La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Adolfo Bioy Casares

Ouvrages chroniqués

L' Invention de Morel
de Adolfo Bioy Casares
2020
Dans L’Invention de Morel, le romancier argentin Adolfo Bioy Casares (1914-1999) revisite la quête de la vie éternelle. Tous deux nés de l’imagination de l’auteur, l’île de Villings appartient à l’archipel des Ellice, perdu en plein océan Pacifique. Une île envahie par une nature sauvage, pour ne pas dire hostile, mais sur laquelle semblent avoir poussé, comme par magie (et nous n’en serons jamais très loin dans ces pages), « un musée, une chapelle, une piscine » qui auraient été construits par des « Blancs » vers 1924. Et c’est précisément sur cette île (encore que l’assertion soit mise en doute par une note située en fin de volume et faussement attribuée à l’éditeur) que le narrateur a trouvé refuge pour...
Didier Garcia
juin 2020
Le Matricule des Anges n°214
Une photographie à Plata
de Adolfo Bioy Casares
La réédition d’Un photographe à La Plata (paru en français en 1991) et celle de Ceux qui aiment, haïssent (1989) prouvent à nouveau la talentueuse élégance de Bioy Casares. Présenté comme une parodie éclairée des romans policiers du 19e siècle, Ceux qui aiment, haïssent a été écrit à quatre mains par l’Argentin et sa femme, Silvina Ocampo. Un exercice où « l’important, c’est l’amitié, ne pas avoir de rivalité ni de vanité » comme l’expliquait Bioy Casares à La République internationale des Lettres N°17 (avril 1996). Un état d’esprit qui trouve sa traduction dans un style aérien, sans...
Thierry Guichard
janvier 1999
Le Matricule des Anges n°25