La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Arne Lygre

Ouvrages chroniqués

Nous pour un moment / Moi proche
de Arne Lygre
2020
Dans un monde sans illusion, Arne Lygre déploie un récit semblable à une partie de flipper. Arne Lygre est norvégien. De Bergen plus exactement. Mais le monde qu’il décrit dans ces deux nouvelles pièces n’a rien de géographique. Il aurait plus à voir avec la physique des particules. Celles du monde des atomes, les électrons, les protons, les neutrons qui circulent constamment dans un espace immense et vide, maintenant entre eux un état permanent d’instabilité, se rapprochant ou s’éloignant suivant leur taille ou leur charge, positive ou négative, constituant parfois des ensembles provisoirement stables mais ne demandant qu’à éclater sous l’effet d’une énergie extérieure ou...
Patrick Gay Bellile
mars 2020
Le Matricule des Anges n°211
Homme sans but
de Arne Lygre
2007
Arne Lygre est un jeune dramaturge et nouvelliste norvégien. Il propose une autre façon de raconter une histoire et nous indique, dans une didascalie de départ, la règle du jeu qu’il utilise pour Homme sans but : « La pièce utilise deux perspectives narratives. Les personnages se servent tantôt de l’une, tantôt de l’autre, puisqu’ils interrompent par moments leur discours pour intervenir d’une manière plus distanciée, à la troisième personne (…) » Ces passages, imprimés en gras, indiquent en outre des sauts temporels. C’est dans ce frottement entre un dialogue et une pensée distanciée, le...
Laurence Cazaux
novembre 2007
Le Matricule des Anges n°88