La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • L’angoisse de hamlet

    Lmda N°212-213 Dans le tome 3 de son journal, Richard Millet va au plus nu, de ce que sont l’écriture et l’époque. Une vie dans l’envers de la vie.
    Écrit en miroir d’une vie qui se fait au jour le jour, le journal relève d’une entreprise de restitution du réel autant que de la conversation avec soi-même. Mais que l’on y geigne, y jubile, y panse ses plaies ou que l’on s’y vide du trop-plein de ses émotions, c’est toujours d’humeur qu’il s’agit. Surtout s’il est rédigé par un homme jugé peu fréquentable, un écrivain «  dérangeant »,...
  • Le Détour

    Domaine étranger Mémoire en travaux Pendant près de trente ans, Luce d’Eramo (1925-2001) explore et réécrit son passé, composant une œuvre passionnante et unique dans la littérature concentrationnaire. Dès l’abord, la quatrième de couverture nous intrigue : « Luce d’Eramo, élevée dans une famille de dignitaires fascistes, partit de son propre chef en Allemagne en 1944 pour intégrer un Lager, un camp de travail nazi ». Quand nous feuilletons le volume, notre étonnement croît : l’œuvre est constituée de quatre parties, chacune datée, de la première, indiquant « Écrits de 1953 à 1954 », à la dernière, nommée « La distorsion » (synonyme du...
  • Kree

    Domaine français Entre deux morts Seule fille du commando, Manuela Draeger ajoute une nouvelle branche à l’étoile noire d’un post-exotisme en expansion constante. Depuis une trentaine d’années, l’archipel du post-exotisme prolifère à raison d’une ou deux nouvelles îles par an. Comme tout polype qui se respecte, la « communauté d’auteurs » à l’origine du projet porte tout un tas de noms : Antoine Volodine, Lutz Bassmann, Elli Kronauer et, donc, Manuela Draeger. Après s’être longtemps cantonnée dans une marge étrange de la littérature jeunesse (une dizaine de petits miracles incongrus à L’École des...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Sous les jupes des filles

Elle avait oublié le nom de l’auteur, hésitait sur le titre, mais jurait qu’elle n’avait rien lu de mieux cet été, disait : « Puissant. Glauque, aussi. Et super bien écrit. Après faut aimer ce genre de style. Il reste du rosé ? » Au XXIe siècle, l’Amazonie brûle, les tomates n’ont plus de goût, mais l’être humain s’est enfin débarrassé des démangeaisons sur le bout de la langue. Quelques pressions de l’index contre la vitre d’un écran tactile et les mots égarés retrouvent le chemin de la glotte : « Je l’ai. Né d’aucune femme, par Franck Bouysse. » Au bas de la couverture, le traditionnel...
Le Matricule des Anges n°206
Arno Bertina

un auteur

Arno Bertina

Chronique
Traduction

Robert Kahn

Journaux, de Franz Kafka Comment arrive-t-on en « Kafka-land » ? Chaque lecteur aura sa propre réponse, et aussi chaque traducteur. Il faut qu’il y ait là un « Wunsch », du désir. J’ai rencontré pour la première fois les textes de cet auteur juif de Prague qui écrivait en allemand (on trouve souvent dans des dictionnaires la mention « écrivain tchèque », alors que Kafka n’a été « tchèque » que pendant les cinq dernières années de sa vie) au lycée Jean-Moulin de Forbach, en classe de seconde. Il fallait traduire un extrait du « Messager impérial ». L’expérience m’avait beaucoup plu. Adolescent, j’ai lu une grande...
Le Matricule des Anges n°209
  • Bâiller devant Dieu

    Domaine étranger Diariste insoumis Une sélection des trois volumes du journal d’Iñaki Uriarte est l’occasion de découvrir une personnalité attachante, revendiquant sa liberté comme sa paresse. Ni “esprit de sacrifice”, ni “soif de dépassement”, ni “aspiration à l’excellence”. Ni de respect ou de sympathie quelconque pour ce genre de choses. » Le Basque Iñaki Uriarte n’est certainement pas de ces diaristes qui aiment étaler en couches épaisses leur ego sur les longues tartines qu’ils rédigent quotidiennement. Il appartiendrait plutôt, comme le propose avec justesse dans sa préface Frédéric Schiffter, à la catégorie des « stylistes...
  • Par tous les chemins

    Florilège poétique des langues de France - Alsacien, Basque, Breton, Catalan, Corse, Occitan
    Poésie Babel en France La poésie de nos territoires réunie pour la première fois en un recueil aussi chatoyant que vespéral. Alors que la langue française s’enivre d’anglicismes et que les langues dites régionales mises sous le boisseau depuis des lustres par un jacobinisme aveugle et aujourd’hui incongru en Europe sont dans un état de coma avancé, la publication de ce Florilège relève d’une sacrée gageure. Consacrer quatre cent quatre-vingts pages à l’expression poé- tique de cinq langues : alsacien, basque, breton, catalan, corse, occitan est une aventure...
  • Histoire littéraire Portrait d'une anartiste Françoise d’Eaubonne était une citoyenne de combat avec ses livres féministes ou sa science-fiction « genrée ». Le parcours de Françoise d’Eaubonne ne manque guère d’allure : authenticité, vaillance, éclats, on se demande encore pourquoi, ou comment, elle se montra si chevaleresque et intransigeante, audacieuse et brillante. Qu’elle s’engage contre l’occupant nazi ou qu’elle devienne porteuse de valises durant la guerre d’Algérie, elle resta elle-même, femme et hyperactive… Son parcours comporte plusieurs dates nodales qui vont devenir...
  • FAKE

    Théâtre À fleur de mots FAKE est une pièce-partition de Claudine Galea autour des jeux de l’amour, de l’amitié et des réseaux sociaux. FAKE est une pièce pour deux personnages, LAM comme L’AMoureuse et M.A comme meilleure amie (ça se prononce éma), plus une voix, la voix du garçon. FAKE met en jeu deux espaces sur scène, la chambre de LAM, en désordre avec des vêtements et du maquillage qui traînent et la chambre de M.A très bien rangée au contraire, avec la présence de livres et de photographies. Plus un espace de projection important pour nous plonger au cœur des réseaux...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

D’encre et d’oubli

L’effacement du poète, dramaturge et critique Paul Vérola prouve que l’absence d’efforts peut nuire. Esthète, humaniste et même idéaliste, que reste-t-il de lui ? C’est sa ressemblance avec le jeune Pierre Béarn qui frappe d’abord. On dirait des jumeaux : profil grec, cheveux bouclés, œil clair et perçant. Passé ce constat, on s’interroge : qui est donc Paul Vérola ? Et surtout, pourquoi a-t-il choisi un pseudonyme aussi malsain ? On imagine naturellement un garçon artiste, qui vire au poète décadent lorsqu’il en a l’occasion, dans son immense vénération pour Charles Baudelaire… Et bien on se trompe. Paul Vérola est né à Nice le 12 juin 1863. Il n’est donc pas de la génération de Béarn, né en 1900, et pourrait plutôt être son père. Et on se...
Le Matricule des Anges n°167