La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Alain Hobé

Ouvrages chroniqués

Lieu commun
de Alain Hobé
2010
Nous ne sommes pas au monde « , tel était le constat liminaire d’Étoiles ennemies, premier récit hypnotique et crépusculaire d’Alain Hobé (cf. Lmda N°85). Cette même absence au monde sature Lieu commun, mais d’une manière autrement plus insidieuse. Des ombres, » êtres inhabités dont le teint cireux leur fait (comme) un masque « , à peine arrachées du sommeil, abêties, répondent mécaniquement à l’appel d’une liste. Parmi les cris, les chiens, une » musique crachotée par (un) haut-parleur « , les coups. Entre semblables insignifiants. Environné de barbelés, avec des murs pour seul horizon,...
Jérôme Goude
juin 2010
Le Matricule des Anges n°114
Étoiles ennemies
de Alain Hobé
2007
Dans « Étoiles ennemies », premier livre très épuré, Alain Hobé projette le lecteur au cœur de l’abîme impersonnel et statique d’une séparation amoureuse. Tout commence de façon syncopée et minimale avec un énoncé-couperet dont l’apparente clôture du sens déconcerte, voire interdit : « Nous ne sommes pas au monde. » Ce trognon de parole recense le défaut d’un être au monde, à l’Autre, qu’un impossible à dire condamne au silence vespéral. Puis le récit bascule sans coup férir du « nous » vers un « il » abscons car inassignable. Cet « il » n’est autre qu’un homme à l’identité non définie, mortifié par la honte, qui fuit l’espace par trop confiné et dilatoire de l’étreinte corporelle. Hors le monde et le temps, il sombre dans l’après-coup...
Jérôme Goude
juillet 2007
Le Matricule des Anges n°85