La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Grünewald, le temps déchiré

de Françoise Ascal
Une catharsis picturale ? Loin des images édifiantes, le retable d’Issenheim dramatise la douleur et l’imploration. Un chef-d’œuvre dont Françoise Ascal nous donne le poème. Comme tous ceux qui ont vu, au musée d’Unterlinden, à Colmar, le retable d’Issenheim, œuvre maîtresse de Matthias Grünewald – « une peinture en dehors de tout ce que l’on connaît » dira Huysmans, qui lui consacrera une pénétrante analyse dans Trois Primitifs Françoise Ascal a été frappée par ce qu’il a de somptueux dans sa violence comme dans la sublimation de la détresse. « Longtemps après / on se souvient du foudroiement des rouges // longtemps après / on porte en soi / une brûlure lancinante  ». Transféré à Colmar après la Révolution, le chef-d’œuvre de Grünewald fut peint pour la...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Le Pli, la pluie et puis après

de Lionel Destremau

Les mots collés à la peau

Entre reflets et empreintes, Lionel Destremau fraye son chemin de chair et de langue. Du pli à la pluie des échos se répondent, une contagion s’amorce, tandis qu’avec et puis après s’esquissent les prémices d’une tentative de conjuration. Le Pli, la pluie et puis après, le premier livre de poésie publié par Lionel Destremau (par ailleurs cofondateur des éditions Prétexte), propose en deux parties formées chacune de quatre sections des poèmes serrés, compacts, comme enkystés...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

Quelle est la nuit parmi les nuits

de Vénus Khoury-Ghata

Étoiles égorgées

Chez Vénus Khoury-Ghata le noir est noir, les « anges brûlent leurs ailes pour se réchauffer », on met dans le même trou « le bébé mort les larmes du cerisier et l’alphabet » tandis que « l’arc-en-ciel a bu l’eau du bénitier ». Un noir sans fond, une mort omniprésente, à l’image de son Liban natal, de sa terre violée, déchirée par les luttes fratricides qui l’ont livrée à ses ennemis...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

L' Adoption du Système métrique

de Jacques Réda

Le souffle du patineur

Le temps qui passe, les faubourgs, l’enfance, l’insaisissable beauté, Jacques Réda y écorche son âme… dans la lumière du vent et au rythme des Nombres qui nous gouvernent. Le ton Réda, la marque Réda, c’est peut-être une façon de disparaître dans la voix de ses poèmes. La voix, c’est l’écriture, l’ombre vive du travail silencieux de l’écriture, un mode singulier d’élocution, une forme et une formulation dont l’arrangement et les variations rythmiques sont à l’image du grand glissement universel qui emporte nos vies comme il emporte et emportera tout ce qui...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59

L' Écriture miniature

de Robert Walser

À fleur de papier

Du système du crayon à l’écriture micrographiée, Robert Walser (1878-1956) avait mis au point un procédé de fabrique du texte. Visite guidée. Robert Walser aura toujours habité le présent comme s’il vivait dans un rêve éveillé. De métiers subalternes en innombrables déménagements, il semble avoir vécu au jour le jour, prisonnier d’une identité assez floue et comme dépossédé de lui-même. Mais sous cette apparence (qui le conduira, dès 1929, en asile psychiatrique, sous prétexte de schizophrénie) se cachaient un orgueil très...
janvier 2005
Le Matricule des Anges n°59