La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur André de Richaud

A propos

Le lent écoulement Avec ce bref roman, André de Richaud entraîne son lecteur dans le monde du silence et des mystères. En somme, un univers carcéral. André de Richaud naît en 1909 à Perpignan. La Première Guerre mondiale lui enlève son père, et l’année 1923 le laisse définitivement orphelin. Après avoir passé l’agrégation, il devient enseignant. Âgé de 21 ans, il publie La Douleur, premier roman remarqué par Mauriac, Bernanos et Delteil (à qui il a consacré un essai en 1927), et qui obtient un beau succès auprès des critiques. Après La Fontaine des lunatiques, paru en 1932 chez Grasset et Fasquelle, il abandonne l’enseignement pour ne plus vivre que de sa plume. C’est que le romancier, qui est aussi poète et dramaturge, se trouve...
juillet 2004
Le Matricule des Anges n°55

Ouvrages chroniqués

Le Droit d’asile - Poèmes épars
de André de Richaud
Brûlé auc premières lueurs du succès, André de Richaud a laissé une oeuvre protéïforme à redécouvrir. Après les romans, voici sa poésie. Grâce aux rééditions proposées à partir de 1982 par les Cahiers du Double, Calligramme ou le Temps qu’il fait, André de Richaud est sorti de la salle d’attente où patientent les écrivains des années trente. L’engouement soutenu par Grasset qui époussète progressivement son fonds et la parution du Cahier André de Richaud dirigé par Patrick Cloux (le Temps qu’il fait, 1986) tient autant aux mérites de l’œuvre qu’à la figure de maudit que s’est constituée de Richaud à son corps défendant. Né en 1909 à Perpignan, il suit des études de droit et de philosophie. Il sera professeur à Meaux et à...
Éric Dussert
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
La Fontaine des Lunatiques
de André de Richaud
Brûlé auc premières lueurs du succès, André de Richaud a laissé une oeuvre protéïforme à redécouvrir. Après les romans, voici sa poésie. Grâce aux rééditions proposées à partir de 1982 par les Cahiers du Double, Calligramme ou le Temps qu’il fait, André de Richaud est sorti de la salle d’attente où patientent les écrivains des années trente. L’engouement soutenu par Grasset qui époussète progressivement son fonds et la parution du Cahier André de Richaud dirigé par Patrick Cloux (le Temps qu’il fait, 1986) tient autant aux mérites de l’œuvre qu’à la figure de maudit que s’est constituée de Richaud à son corps défendant. Né en 1909 à Perpignan, il suit des études de droit et de philosophie. Il sera professeur à Meaux et à...
Éric Dussert
septembre 1996
Le Matricule des Anges n°17
Folie et province
de André de Richaud
Ce joli texte publié en 1953 dans la revue de Jacques Laurent, La Parisienne, valait bien une plaquette. On y retrouve André de Richaud sous son jour le plus malicieux. Folie et province est le récit d’une visite à un ami interné dans la clinique de R., une petite ville reposante. Ce havre de la médecine est dirigé par le docteur F. qui, comme « tous les docteurs à qui la science a montré son derrière » s’est installé psychiatre et « se fait un plaisir particulier à s’occuper des écrivains le plus possible déprimés ». Inconscient du danger qui le menace, l’auteur de Je ne suis pas mort...
Éric Dussert
juillet 1997
Le Matricule des Anges n°20