La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Vassilis Alexakis

A propos

Athènes sur Seine Venu de Grèce dans les années 60, Vassilis Alexakis voyage entre ses deux pays. Et entre ses deux langues, le romancier écrivant ses livres en français et en grec. Son œuvre pénètre au cœur de l’Histoire intime ou universelle et établit un dialogue avec les morts. Sans se départir d’une tendre ironie. On a une image contradictoire de Vassilis Alexakis. Un homme entre soleil et ombres, entre légèreté et gravité. Du côté de la lumière, il y a cet humour qui a fait les beaux jours de l’émission « Les Papous dans la tête » sur France Culture. Il y a, bien sûr, cet accent dont on se dit que le bonhomme l’entretient tant il ajoute à son charme : « il ne roulait pas les r, mais il traînait les mots, il les prolongeait par une sorte d’écho comme s’il regrettait qu’ils ne fussent pas plus longs » (Avant). On pourrait ajouter que sa voix, dans les bégaiements qui précipitent parfois sa parole,...
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85

La Grèce en héritage

Vassilis Alexakis aime les phrases courtes et qu’on entre dans ses livres comme on entrerait chez soi. Mais, plus son œuvre avance, plus elle complexifie son rapport au réel, à la vie, au passé. Dans l’amour constant des langues. L’homme est volubile, espiègle parfois. Il répond aux questions en rallumant dix fois, vingt fois, mille fois sa pipe dont le destin est de s’éteindre. Il moque son interlocuteur pour mieux se moquer de lui-même. Il met des points d’exclamation au milieu des phrases et ponctue sa parole de quelques mots bruts, comme « merde », « vachement », « truc » qui bâtissent les amitiés de comptoirs....
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85

Bibliographie

Romans
• Le Sandwich Julliard, 1974 • Les Girls du City-Boum-Boum Julliard, 1975 (Points romans, 1992) • La Tête du chat Le Seuil, 1978 • Talgo Le Seuil, 1983 – nouvelle édition : Fayard, 1997 – (Stock
« cosmopolite », 2003) • Contrôle d’identité Le Seuil, 1985 – nouvelle édition : Stock, 2000 • Paris-Athènes Le Seuil, 1989 – nouvelles éditions : Fayard, 1997
– Stock 2006
• Avant Le...
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85

Ouvrages chroniqués

Je t’oublierai tous les jours
de Vassilis Alexakis
2005
D’une voix douce, Vassilis Alexakis poursuit avec sa mère disparue les conversations d’autrefois. Des nouvelles d’ici et d’ailleurs. Je suis dans ma maison à Tinos et c’est l’été. Je vais pieds nus d’une chambre à l’autre comme si je cherchais quelque chose. » Les phrases sont simples et claires. La première pose l’ambiance, de quiétude et de chaleur. Dans la seconde se glisse l’évocation imperceptible d’un manque. Pieds nus pour ne pas faire de bruit, attentif aux respirations de la maison, le narrateur guette l’apparition d’une fragile présence, à laquelle il s’adresse doucement. Il y a dix ans, Vassilis Alexakis publiait son plus beau texte, La Langue maternelle. Il y évoquait avec pudeur la mort de sa mère,...
Lise Beninca
novembre 2005
Le Matricule des Anges n°68
La Langue maternelle
de Vassilis Alexakis
Dessinateur de presse à Paris, Pavlos, le narrateur, retourne à Athènes sans raison apparente. Perplexe, désœuvré, il observe la ville, ce qui se passe autour de lui. Il laisse son attention s’arrêter sur une question a priori sans conséquence : pourquoi une lettre isolée, l’epsilon, ornait-elle l’entrée du temple d’Apollon où officiait la Pythie de Delphes ? Pavlos se prend au jeu de cette énigme improbable. Il mène une enquête déambulatoire qui l’entraîne dans les rues d’Athènes, aux terrasses des cafés, dans les bibliothèques, chez son frère en province, à Delphes, mais avant tout dans...
Christophe Kantcheff
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14