La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Un horloger de notre temps

    Lmda N°222 Observateur en diable, Marcel Cohen a forgé des formes élégantes et délicates comme des montres pour dire notre monde.

    Détails, II : Suite et fin

    Trois mots viennent à l’esprit lorsqu’on songe à Marcel Cohen : information, méticulosité et déplacement. On n’utilisera pas le mot « voyage » car le terme est galvaudé depuis que la niche éditoriale s’est creusée. Et puis il convient de se concentrer sur ce qui importe, le mouvement qui permet de changer le point de vue, donc le déplacement, la translation, le fait de s’extirper de sa...
  • Eve à Hollywood

    Domaine étranger Hollywood au cœur L’autobiographie d’Eve Babitz, égérie de la côte Ouest bohème, se révèle aussi loufoquement déchiré et dramatiquement hilarant que ses précédents opus. La Californie. Les soirées affolantes. Les overdoses en tout genre. Les fidèles d’Eve Babitz reconnaîtront ici les thématiques chères à l’autrice, autour desquelles se construisait déjà Sex & Rage (Seuil, 2018), roman résolument ancré sur la côte ouest des États-Unis, entre peinture de planches de surf et penchants alcooliques. Eve à Hollywood, dont la rédaction date du début des années 70, est pourtant antérieur à celui-ci. Il nous plonge...
  • Amérique fantôme

    Domaine français Poor lonesome writer Invité à faire une tournée de promotion pour la sortie de son roman aux USA, l’écrivain et traducteur Brice Matthieussent fait l’expérience de la profonde déception dans l’Amérique de Trump. Aucun éditeur français ne lui avait proposé cela : faire une tournée de promotion à travers le pays pour la parution d’un de ses livres. On comprend dès lors l’enthousiasme de Brice Matthieussent à accepter l’invitation de Will Ewans son nouvel éditeur américain, qui vient de faire paraître la traduction de La Vengeance du traducteur (P.O.L 2009) chez Deep Vallum, maison d’édition texane tournée vers les littératures étrangères. Enthousiasme...
Chronique
En grande surface

Bruno l’Homère

Sarkozy le surnommait « Bac +18 ». Convenons que le curriculum du bonhomme impressionne : normalien, énarque passé par Sciences Po, avec dans ses bagages une agrégation de lettres modernes, un mémoire sur Proust et une licence d’allemand. Tout ça pour finir, à 50 ans, avec un CDD de comptable dans la quincaillerie Castex, d’aucuns jugeront que c’est du gâchis. Heureusement, Bruno Le Maire a pris soin de tendre une deuxième corde à son arc et démontre depuis deux décennies qu’il se joue avec autant de brio du traitement de texte que des cellules Excel : « Écrire ne fait pas partie de mes...
Le Matricule des Anges n°220
Leslie Kaplan

un auteur

Leslie Kaplan

Chronique
Traduction

Jean-Marie Saint-Lu

Un père étranger, d’Eduardo Berti Excepté pour son tout premier roman paru en français, Le Désordre électrique (Grasset, 1999), j’ai le plaisir d’être le traducteur « attitré » d’Eduardo Berti (Buenos Aires, 1964), et Un père étranger est le 11e ouvrage né de notre collaboration. Je suis en effet de ces traducteurs qui pensent qu’une traduction idéale est le fruit d’une collaboration auteur-traducteur. Comment le traducteur ne profiterait-il pas de la possibilité de demander à l’auteur – lorsqu’il est vivant, bien sûr – toutes les précisions propres à améliorer son travail ? Et en l’occurrence cette collaboration est...
Le Matricule des Anges n°219
  • Tu ne désireras pas

    Domaine étranger Esthétique du déchet L’homme est-il jetable ? L’écrivain américain Jonathan Miles fait la satire de notre société de consommation. Non, il ne s’agit ni d’un manuel bouddhiste ni d’une leçon d’ataraxie antique. Quoique… Car le romancier américain Jonathan Miles (né en 1971) commande : Tu ne désireras pas. Ainsi serait assurée la tranquillité de l’âme, tant le désir entraîne son insatisfaction et son éternel retour lancinant. Il s’agit plutôt de savoir combien ce même désir chevillé au corps entraîne de consommation et surtout de déchets. D’où des personnages triant le...
  • Corps rassemblé

    Poésie La voix du voir Au gré d’une inspiration à la fois complice et indépendante, Esther Tellermann vient habiter les figures du peintre Claude Garache. Une mise à nu qui requiert par sa singulière beauté. C’est suite à plusieurs visites à l’atelier et au domicile de Claude Garache qu’Esther Tellermann a écrit et composé Corps morcelé. Souverainement simple mais brûlante et énigmatique, l’œuvre de ce peintre se déploie essentiellement autour du nu féminin, de sa densité physique et de son aura. Que ce corps toujours à naître, jamais figé, ce corps où se noue le rouge secret des origines, et que cette tentative perpétuellement recommencée de...
  • Automoribundía : 1888-1948

    Histoire littéraire Le spectacle du monde Enfin disponibles en français, les mémoires monumentales de l’Espagnol Ramón Gómez de la Serna sont la somme « des expériences d’une vie ». Considéré par Larbaud comme l’égal de Proust et de Joyce, tenu par Borges pour un « omnivore enthousiaste » ayant « inventorié le monde », vu par Robert Delaunay comme un « Apollinaire espagnol », Ramón Gómez de la Serna (1888-1963) est l’auteur d’une œuvre prodigieuse (plus de cent trente livres, allant du roman à l’essai, de la biographie au théâtre, de la nouvelle au conte pour enfants), mais il est surtout connu comme l’inventeur d’un...
  • Habiter le temps

    Théâtre Le cercle infernal Habiter le temps de Rasmus Lindberg est conçu comme une saga familiale, avec des lourds secrets enfouis dans un inconscient pétrifié. Le texte de Rasmus Lindberg se lit comme un thriller psychologique. On dévore les cent pages, deux actes et trente-deux scènes de cette pièce, happé par les destins fracassés d’une famille. Avec l’envie de comprendre les drames à l’origine du cercle infernal. Six personnages évoluent sur le plateau, trois couples à trois époques différentes : Kristin et Eric en 1913, Stefan et Caroline en 1968, et Myriam et Hannelle aujourd’hui. Une lignée...
Intemporels
par Didier Garcia

Mystères de l’âme

Père spirituel de Malcolm Lowry, l’Américain Conrad Aiken (1889-1973) signe avec Le Grand Cercle une belle énigme romanesque. Sur les conseils d’un ami, qui ne lui voulait peut-être pas que du bien, Andrew Cather, bientôt quadragénaire, rentre plus tôt que prévu au domicile conjugal et y surprend sa femme au lit avec son meilleur ami : « Ce n’était plus sa Berty, ce n’était pas Tom – deux nouvelles personnes étaient assises dans la pièce avec lui, deux étrangers qui le regardaient avec hostilité et incompréhension, dont l’esprit et les souvenirs s’étaient à présent ligués contre les siens. » Et peu importe finalement qu’entre Berty et Tom il y ait la musique, ou que Bach et Haydn aient contribué à les unir : en...
Le Matricule des Anges n°192