La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Poésie

Les articles

La force du dire rimbaldien Livre païen rendant mythiques les actes d’un homme en proie à l’orgueil de l’absolu, Une saison en enfer devient, à travers la lecture qu’en fait Jean-Luc Steinmetz, le bréviaire d’une connaissance de soi. Singulière, intime, décalée, court-circuitant les clivages du savant et du populaire, du légitime et de l’illégitime, l’expérience de lecture que nous propose Jean-Luc Steinmetz. Totale, violemment investie, tressant perception sensible, souvenirs et tâche interprétative, elle est corps à corps, mise à l’épreuve et mise en perspective de sa propre individualité de lecteur. Et quel lecteur, puisque J.-L. Steinmetz est l’auteur d’une œuvre double de poète (une douzaine de titres) et de critique – La Poésie et ses raisons ; Signets ; Les Réseaux poétiques (José Corti) ; Ces poètes qu’on...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

La Fête invisible

de Gabrielle Althen

Les dérobades et les éclats du désir

Le poème de Gabrielle Althen fête, en son phrasé singulier de véhémence et de détente, les noces de l’assoiffement, de l’allégresse et du vide. Une émotion très particulière se dégage de la lecture de La Fête invisible, le dernier livre de Gabrielle Althen, qui poursuit depuis les années 70 l’écriture d’une œuvre qu’anime une soif sensuelle du monde et que portent des images et des rythmes souvent aussi inattendus qu’étonnants. Une émotion liée aux phosphorescences de l’intensité et à l’ardeur sans cesse affleurante de l’ubiquité de...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

La Rentrée de tout un peuple

de Patrice Luchet

La Rentrée de tout un peuple, de Patrice Luchet

Bienveillance/en jeu/tout devient possible » : voilà un fragment qui introduit à la perfection le travail de Patrice Luchet, enseignant et auteur résolument en prise avec le monde qui l’entoure. Ce monde, du fait de sa profession, prend souvent la forme insaisissable d’adolescent.es – en classe, dans la rue, entre eux, avec des adultes, timides, terribles, immigré.es, surdoué.es, etc. La...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

Poèmes à pied

de Cole Swensen

Pas à pas au jour le jour

Poèmes à pied propose vingt arrêts sur des marcheuses et marcheurs ayant écrit les verbes caractérisant la joie de se déplacer, comme flâner ou dériver. Poèmes à pied, le nouveau livre de Cole Swensen, poète et traductrice, éditrice de La Presse Poetry, est résolument un hommage à la marche doublé d’une approche (phénoménologique et descriptive) de son lien avec l’activité d’écriture. On sait depuis au moins Nietzsche que l’on pense en marchant, mais les exemples qui lieraient écriture et marche sont foisonnants et divers. Sans doute...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

Duende

de Jean de Breyne

L’œil écoute

Jean de Breyne suit le chant impersonnel du poème, basse fréquence murmurée qui l’ouvre à tout ce qui, du temps, reste peut-être chantable. Poète discret (né en 1943), photographe, fondateur de la galerie-librairie l’Ollave à Lyon, puis éditeur d’essais d’artistes ainsi que d’un « Domaine croate/poésie » depuis 2012 avec Martina Kramer, Jean de Breyne mène de front toutes ces activités sans suffisance ni prétention. L’homme conduit sa barque lente depuis le Luberon où il vit depuis trente ans. Il sait la volonté nécessaire et...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225