La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Partition fractale

    Lmda N°237 Le nouveau roman de Pierre Ducrozet déploie un siècle de musiques où la tectonique du monde épouse les battements du cœur de son héros. En un chant sensible et monumental.

    Variations de Paul

    Pierre Ducrozet ne manque pas d’ambition. Ses romans n’ont pas de frontières, le monde est son terrain de jeu et la quête d’un absolu constitue le ressort qui pousse ses personnages à toujours se dépasser jusqu’à atteindre une forme d’héroïsme. Pierre Ducrozet ne manque pas non plus de confiance : celle qu’il place dans la langue d’abord dont il use comme si elle était une source d’énergie...
  • Un Homme dos à la mer

    Domaine étranger Éructations écrites Par un roman dru, expérimental et crépusculaire, le Taïwanais Wang Wen-hsing soliloque en réinventant sa langue. Après l’Ukraine, au tour de l’île de Taïwan d’être envahie ? Certains prétendent que le tigre et frère ennemi chinois s’en pourlèche déjà les babines. Wang Wen-hsing est né en 1939 à Fuzhou en Chine continentale. La guerre civile opposant communistes et nationalistes l’a forcé avec des milliers de compatriotes à se réfugier sur l’ancienne Formose. Ce déracinement, cette brisure, cette mutilation palpitent au cœur des nouvelles et romans de...
  • L' Apparence du vivant

    Domaine français Vieilles peaux, jeune sang Sensuel, cru, noir, le premier roman de la Liégeoise Charlotte Bourlard a l’amère, l’exquise douceur de la morbidezza. L’Apparence du vivant cache bien son jeu. Subtil roman d’apprentissage sous les airs d’un thriller, il a sa propre et très troublante vitalité vénéneuse, celle-là même du couple que forment une jeune femme et une vieillarde qui « ressemble à une grand-mère innocente ». Le décor, morbide mais que l’on découvrira sensuel en diable, est celui de l’ancien funérarium et son logement, celui des Martin, avec « Monsieur » réduit sur son lit à un...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Gossophobie

Preuve que la censure médiatique ne muselle pas la communauté poutinophile en son entier, François Busnel convie Gérard Depardieu sur le plateau de « La Grande Librairie ». L’animateur attaque fort : « Selon vous, la littérature vaut mieux que le cinéma ? » Oui, répond sans hésiter le gros homme, car « lire, c’est se faire un film dans sa tête ». Passée cette fulgurance liminaire, le niveau de l’échange décroît lentement jusqu’au moment où l’acteur avoue sa déception devant la médiocrité des productions contemporaines : « Les livres aujourd’hui racontent des petits mois… J’ai feuilleté...
Le Matricule des Anges n°232
Claire Baglin

un auteur

Claire Baglin

Chronique
Traduction

Nathalie Bru*

Isadora, d’Amelia Gray C’est à Benoit Laureau et Aurélien Blanchard que je dois ma rencontre avec l’univers déroutant d’Amelia Gray. Quand ils m’ont contactée en 2019 pour me confier la traduction d’un recueil de ses nouvelles intitulé Gutshot en anglais (Cinquante façons de manger son amant), je n’avais jamais entendu parler d’elle. Je savais cependant L’Ogre très exigeant dans le choix de ses textes, si bien que même avant de la lire, j’étais assurée d’entrer dans une écriture qui promettait de sortir de l’ordinaire. Il ne m’a pas fallu longtemps, quelques dizaines de pages à peine, pour avoir envie de...
Le Matricule des Anges n°236
  • Amnistie

    Domaine étranger Hiérarchie de l'invisibilité Aravind Adiga, l’auteur du Tigre blanc, nous revient avec un roman social, ironique, sur l’exil et l’immigration. Danny, de son vrai nom Dhananjaya Rajaratnam, vit à Sydney depuis plus de quatre ans. Il a quitté sa ville natale de Batticaloa au Sri Lanka après avoir été torturé par la police, laquelle pensait avoir affaire à un Tigre tamoul. Aussitôt débarqué en Australie, le jeune homme s’est attelé à la laborieuse tâche de s’adapter à son nouvel univers culturel, urbain et linguistique. Après avoir occidentalisé son prénom, il a minutieusement modulé...
  • Manuel de Réisophie pratique

    Poésie Guide de la chose C’est dans la présence concrète de la chose que gît la promesse de la poésie, ce que Laurent Albarracin nous démontre dans un revigorant manuel. Que nul n’entre ici s’il n’est tautologue », prévient d’emblée le poète, qui a justement fait de la tautologie un axe majeur de sa poétique. Puisque « c’est à sa dimension de chose que se mesure la chose », étant entendu que la chose, étant une chose, ne serait être autre chose que ce qu’elle est, une chose, il ne restait au poète qu’à se retrousser les manches pour inventer, non pas ex nihilo mais à partir d’une solide observation de...
  • Lieux

    Histoire littéraire Écrire contre l'oubli Quarante ans après sa disparition, Georges Perec (1936-1982) nous revient avec Lieux, projet inachevé, qui est la « mesure du temps qui s’écoule ». Il était attendu. Philippe Lejeune l’avait évoqué dans La Mémoire et l’oblique. Georges Perec autobiographe (P.O.L, 1991), et Perec lui-même en avait publié des extraits ici ou là. Le voici donc enfin…Comme nous l’apprend le texte 41, daté du 2 octobre 1970, et qui est un souvenir de l’île Saint-Louis, la configuration générale de Lieux fut déterminée en janvier 1969 par sa rupture avec Suzanne Lipinska (propriétaire du moulin d’Andé, où...
  • Depuis mon corps chaud

    Théâtre Prendre soin Depuis mon corps chaud, de Gwendoline Soublin, ou quand les ailes poussent dans le dos de ceux qui partent. Depuis mon corps chaud est une commande du Théâtre national de Strasbourg. Pour son écriture, Gwendoline Soublin a passé plusieurs semaines à l’Institut de formation en soins infirmiers de Strasbourg. Ce texte résonne fortement aujourd’hui après plus de deux ans de pandémie et interroge le lien qui existe entre soignants et soignés. La pièce est construite en deux parties, avec les voix de « Celui qui part » et de « Celle qui...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Forgues, un diable d’homme

Premier traducteur de Melville, ce critique redouté fut à l’instar de Philareste Chasles un importateur de la littérature anglo-saxonne en France. Le 1er janvier 1843, le romancier Léon Gozlan écrit au critique E.-D. Forgues : « Mon cher Forgues,/ Depuis bientôt huit ans que vous prenez la peine d’appliquer votre spirituelle critique à mes œuvres, vous devez vous apercevoir, sans doute à regret, car vous avez un but en me critiquant, que je ne me hâte pas d’entrer dans la bonne voie. (…) ne pensez-vous pas qu’il est temps de mettre fin à ce travail sans fruit ?/ Vous pouvez être spirituel, fin, caustique, bienveillant, surtout en traitant d’autres sujets, et moi, je vous l’avoue, je ne me réformerai jamais, mais jamais (…). À quoi...
Le Matricule des Anges n°178