La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Grünewald, le temps déchiré

de Françoise Ascal
Une catharsis picturale ? Loin des images édifiantes, le retable d’Issenheim dramatise la douleur et l’imploration. Un chef-d’œuvre dont Françoise Ascal nous donne le poème. Comme tous ceux qui ont vu, au musée d’Unterlinden, à Colmar, le retable d’Issenheim, œuvre maîtresse de Matthias Grünewald – « une peinture en dehors de tout ce que l’on connaît » dira Huysmans, qui lui consacrera une pénétrante analyse dans Trois Primitifs Françoise Ascal a été frappée par ce qu’il a de somptueux dans sa violence comme dans la sublimation de la détresse. « Longtemps après / on se souvient du foudroiement des rouges // longtemps après / on porte en soi / une brûlure lancinante  ». Transféré à Colmar après la Révolution, le chef-d’œuvre de Grünewald fut peint pour la...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Extraits de la vie des scarabées

de Franck André Jamme

La Récitation de l’oubli

de Franck André Jamme

Les perles de la perte

On dirait qu’il regarde le monde comme s’il n’était qu’un songe des mots. Franck André Jamme, un poète debout face au vacillement des apparences. La poésie de Franck André Jamme (né en 1947, grand voyageur et spécialiste des arts tantriques et tribaux de l’Inde contemporaine) relève de l’art de filtrer l’eau des jours, de n’en retenir que ce qui est digne d’une écoute. C’est sans doute la raison pour laquelle ses proses, ses poèmes donnent l’impression de s’insinuer si facilement en nous. Une voix qui coule, s’écoule, limpide, légère...
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58

Rimbaud le voyant

de André Rolland de Reneville

L' Expérience poétique

de André Rolland de Reneville

L’or du grand songe

Les deux essais majeurs d’André Rolland de Renéville sont à nouveau accessibles. Une approche du mystère de la Parole à travers une vision initiatique de l’acte poétique. Pierre de touche de toute réflexion sur la poésie moderne, l’œuvre et la vie du météore Rimbaud ne cessent de fasciner. Une œuvre fulgurante et brève, neuve absolument, puis le départ et le silence qu’on sait. Une œuvre hantée par la question du Sens (« Ça ne veut pas rien dire » écrit-il à G. Izambard, et « Ça dit ce que ça dit littéralement et dans tous les sens », à sa mère au sujet d’Une...
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58

Le Traité du transport amoureux

de Patrick Wald Lasowski

Carrosses et caresses

Au pas du vagabond désir et au rythme de l’émotion qui s’affole, Patrick Wald Lasowski nous dit tout des transports qui ravissent. Patrick Wald Lasowski a l’érudition heureuse et la plume allègre. Auteur d’essais riches et subtils consacrés à la sensibilité libertine du XVIIIe siècle (Libertines, L’Ardeur et la galanterie), responsable de l’édition des Romanciers libertins du XVIIIe siècle dans la Bibliothèque de la Pléiade, il nous avait donné l’année dernière un très jubilant Traité des mouches secrètes (Le Promeneur)...
novembre 2004
Le Matricule des Anges n°58

Poèmes fluviaux

de Friedrich Hölderlin

Dans le temps qu’il marchait

de Michèle Desbordes

Fou de poésie

Hölderlin célébra la liberté et la beauté du monde jusqu’à en perdre la raison. Deux livres évoquent son chemin d’eau, de terre et de silence. Contemporain de Beethoven, Friedrich Hölderlin est né en 1770. Après des études de théologie, il entre au séminaire de Tübingen où il aura pour condisciples Hegel et Schelling. C’est là qu’ils accueilleront avec enthousiasme la Révolution française et qu’il découvrira sa vocation poétique. En 1796, devenu précepteur chez le banquier Gontard, il tombe amoureux de la mère de ses élèves, Suzanne...
octobre 2004
Le Matricule des Anges n°57