La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur André Velter

A propos

Nomade Velter Figure incontournable du paysage médiatico-poétique aujourd’hui, André Velter poursuit une oeuvre où le monde devient chant. Cet éternel voyageur, en recherche de l’Orient, éprouve une extrême jubilation à être sur le devant de la scène. Questions d’altitude. Responsable de Poésie/Gallimard, de la collection L’Arbalète chez le même éditeur (huit titres par an), de l’émission Poésie sur parole sur France Culture, André Velter est avant tout poète pour de nombreux lecteurs (la publication en poche de Zingaro, suite équestre s’est vendue à plus de quinze mille exemplaires). Désigné par...
août 2001
Le Matricule des Anges n°35

Ouvrages chroniqués

Jusqu’au bout de la route
de André Velter
2014
Avec deux nouveaux livres et une monographie consacrée à l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest, André Velter explore trois façons de saisir en chaque instant l’absolu qui l’illumine. Parfois féroce et tendre, parfois rauque et mélodieuse, la poésie d’André Velter alterne les rythmes et les allures, rapproche l’oreille du cœur, allie le viscéral au vocal. Poésie incarnée, qui marie la participation émotionnelle à un besoin constant d’âpreté sauvage, comme en témoignent deux livres inaugurant un genre nouveau, le livre-récital. L’un, Jusqu’au bout de la route, écrit dans l’écho des improvisations du violoncelle de Gaspar Claus, l’autre, Tant de soleils dans le sang (dont une première version accompagnée d’un DVD était parue en 2008, aux éditions de l’Alphabet de...
Richard Blin
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153
Tant de soleils dans le sang
de André Velter
2014
Avec deux nouveaux livres et une monographie consacrée à l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest, André Velter explore trois façons de saisir en chaque instant l’absolu qui l’illumine. Parfois féroce et tendre, parfois rauque et mélodieuse, la poésie d’André Velter alterne les rythmes et les allures, rapproche l’oreille du cœur, allie le viscéral au vocal. Poésie incarnée, qui marie la participation émotionnelle à un besoin constant d’âpreté sauvage, comme en témoignent deux livres inaugurant un genre nouveau, le livre-récital. L’un, Jusqu’au bout de la route, écrit dans l’écho des improvisations du violoncelle de Gaspar Claus, l’autre, Tant de soleils dans le sang (dont une première version accompagnée d’un DVD était parue en 2008, aux éditions de l’Alphabet de...
Richard Blin
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153
Ernest Pignon-Ernest
de André Velter
2014
Avec deux nouveaux livres et une monographie consacrée à l’œuvre d’Ernest Pignon-Ernest, André Velter explore trois façons de saisir en chaque instant l’absolu qui l’illumine. Parfois féroce et tendre, parfois rauque et mélodieuse, la poésie d’André Velter alterne les rythmes et les allures, rapproche l’oreille du cœur, allie le viscéral au vocal. Poésie incarnée, qui marie la participation émotionnelle à un besoin constant d’âpreté sauvage, comme en témoignent deux livres inaugurant un genre nouveau, le livre-récital. L’un, Jusqu’au bout de la route, écrit dans l’écho des improvisations du violoncelle de Gaspar Claus, l’autre, Tant de soleils dans le sang (dont une première version accompagnée d’un DVD était parue en 2008, aux éditions de l’Alphabet de...
Richard Blin
mai 2014
Le Matricule des Anges n°153
Les Solitudes
de André Velter
2017
Sans cesser de donner de l’espace à l’espace, André Velter célèbre une poésie du haut vivre qu’embrase la lumière de l’essentiel. Face à la sinistre mise aux normes qui semble vouloir submerger la planète, lire la poésie d’André Velter, c’est retrouver la vie vivante, l’envie de partir, le goût des instants où se mêlent la ferveur et le risque, la sueur et les rires. C’est se retrouver libéré des racines et des codes, c’est se surprendre à s’inventer des royaumes n’obéissant qu’à la grâce de l’océan, des étoiles et du vent. C’est avancer sous l’immensité bleue d’une lumière intérieure qui délivre et prédispose à recevoir la beauté du réel absolu à travers un rapport au monde et aux mots qui serait comme affecté d’un...
Richard Blin
février 2018
Le Matricule des Anges n°190
N’importe où -CD inclus-
de André Velter
2017
Sans cesser de donner de l’espace à l’espace, André Velter célèbre une poésie du haut vivre qu’embrase la lumière de l’essentiel. Face à la sinistre mise aux normes qui semble vouloir submerger la planète, lire la poésie d’André Velter, c’est retrouver la vie vivante, l’envie de partir, le goût des instants où se mêlent la ferveur et le risque, la sueur et les rires. C’est se retrouver libéré des racines et des codes, c’est se surprendre à s’inventer des royaumes n’obéissant qu’à la grâce de l’océan, des étoiles et du vent. C’est avancer sous l’immensité bleue d’une lumière intérieure qui délivre et prédispose à recevoir la beauté du réel absolu à travers un rapport au monde et aux mots qui serait comme affecté d’un...
Richard Blin
février 2018
Le Matricule des Anges n°190
Ghérasim Luca (passio passionnément)
de André Velter
2001
Venu du surréalisme roumain, Ghérasim Luca adopta le français comme langue de création dès 1946. Écrire le conduisait à "s’oraliser", à répondre aux bégaiements intempestifs de l’être. Quatre publications, dont un double CD, permettent de l’entendre à nouveau. Foudroyant. En 1994, Ghérasim Luca se donnait la mort à Paris en se jetant dans la Seine, comme son ami Paul Celan l’avait fait. L’Inventeur de l’amour suivi de La Mort morte, l’un de ses plus anciens textes qu’il traduisit pendant vingt ans, venait à peine de paraître (José Corti). Le livre entre les mains, on était alors stupéfait d’y lire les différentes méthodes de suicide, renversé par la force ironique qu’il employait à les détourner de leur lourdeur pathétique, abasourdi par la conscience que ce texte, écrit en 45, avait des freins auxquels l’homme s’adosse comme à sa propre vie. Ce premier...
Emmanuel Laugier
décembre 2001
Le Matricule des Anges n°37