La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Le voyage intérieur

    Lmda N°224 Joël Vernet nous offre quelques pages du livre de sa vie. Son récit n’élude ni la quête intérieure ni la soif de lumière qui n’ont jamais cessé d’être.

    La Nuit n’éteint jamais nos songes

    Dès son premier livre en 1988, intitulé Lettre de Gao, Joël Vernet s’est engagé sur la voie d’une recherche toute singulière et personnelle. Si le voyage représente cet élan qui porte à la découverte, il peut aussi bien prendre une tout autre direction. Joël Vernet se sera également tourné vers l’écriture de sa vie intérieure. La Nuit n’éteint jamais nos songes rassemble ainsi les feuillets...
  • Eve à Hollywood

    Domaine étranger Hollywood au cœur L’autobiographie d’Eve Babitz, égérie de la côte Ouest bohème, se révèle aussi loufoquement déchiré et dramatiquement hilarant que ses précédents opus. La Californie. Les soirées affolantes. Les overdoses en tout genre. Les fidèles d’Eve Babitz reconnaîtront ici les thématiques chères à l’autrice, autour desquelles se construisait déjà Sex & Rage (Seuil, 2018), roman résolument ancré sur la côte ouest des États-Unis, entre peinture de planches de surf et penchants alcooliques. Eve à Hollywood, dont la rédaction date du début des années 70, est pourtant antérieur à celui-ci. Il nous plonge...
  • De l’Hexagone considéré comme un exotisme

    Domaine français Dans les ailleurs d'ici Francis Navarre nous propose un étonnant voyage, où la France familière se montre dans son dépaysement. Le livre se tient, penché comme le motard dans un virage, entre l’épigraphe de Nicolas Bouvier, « C’était une petite ville torride qui sentait la cannelle », et le texte de sa quatrième de couverture : « Il est aujourd’hui facile d’être himalayesque ou sibérien, mais comment peut-on être Mussipontain ». S’agissant du Pont-à-Mousson très peu torride des Mussipontains, sa spécialité n’en est pas la cannelle, mais notre plaque d’égout nationale...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Bruno l’Homère

Sarkozy le surnommait « Bac +18 ». Convenons que le curriculum du bonhomme impressionne : normalien, énarque passé par Sciences Po, avec dans ses bagages une agrégation de lettres modernes, un mémoire sur Proust et une licence d’allemand. Tout ça pour finir, à 50 ans, avec un CDD de comptable dans la quincaillerie Castex, d’aucuns jugeront que c’est du gâchis. Heureusement, Bruno Le Maire a pris soin de tendre une deuxième corde à son arc et démontre depuis deux décennies qu’il se joue avec autant de brio du traitement de texte que des cellules Excel : « Écrire ne fait pas partie de mes...
Le Matricule des Anges n°220
Nicoleta Esinencu

un auteur

Nicoleta Esinencu

Chronique
Traduction

Clément Bondu

Journal, premiers cahiers 1954-1960, d’Alejandra Pizarnik Portrait de l’artiste en jeune femme, Pizarnik a 18 ans quand elle commence à écrire le premier cahier de ce qui deviendra son Journal, sans qu’il soit possible de lui prêter au départ une quelconque velléité éditoriale (cela viendra assez vite). Au début, donc, tout a plutôt un air de défouloir. Cracher la rage, la souffrance qui est là comme depuis l’origine. Et puis, jouer à écrire, à penser, à construire sa vie avec ça, ou son rôle, c’est sans doute la même chose. Sans oublier cet humour acerbe, noir et joyeux qui, quoi qu’on dise, a de clairs accents argentins. C’est qu’il y a...
Le Matricule des Anges n°221
  • L' Extinction des espèces

    Domaine étranger Visite guidée L’Argentin Diego Vecchio réinvente sous la forme d’une fable subtile et ironique l’histoire des musées et sonde notre constant besoin de conserver sous vitrine les traces du passé. Cela commence par une histoire d’héritage, ou plutôt par « la naissance d’un fils illégitime », l’un des cent qu’aura essaimés en Angleterre « sir Hugh Percy Smithson, premier duc de Northumbrie ». Le fils en question, James Smithson, lègue sa fortune à sa mort en 1829 pour que soit fondé à Washington « un établissement portant son nom, dédié au progrès et à la diffusion du savoir auprès de tous les hommes ». Jusqu’ici, tout est vrai ou...
  • Les Seules

    Poésie Requiem des délaissées Dans Les Seules, Claire Genoux nous relate la troublante étrangeté d’existences recluses. Un chant vibrant qui n’en demeure pas moins tourné vers la beauté du monde. Les Seules charrie, tel un fleuve déversant ses éboulis de terre et d’eau, sa part de souffrance et d’humanité. La façon dont corps et conscience s’entrechoquent, Claire Genoux nous le narre avec une rare justesse. Sous sa plume, voilà évoquée la violence exercée à l’encontre de femmes, et les mots qui la nomment, explorent ce qu’il s’en dégage de tension, de suffocation, d’altération. D’un excès de désastre, de solitude, de désolation, des...
  • Le Bal des folles

    Poches Le grand bal masqué Réédition d’un roman essentiel de Copi, artiste multicarte qui fait du délire narratif et de la fuite en avant une vaste mise en scène. Tout va vite dans les romans de Copi. On y change de décor et de déguisement en permanence, c’est un monde travesti – au sens propre comme au figuré – dans lequel les masques que portent les personnages en cachent toujours d’autres. C’est un monde où la profondeur flotte à la surface, où le vrai est toujours faux et inversement ; un monde virevoltant, un « theatrum mundi » baroque qui force le réel et la fantaisie à se confondre pour mieux...
  • Fanny-

    Tapuscrit 146
    Théâtre La prouesse de la nuance Fanny est le portrait d’une femme qui, à 55 ans, ne veut plus s’absenter du désordre du monde. Mon combat d’autrice, c’est de revendiquer la nuance et la bienveillance », explique Rébecca Déraspe, jeune dramaturge et scénariste québécoise, découverte en France en 2018 avec Ceux qui se sont évaporés, une pièce évoquant la pulsion profonde de fuite et de disparition. Son nouveau texte, Fanny, est une œuvre singulière, lumineuse et drôle sur l’émancipation féminine. C’est une pièce dense, l’autrice prend le temps de nous faire entrer...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Sentences salées

Scientifique réputé pour ses travaux et la commercialisation de son « plasma marin », René Quinton fut aussi un va-t-en-guerre volontiers moraliste. Dès 1904, les libraires spécialisés purent mettre en montre L’Eau de mer, milieu organique (Masson & Cie), un livre bientôt suivi du Plasma marin en injections sous-cutanées dans les gastro-entérites infantiles (Dispensaires marins de Paris, 1912) et d’une nouvelle édition de L’Eau de mer milieu organique en 1912. La reconnaissance de son auteur, René Quinton, fut foudroyante dans un pays qui souhaitait vitaliser à tout prix ses villes thermales et son tourisme côtier. Les théories de ce scientifique autodidacte tombaient à pic. À force d’observation, il avait élaboré sur l’origine des...
Le Matricule des Anges n°216