La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Corpus Auteurs

Gros plan

  • C’est une chose peu aisée que de naviguer à même l’œuvre de Claude Louis-Combet. À l’origine figure la trajectoire d’un ascète en devenir, son noviciat rompu et son inclinaison pour les humanités. Un homme discret donc, tout à la fois familier des textes fondateurs des Pères de l’Église et épris de la mystique du 17e siècle. Né en 1932 à Lyon, celui qui allait poser des années plus tard la pierre angulaire de la mythobiographie entre en religion en 1950, chez les Pères du Saint-Esprit. Une formation intellectuelle qui sera celle du tiraillement et de la révélation à l’égard d’Ovide ou de Mircea Eliade, (...)

    Claude Louis-Combet

  • Pour cause de centenaire, il y aura un jour peut-être une plaque de bronze apposée à la façade de l’hôtel Lenox rue Delambre à Paris. On y lira « Gabrielle Wittkop (1920-2002), écrivain, descendait dans cet hôtel. » En vérité, la romancière, essayiste et nouvelliste consentait à poser ses valises à l’hôtel d’Angleterre, rue Jacob, célèbre pour avoir hébergé le jeune Hemingway, lorsque le Lenox se refaisait une beauté. 2020 est aussi le jubilé de l’Allemand Paul Celan (1920-1970) – dont on a négligé de marquer le double centenaire de la naissance et cinquantenaire du décès – et de la Brésilienne Clarice Lispector (...)

    Gabrielle Wittkop

  • Donner une image de la façon dont l’œuvre de Jean-Christophe Bailly se construit, patiemment, n’est pas une tâche aisée. On aurait envie plutôt d’avoir un kaléidoscope en main et d’y montrer comment les facettes d’un même centre se diffractent, tant ses pratiques recoupent des régimes d’écriture différents, ne serait-ce que par les trois genres qu’il nomme lui-même : les essais, les récits (qui n’ont rien des récits tels que la littérature les pratique en général), ainsi que la poésie. À quoi il faut ajouter les écrits sur l’art, sur les peintres, les photographes, les architectures, l’urbanisme, etc., son (...)

    Jean-Christophe Bailly

  • Parmi les œuvres qui suscitent une ferveur secrète, voire une fascination, celle de Louis-René des Forêts, par la façon dont elle touche aux fondements mêmes de l’acte d’écrire, et par la manière dont elle met en doute l’interprétation que constitue toute lecture, a exercé, et continue d’exercer, une influence majeure sur la littérature de notre temps. Maurice Blanchot, Yves Bonnefoy, Pierre Klossowski, Edmond Jabès, Pascal Quignard, Gérard Macé, Pierre Michon, Richard Millet, tous ont souligné le déploiement d’une prose spéculative sans rivale dans la littérature du siècle passé. Fruit d’un rapport sans (...)

    Louis-René Des Forets

  • Les livres, on ne le hurle pas assez ou à tort, renferment d’ahurissantes boîtes de Pandore. Impossible de trouver meilleure drogue, meilleur ferment de connaissances, meilleur démultiplicateur d’émotions, d’expériences, d’existence(s) que ces contenus libérés, mélange de fictions et de réel qui vibrionnent dans nos têtes, explosent, font évoluer les perceptions, les représentations, les conventions… Il en est ainsi d’Un hiver à Wuhan, difficilement dissociable de Chroniques d’une station-service (Verticales, 2019), deux volets d’un diptyque écrits par un Jedi armé d’un sabre à « haïkus caustiques ». Né (...)

    Alexandre Labruffe

Notre sélection

Domaine français Olivier Benyahya

Frontières Editions Fayard
2019
Olivier Benyahya signe une vraie-fausse enquête qui reflète la complexité du monde qui s’écrit sous nos yeux. C’est un certain Lazar qui parle, adepte des tours de cartes : « Je prenais du plaisir à bluffer les gens. » Ce roman est précisément un tour de cartes bluffant. Cinquième livre d’Olivier Benyahya, Frontières se donne comme le deuxième volet d’une trilogie dite « Engendrements » (mais on peut tout à fait le lire isolément – c’est notre cas). Cet écrivain quadra est redoutable. Parce qu’il...
Anthony Dufraisse
mars 2019
Le Matricule des Anges n°201

Domaine étranger Jeanette Winterson

La Faille du temps Editions Buchet-Chastel
2019
La romancière Jeanette Winterson publie un nouvel opus très attendu après cinq ans de silence : abandon toujours, filiation encore… La parution d’un nouveau roman de Jeanette Winterson n’est pas un épisode bénin de la vie littéraire. La romancière britannique est parcimonieuse, mais ses lectrices et lecteurs sont si convaincus depuis ses premiers livres qu’elle ne pouvait décemment les faire attendre beaucoup plus. On devine du reste que La Faille du temps va prendre des allures d’événement. Le roman va être lu avec...
Éric Dussert
février 2019
Le Matricule des Anges n°200

Poésie Langston Hughes

Mes beaux habits au clou Editions Joca Seria
2019
Mes beaux habits aux clous (1927) fait enfin réentendre le tapping de la voix rageuse et ironique de Langsthon Hughes, l’un des chefs de file du mouvement Harlem Renaissance. La poésie de Langsthon Hughes (1901-1967) ne s’est jamais cachée des influences que la musique noire et le blues purent avoir sur sa propre prosodie, swing ténu à quoi se mêlent autant un certain littéralisme que la vitesse des élisions du langage des rues. Composée pour les parties directement tournées vers le canevas de la structure blues (un vers répété, puis un troisième rimé avec les...
Emmanuel Laugier
juin 2019
Le Matricule des Anges n°204

Théâtre Edouard Elvis Bvouma

La Poupée barbue Editions Lansman
2018
Le quotidien d’une enfant-soldat racontée à la première personne par une petite fille très énergique et pleine d’espoir. Une petite fille, « très jeune adolescente », dit l’auteur, raconte ce que fut la guerre. Sa guerre. Sa place d’enfant dans la guerre. De première victime. Une histoire malheureusement ordinaire. Ce récit prend la forme d’un monologue adressé à Boy Killer, le jeune garçon qui, de la même manière, racontait sa guerre à la jeune fille dans A la guerre comme à la Game Boy du même auteur, paru...
Patrick Gay Bellile
avril 2019
Le Matricule des Anges n°202

Auteurs chroniqués

Index alphabétique des auteurs

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A