La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Entretiens

Les articles

Autoportrait en nature morte

de Jean-Paul Iommi-Amunategui
Une vie (en) trompe-l'œil Retiré du monde, Jean-Paul Iommi-Amunatégui nous convie dans sa chambre noire, mélancolique et érudite. Que retenir d’une vie ? Des hauts, des bas ? Tout un slalom machinal entre des ombres comme le clamait Léo Ferré ? Né au Chili en 1947 d’un père poète et universitaire, et d’une mère, Xiména, d’une grande beauté, immortalisée par Man Ray et qui partagea la vie d’un autre poète, Vicente Huidobro, Jean-Paul Iommi-Amunatégui enchaîna les allers-retours entre Santiago et Paris avant de s’y installer définitivement. Passé de l’archéologie à l’histoire, il devient successivement responsable du supplément littéraire du Matin de Paris dans les années 80, éditeur au Quai Voltaire, puis coordonne...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Mexico midi moins cinq

de José Agustin

De perfil (Serie del volador)

de José Agustin

L’écriture cardiaque de José Agustin

Avec la traduction de Mexico minuit moins cinq près de trente ans après sa parution au Mexique, Agustin montre que le temps ne fait rien à l’affaire. Rencontre avec un auteur remarquable. Existait-il une véritable littérature mexicaine avant José Agustin ? La question reste posée tant la parution de deux romans en 1966 chamboula tout. L’auteur : un écrivain prodige de 20 ans. Succès immédiat auprès du public jeune, pincement de nez des tenants de la bonne pensée. Avec La tomba et De perfil (Mexico midi moins cinq, en français) la Onda était née. Aujourd’hui José Agustin...
octobre 1993
Le Matricule des Anges n°5

Christian Rullier : le désespoir ludique

Cancre et premier de la classe, bosseur acharné et noceur de première, Christian Rullier est un auteur de théâtre reconnu, comme le prouve la réédition d’Annabelle et Zina et du Fils. Ecrivain polyporphe, il se nourrit de la vie qu’il veut mouvementée. Christian Rullier est un homme direct. Au jeu des questions, il se livre sans faux-fuyants. Comment êtes-vous devenu écrivain ? J’ai commencé à écrire vers dix ans. J’étais un enfant solitaire, la solitude et les mots ont à voir ensemble. J’avais inventé un jeu, je prenais deux textes différents, un que je décrétais masculin, mal découpé et un féminin, bien propre et lisible, je les...
octobre 1993
Le Matricule des Anges n°5

Novarina, naissance par les gouffres

Les éditions P.O.L. publient L’Animal du temps et l’Inquiétude de Valère Novarina et les éditions Tristram proposent les mêmes textes, joués par André Marcon son acteur fétiche, gravés sur deux disques compacts. Rencontre avec un écrivain à lire et à entendre. A propos de l’œuvre de Novarina Philippe Sollers écrivait dans le Monde du 22 août 1980 : « Je ne crois pas qu’on ait jamais rien exprimé d’aussi précis, d’aussi violent et lucide sur les techniques d’écriture (…) que le discours académique et le marché s’en défendent, rien de plus normal (…), mais l’art nouveau, l’esprit nouveau n’en continuent pas moins leur marche. Ars nova, ars...
avril 1993
Le Matricule des Anges n°4

André Marcon : la voix de Novarina

Sortie, en disque compact, de L’Inquiétude, le monologue de Valère Novarina joué par André Marcon. A écouter avant la parution, en juin du texte aux éditions P.O.L. Main divine, lève-toi de moi, arrache de moi ce plafond ! Que faire d’une vie avant la mort ? » La voix monte, monte vers d’inaccessibles cieux, s’enroulant en fin de souffle, comme une déferlante, résonnant encore, le verbe tu, fouillant de ses mots le ventre de l’auditeur. L’Inquiétude de Valère Novarina vous prend au foie, à l’organique, vous touche physiquement, porté, lancé, jeté par...
janvier 1993
Le Matricule des Anges n°3

Auteurs liés