose...
mars 2005
Le Matricule des Anges n°61

L’odeur soutteraine

Jean Billeter nous raconte une histoire de serpent et de paradis : la sienne dans l’ombre de celle de Louis Soutter, un fou pornographe. D’un roman, on attend qu’il soit habité, qu’il inquiète ou bouleverse, qu’il parle de ce qui ne s’enseigne pas : du désir, de la folie, de l’indécence, du destin. Qu’il se développe sur les restes de vieux massacres, à commencer par celui de l’enfance. Placé sous les auspices d’une citation de Rilke « Qu’est-ce qu’un destin sinon la densité de l’enfance ? », le roman de Jean Billeter (né en...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60