La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Bernardo Atxaga

A propos

Terres promises Par une subtile et polyphonique mise en abîme, entre battement d’ailes et pierre tombale, le Basque Bernardo Atxaga fait du village imaginaire d’Obaba, un territoire libre et fracturé comme le cœur des hommes. Dans « Vie et mort des mots », le poème en ouverture du Fils de l’accordéoniste, Bernardo Atxaga écrit : « Tu vois que les mots ne surgissent pas toujours/ Dans des zones industrielles solitaires ;/ ils ne sont pas forcément les fruits des bureaux de propagande./ Ils surgissent parfois parmi les rires,/ et ressemblent à des aigrettes envolées./ Regarde-les monter au ciel,/ regarde comme il neige vers le haut. » Ce texte engendre une extraordinaire profondeur de champ, terrestre, littéraire et cosmique. Les mots, les mots basques, fragiles, palpitants et beaux, les mots à l’agonie, David...
mai 2007
Le Matricule des Anges n°83

Bernardo Atxaga : le renard dans la bibliothèque

Héros plus qu’il ne le voudrait de la littérature basque avec Obabakoak, Bernardo Atxaga refuse de devenir un écrivain national. Il appartient à une tradition culturelle, la littérature. Parution de L’Homme seul. Bernardo Atxaga n’en revient pas de pouvoir vivre de la littérature et poutant cet écrivain de quarante-quatre ans a déjà à deux reprises incarné la littérature basque. En 1974, d’abord, avec Etiopia, un recueil de poèmes qui a bouleversé la poésie basque. En 1989, ensuite, avec Obabakoak : Prix national (espagnol) de littérature, Prix de la critique (espagnole) et Prix Euskadi. Pour certains...
septembre 1995
Le Matricule des Anges n°13

Ouvrages chroniqués

Séjour au Nevada
de Bernardo Atxaga
2016
Dans Caravane vers le soleil, film américain de Russell Rouse sorti en 1959, des montagnards basques bondissaient de rocher en rocher, poussant des cris incroyables, se jetant sur des Indiens interloqués. Bernardo Atxaga entretient lui aussi un rapport particulier au Nouveau Monde. Terre d’émigration, d’exil pour échapper au franquisme, voir Le Fils de l’accordéoniste (Christian Bourgois, 2004). D’août 2007 à juin 2008, l’écrivain séjourne à Reno (Nevada) dans le cadre d’une résidence universitaire, avec sa femme et ses deux filles. Ce qui aurait pu n’être qu’un récit de voyage, prend la...
Dominique Aussenac
juillet 2016
Le Matricule des Anges n°175
Deux Frères
de Bernardo Atxaga
1996
La traduction de l’un des premiers romans de l’auteur basque Bernardo Atxaga nous fait découvrir une fable poétique et fantastique sur le destin. À la mort de son père, Paulo promet de s’occuper de son frère aîné, esprit infantile et simplet dans un corps de géant. Dans le très rural petit village d’Obaba, l’appétit sexuel de Daniel est vu comme une monstruosité et la plupart des habitants, craignant pour leurs filles, ne songent qu’à le faire enfermer. Brutalement, à seize ans, le regard de Paulo va changer, il n’aura plus le temps de s’amuser avec les garçons et les filles de son âge. Chargé de faire tourner la scierie familiale, il devra protéger son frère de lui-même et de la haine des autres. La méchanceté perverse d’une...
Maïa Bouteillet
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
L' Homme seul
de Bernardo Atxaga
1995
On est en 1982. Carlos, le héros de L’Homme seul, un nationaliste basque engagé à la fin du franquisme dans la lutte armée et gracié à l’avènement de la démocratie semble s’être assagi. Avec ses amis, il tient près de Barcelone un hôtel dont quelques braquages de banques ont rendu l’achat possible. C’est l’été, l’Espagne est toute à la coupe du monde de football et l’hôtel de Carlos héberge l’équipe de Pologne : Boniek, Lato et les autres. A l’insu de ses camarades, Carlos cache deux terroristes en fuite au sous-sol. Parviendra-t-il à les sauver alors que la brigade antiterroriste...
Christophe David
septembre 1995
Le Matricule des Anges n°13