La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Grünewald, le temps déchiré

de Françoise Ascal
Une catharsis picturale ? Loin des images édifiantes, le retable d’Issenheim dramatise la douleur et l’imploration. Un chef-d’œuvre dont Françoise Ascal nous donne le poème. Comme tous ceux qui ont vu, au musée d’Unterlinden, à Colmar, le retable d’Issenheim, œuvre maîtresse de Matthias Grünewald – « une peinture en dehors de tout ce que l’on connaît » dira Huysmans, qui lui consacrera une pénétrante analyse dans Trois Primitifs Françoise Ascal a été frappée par ce qu’il a de somptueux dans sa violence comme dans la sublimation de la détresse. « Longtemps après / on se souvient du foudroiement des rouges // longtemps après / on porte en soi / une brûlure lancinante  ». Transféré à Colmar après la Révolution, le chef-d’œuvre de Grünewald fut peint pour la...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Pierre Jean Jouve, l’homme grave

de Franck Venaille

La splendeur obsédante

Le portrait de Pierre Jean Jouve par Franck Venaille apporte un supplément d’éclairage à l’œuvre d’un poète écartelé entre passion charnelle et matière céleste. Que le nom de Pierre Jean Jouve apparaisse de nouveau sur la couverture d’un livre, est un petit miracle qu’il nous faut saluer tant son œuvre peine encore à trouver sa juste place dans notre paysage poétique. Et que cette lecture amoureuse, selon le principe cher à la collection Jean-Michel Place/Poésie un court essai beaucoup plus proche de la célébration inspirée que de la thèse...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

L' Animal céleste

de Véra Pavlova

L’âme russe

Amputés d’infini, mais ardents, cocasses et subtilement graves, les poèmes de Véra Pavlova ont l’implacable évidence de la lame. Première publication en France d’une poétesse dont l’œuvre compte déjà six titres, L’Animal céleste est un ensemble anthologique proposant une approche de l’univers de Véra Pavlova, considérée aujourd’hui, en Russie, comme l’un des poètes majeurs de sa génération. Celle qui a reçu, en 2000, le prestigieux prix Apollon Grigoriev, est née à Moscou, en 1963. Musicienne et musicologue, elle avait...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

Vol-ce-l’est

de Caroline Sagot Duvauroux

La bête avant les mots

Caroline Sagot Duvauroux ou le lyrisme du chaos. Revêtant d’éclats les plus étranges captures, son nouveau livre séduit et impressionne. Donner corps à un rêve de délivrance, sortir du trou dans lequel on tourne, foncièrement inadapté à ce monde et radicalement privé de ciel ou d’espérance. S’aérer de sa solitude et de ses angoisses, avancer, marcher, oser. « Penser par bonds de trou en trou non de tertre en château ». À corps perdu, à mots exaltés, dans l’allant et l’élan qui défait jusqu’à l’assurance de la langue. « Je dans...
février 2005
Le Matricule des Anges n°60

Le je) de Léna

de Carole Darricarrère

Nue sous la langue

Posséder, sentir, épouser l’intensité d’être, s’enfoncer dans la pulpe noire des soubassements de l’instinct, Carole Darricarrère, qui est née en 1959, à Abidjan, sait. Et assume. « Le poète n’a pas peur de ses émotions, ni de l’affection qui le lie au vivant. Le moi du poète est incontournablement lyrique et exalté, quand bien même il en aurait honte », peut-on lire dans Le (Je de Léna), son...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59