1136 articles publiés
Voir
dernier article en date

Des gerbes de plaies sauvages

Lmda N°212-213 Voix à nulle autre superposable, la poésie de Paul Valet a le luxe barbare du sang qui s’épanche. Poète singulier, sans parenté ni descendance, Paul Valet mérite d’être connu. La parution de La Parole qui me porte (Poésie/Gallimard) et de Que pourrais-je vous donner de plus grand que mon gouffre ? (Le Dilettante) en offre une excellente occasion. Paul Valet est le pseudonyme de Georges Schwartz, né en 1905, à Lodz, en Pologne, mais qui vécut toute son enfance à Moscou, dans la Russie des...
mai 2020